Un responsable du Mouvement islamique arrêté à Rahat
Rechercher

Un responsable du Mouvement islamique arrêté à Rahat

Tandis qu'Israël tente de sévir contre le groupe, la police affirme que Sheikh Yusef Abu Gammach a incité à la violence

Sheikh Yusef Abu Gammah, un haut responsable de la branche nord du Mouvement islamique en Israël (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Sheikh Yusef Abu Gammah, un haut responsable de la branche nord du Mouvement islamique en Israël (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Un haut responsable de la branche du nord du Mouvement islamique en Israël, a été arrêté lundi matin, un jour après que les politiciens israéliens ont promis de sévir contre le groupe pour avoir contribué au cycle de violence qui ébranle le pays ces dernières semaines.

La police a déclaré que le sheikh Yusef Abu Gammah, qui dirige la branche du groupe à Rahat, a été arrêté pour incitation à la violence et pour avoir tenté d’organiser des rassemblements illégaux. Il sera présenté aujourd’hui en audience pour juger de la prolongation de sa détention.

Malgré les rapports précédents, le chef du mouvement, Sheikh Raed Salah, n’a pas été arrêté, selon la police.

Cette arrestation survient quelques heures après que le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, a chargé les autorités judiciaires de commencer à rassembler les preuves qui permettraient de déclarer la branche nord du Mouvement islamique d’Israël illégale.

Suite à une réunion du cabinet de sécurité de quatre heures dimanche soir, un fonctionnaire à Jérusalem a déclaré que les ministres poursuivraient leur débat sur le groupe islamiste dans les prochains jours.

Dans sa déclaration lors de la réunion hebdomadaire du cabinet dimanche, Netanyahu a nommé le Hamas, l’Autorité palestinienne et le Mouvement islamique en Israël comme les sources de la récente incitation à la violence.

Plus tôt dimanche, les responsables du Shin Bet ont précisé aux chefs du cabinet de sécurité que la vague actuelle de violence en Israël et dans les Territoires palestiniens était alimentée par le Mouvement islamique en Israël et le Hamas, et non par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

La semaine dernière, Netanyahu avait déclaré que les attaques terroristes visant les Israéliens « sont toutes le résultat de l’incitation sauvage et mensongère [à la violence sur le mont du Temple] du Hamas, de l’Autorité palestinienne, de plusieurs pays de la région et – pas des moindres et beaucoup plus souvent – le Mouvement islamique en Israël » .

Raed Salah, chef du Mouvement islamique d'Israel, ici photographié devant la prison de Ramla près de Tel Aviv en 2010. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash 90)
Raed Salah, chef du Mouvement islamique d’Israel, ici photographié devant la prison de Ramla près de Tel Aviv en 2010. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash 90)

La semaine dernière, le chef de la branche nord du Mouvement islamique, le sheikh Raed Salah, a déclaré que son organisation a l’intention de répondre à ce qu’il a appelé « l’escalade [de la violence] israélienne continue » sur le mont du Temple à Jérusalem.

« Nous avons un ensemble de plans prêts à être mis en œuvre immédiatement », a déclaré Salah.

« Les rues de Jérusalem peuvent être purifié par le sang de l’innocent, qui a été versé dans le but de séparer leurs âmes les soldats de l’occupation d’Israël et également de la mosquée bénie d’al-Aqsa », a-t-il affirmé au cours de ce sermon.

Salah a été condamné plus tôt cette année à 11 mois de prison pour incitation à la violence et au racisme. L’accusation l’a inculpé en raison d’un sermon qu’il a prononcé en 2007 à Jérusalem, a rapporté la radio militaire. Il a purgé des peines antérieures pour des infractions liées au terrorisme.

Dimanche également, le gouvernement a approuvé des mesures récemment proposées par Netanyahu susceptibles d’introduire des peines minimales obligatoires pour les personnes reconnues coupables d’avoir jeté des pierres et des bombes incendiaires et l’assouplissement de règles régissant l’ouverture des tirs de la police dans les incidents de jets dans Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...