Un résident d’une implantation arrêté pour l’attaque d’un rabbin de gauche
Rechercher

Un résident d’une implantation arrêté pour l’attaque d’un rabbin de gauche

Une vidéo avait montré un Juif poursuivre et frapper Arik Ascherman quand celui-ci protégeait la récolte d'olives de Palestiniens

Le rabbin Arik Ascherman à Susya, le 19 Juillet 2015 (Crédit : Elhanan Miller / Times of Israel)
Le rabbin Arik Ascherman à Susya, le 19 Juillet 2015 (Crédit : Elhanan Miller / Times of Israel)

Un résident de l’implantation d’Itamar en Cisjordanie a été arrêté tôt dimanche matin sur des soupçons d’avoir attaqué le mois dernier un rabbin de gauche lors d’une récolte d’olive de Palestiniens.

Le rabbin Arik Ascherman, qui dirige l’ONG Rabbis for Human Rights (Rabbins pour les Droits de l’Homme), n’a pas été sérieusement blessé dans l’incident qui s’est deroulé le 23 octobre, selon un porte-parole de l’organisation.

Une vidéo de l’incident avait montré un militant juif extrémiste muni d’un couteau, poursuivant, frappant et essayant eventuellement de poignarder Ascherman, qui faisait partie d’un groupe de militants de gauche qui accompagnaient des villageois palestiniens sur leurs champs pour la cueilette d’olives près de Naplouse.

Selon Ascherman et d’autres activistes, les Palestiniens sont souvent confrontés aux harcèlements et à la violence d’extrémistes juifs pendant leurs récoltes d’olives.

Le suspect dans l’attaque a été arrêté par la division des crimes nationalistes de la police de Judée et Samarie à 2h du matin dimanche, selon la police. Il a reconnu ses actes aux policiers qui l’ont interpellé.

Ascherman a salué le travail de la police et a dit que cela montrait que les autorités étaient disposées à poursuivre les crimes contre les Palestiniens, mais a cité des chiffres montrant un faible taux de condamnation.

« L’arrestation prouve que quand le désir est là, il est possible de localiser des suspects dans des crimes violents motivés par l’idéologie nationaliste – même si les victimes sont les Palestiniens. … Si le suspect était jugé responsable, nous attendons de la Cour qu’elle lui inflige une peine qui reflète la gravité des crimes idéologiques violents », a-t-il dit dans un communiqué.

Selon des sources, le suspect a demandé un avocat lorsque les policiers l’ont informé qu’il serait presenté dimanche devant un juge afin de prolonger sa détention provisoire.

Son avocat, le militant d’extrême droite Itamar Ben Gvir, a déclaré dimanche après-midi, qu’il n’avait pas encore pu rencontrer son client.

« Je n’ai pas encore rencontré le jeune homme, mais même s’il a avoué [les] crimes qui lui sont attribués, je ne comprends pas la valeur d’une telle déclaration étant donné qu’il n’a pas encore consulté un avocat. »

La récolte palestinienne le jour de l’incident avait été accompagnée des policiers israéliens pour la protéger. Selon une décision de justice de 2006, Israël doit protéger les récoltes palestiniennes contre des attaques.

Mais peu de temps après que les villageois et les forces de sécurité aient quitté les lieux, Ascherman a essayé de s’approcher pour filmer des Israéliens qui apparemment mettaient le feu à un bosquet à proximité lorsqu’un suspect masqué se précipita vers lui.

Une vidéo filmée par l’ONG Rabbis for Human Rights montre Ascherman se bagarrant pendant environ une minute avec l’homme armé d’un couteau. Le rabbin s’est cassé un doigt et a été contusionné dans l’attaque.

Ben Gvir a accusé dimanche Ascherman d’avoit eu une attitude «provocatrice» au moment où il a été attaqué.

« Il est regrettable que, à un moment où les attaques terroristes ciblent les habitants des implantations, l’unité des crimes nationalistes s’occupe d’un incident impliquant un agent provocateur de gauche qui provoque les habitants des implantations et incite les Arabes à mener des attentats terroristes contre des Juifs », a déclaré Ben Gvir.

אריק אשרמן הוא פרובוקטור של השמאל. מציע שבמקום שאנשי היחידה לפשיעה הלאומנית יתעסקו בתקיפתו לכאורה השוטרים יחקרו אותו ב…

Posted by ‎איתמר בן גביר‎ on Sunday, 8 November 2015

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...