Un responsable d’une ONG plaide non coupable d’avoir aidé le Hamas
Rechercher

Un responsable d’une ONG plaide non coupable d’avoir aidé le Hamas

Israël accuse Mohamed Halabi, directeur de World Vision à Gaza, d'avoir détourné des dizaines de millions de dollars au profit du Hamas

Mohamed Halabi, membre du Hamas et directeur des opérations de l'organisme World vision dans la bande de Gaza, a été inculpé le 4 août 2016 par Israël pour avoir détourné les fonds de l'organisme de bienfaisance au profit de l'organisation terroriste. (Crédit : capture d'écran World Vision)
Mohamed Halabi, membre du Hamas et directeur des opérations de l'organisme World vision dans la bande de Gaza, a été inculpé le 4 août 2016 par Israël pour avoir détourné les fonds de l'organisme de bienfaisance au profit de l'organisation terroriste. (Crédit : capture d'écran World Vision)

Le responsable d’une grande organisation caritative chrétienne dans la bande de Gaza a plaidé non coupable jeudi devant un tribunal israélien des charges de détournement au profit du mouvement terroriste du Hamas qui gouverne le territoire palestinien, a indiqué l’ONG.

Israël accuse Mohamed Halabi, directeur de World Vision à Gaza, d’avoir détourné des dizaines de millions de dollars au profit du Hamas.

M. Halabi a été arrêté le 15 juin 2016 au point de passage entre la bande de Gaza et Israël.

M. Halabi a plaidé non coupable de toutes les charges devant un tribunal de Beersheva (sud), a rapporté World Vision, ONG chrétienne américaine qui emploie plus de 40 000 personnes dans près de 100 pays.

World Vision a critiqué la tenue du procès a huis clos.

En outre, « World Vision n’a vu aucune preuve crédible », a-t-elle dit dans un communiqué. Les avocats de M. Halabi se sont plaints de ne pas avoir accès à toutes les pièces du dossier.

World Vision a suspendu ses opérations à Gaza.

L’ONG avait déjà mis en doute les accusations israéliennes, arguant que son budget n’était pas suffisant pour supporter une telle fraude et que l’ONG avait un dispositif de contrôle rigoureux.

La prochaine audience est prévue le 23 février.

Deux tiers des deux millions de Palestiniens qui vivent entassés dans la bande de Gaza sont tributaires d’une aide étrangère dont l’acheminement dépend à la fois d’Israël et du Hamas palestinien.

Wahid Borsh, employé du Programme de l’ONU pour le développement (Pnud), avait été arrêté, lui, en juillet 2016. Israël l’accusait initialement d’avoir accepté que des gravats évacués par le Pnud servent à construire une jetée pour les activités navales militaires du Hamas à Gaza.

Selon son avocate, la justice israélienne a finalement estimé qu’il avait agi involontairement et l’a condamné à sept mois de prison. Il a été libéré en janvier et est rentré dans la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...