Un responsable du Fatah victime d’une violente attaque à Gaza
Rechercher

Un responsable du Fatah victime d’une violente attaque à Gaza

Le parti de Mahmoud Abbas tient pour responsable le Hamas de l'agression dont a été victime Atef Abouseif, porte-parole du Fatah à Gaza, par un groupe de 10 hommes près de chez lui

Atef Abouseif, porte-parole du Fatah à Gaza, dans un lit d'hôpital après avoir été agressé à Gaza le 19 mars 2019. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)
Atef Abouseif, porte-parole du Fatah à Gaza, dans un lit d'hôpital après avoir été agressé à Gaza le 19 mars 2019. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

Un haut responsable du parti du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a été victime d’une violente attaque lundi dans la bande de Gaza, a indiqué le Fatah accusant le groupe terroriste islamiste Hamas qui contrôle l’enclave palestinienne.

Le Hamas a rejeté ces accusations et promis d’ouvrir une enquête sur cette attaque qui survient dans un climat de tensions après la répression par ses services de sécurité de manifestations dans la bande de Gaza.

Atef Abouseif, porte-parole du Fatah à Gaza et membre du comité central du parti, a été frappé par un groupe de 10 hommes près de chez lui, a rapporté l’agence officielle palestinienne Wafa, proche du Fatah.

Des images publiées par l’agence Wafa montrent M. Abouseif avec des bandages autour de la tête et sur une jambe, et les habits tachés de sang.

Mahmoud al-Aloul, le vice-président du Fatah, a accusé le Hamas de tentative d’assassinat.

A Gaza, Iyad al-Bozum, porte-parole du ministère de l’Intérieur dans l’enclave palestinienne, a condamné l’attaque et déclaré à l’AFP « que la police enquêtait ».

Atef Abu Seif devant un portrait du poète palestinien Mahmoud Darwish à Gaza City en 2015. (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)

Le Hamas a fait face à une série de manifestations ces derniers jours dans l’enclave palestinienne contre la hausse des prix.

Ses forces de sécurité ont violemment dispersé les rassemblements et arrêté des dizaines de personnes dont des journalistes et des défenseurs des droits humains.

L’ONU a condamné dimanche la répression des manifestations et Amnesty International a déclaré lundi que l’un de ses membres dans la bande de Gaza avait été détenu pendant plusieurs heures par le Hamas.

« La répression contre la liberté d’expression et le recours à la torture à Gaza ont atteint des niveaux alarmants », a déclaré Saleh Higazi, directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty.

« Ces derniers jours, nous avons été témoins de violations choquantes des droits humains commises par les forces de sécurité du Hamas à l’encontre de manifestants pacifiques, de journalistes et de défenseurs des droits humains », a affirmé M. Higazi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...