Un repas de l’Iftar annulé à Nazareth suite à l’invitation de l’envoyé des EAU
Rechercher

Un repas de l’Iftar annulé à Nazareth suite à l’invitation de l’envoyé des EAU

Les leaders arabes ont dit au chef de la Fédération des autorités locales vouloir empêcher une "politisation" de l'événement avec la participation de l'envoyé des EAU en Israël

Photo d'illustration : Juifs et arabes partagent un iftar (repas de rupture du jeûne) pendant le mois de Ramadan, à Tayibe, le 9 juin 2016. (Crédit : Dov Lieber/Times of Israel)
Photo d'illustration : Juifs et arabes partagent un iftar (repas de rupture du jeûne) pendant le mois de Ramadan, à Tayibe, le 9 juin 2016. (Crédit : Dov Lieber/Times of Israel)

La Fédération israélienne des Autorités locales a annulé le traditionnel dîner de l’Iftar, qui marque la fin du jeûne diurne du ramadan, qui devait avoir lieu dimanche, suite à une controverse suscitée par l’invitation à l’événement de l’ambassadeur des Émirats arabes unis en Israël.

La participation prévue de Mohamed Mahmoud Al Khajah à ce dîner a suscité l’indignation de certains représentants locaux arabes qui ont fait savoir au président de la Fédération, Haim Bibas, qu’ils boycotteraient cet événement, a indiqué le site d’information Walla.

Suite à l’annulation de l’invitation lancée à Al Khajah – une annulation décidée par Bibas – les responsables locaux ont indiqué qu’ils boycotteraient néanmoins le dîner qui était organisé à l’hôtel Ramada Nazareth.

Une commission de l’organisation a indiqué que le boycott d’Al Khajah visait à prévenir « la mise en œuvre d’un agenda ou d’objectifs politiques » pendant la soirée.

Le premier ambassadeur des EAU en Israël, Mohammad Mahmoud Al Khajah, à Jérusalem, le 1er mars 2021. (Crédit : Mark Neyman/GPO)

« Avec tout le respect que nous vous devons par ailleurs, pourquoi a-t-il été invité, lui, et pas d’autres ? » a déclaré au site Walla un leader local.

« Nous nous réjouissons de cet événement organisé chaque année par la Fédération des autorités locales mais tout le monde peut comprendre qu’il y a des sensibilités différentes et nous n’acceptons pas que la Fédération prenne des initiatives politiques à notre détriment, et certainement pas lors d’un repas de fête sacré », a continué le responsable, dont l’identité n’a pas été révélée.

Haim Bibas, Haim Bibas, président de la fédération des autorités locales. (Crédit : Yonatan Sindel/Flsah90)

Pendant le ramadan, selon la tradition, les musulmans s’abstiennent de manger et de boire pendant la journée, ne rompant le jeûne qu’après le coucher du soleil.

« De manière générale, il ne faudrait pas programmer d’événements pour nous sans nous consulter au préalable », a-t-il ajouté.

Israël et les Émirats arabes unis ont normalisé leurs liens au mois de septembre dernier avec la signature des « Accords d’Abraham » à la Maison Blanche, à Washington, un accord qui avait été négocié par l’administration de l’ancien président américain Donald Trump. Bahreïn y avait également apposé sa signature, établissant ainsi des relations diplomatiques avec Israël.

Au mois de février, Al Khajah a été investi à son poste d’ambassadeur par le Premier ministre émirati Mohammed bin Rashid Al Maktoum.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...