Un Russe reçoit un code promotionnel contenant la phrase « tuer les Juifs »
Rechercher

Un Russe reçoit un code promotionnel contenant la phrase « tuer les Juifs »

Un ancien consultant d'Amnesty International à Moscou a publié une capture d'écran du mot de passe antisémite, reçu dans un sms de Sberbank

Une capture d'écran d'un code promotionnel où l'on peut lire "tuer les Juifs" envoyé par Sberbank à Artem Chapaev. (Artem Chapaev/Twitter via JTA)
Une capture d'écran d'un code promotionnel où l'on peut lire "tuer les Juifs" envoyé par Sberbank à Artem Chapaev. (Artem Chapaev/Twitter via JTA)

JTA — Une banque d’État russe a envoyé à l’un de ses clients un code promotionnel qui contenait la phrase « Tuer les juifs ».

Mercredi, Artem Chapaev, un ancien consultant d’Amnesty International à Moscou, a publié sur Twitter une capture d’écran du mot de passe qu’il a reçu dans un sms envoyé à son smartphone par Sberbank.

Le code était en Russe mais les lettres de l’alphabet latin qui contenaient le code étaient : “CRYVKILLJEWS.”

Alors que son tweet a commencé à être partagé, Sberbank, qui est détenue à 51% par la Banque centrale de Russie, a affirmé que l’image avait été retouchée et n’était pas authentique.

« La capture d’écran montre clairement que le mot de passe a été modifié. Quelqu’un veut décidément nous piéger », a déclaré la personne responsable du compte Twitter de la banque.

Peu après, Sberbank a reconnu l’authenticité de l’image, affirmant qu’elle était le résultat d’une opération de codage aléatoire, a rapporté le site Jewish.ru. L’article n’a pas précisé si Chapaev était juif ou non.

« Il n’y a pas eu de Photoshop. Nous sommes nous-mêmes surpris, mais cette situation est une pure coïncidence. Notre générateur de code ne voulait offenser personne », a écrit la banque.

L’incident a eu lieu en même temps que la publication d’une étude de l’Anti-Defamation League (ADL) menée auprès de 9 000 personnes en Europe et au-delà qui montrait que le sentiment d’antisémitisme en Europe de l’est, y compris en Russie, avait sensiblement augmenté depuis 2015.

Alors que cette année-là, 23 % des personnes interrogées en Russie étaient d’accord avec des déclarations antisémites qui leur avaient été présentées dans le sondage, en 2019, ce chiffre se situait à 31 %.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...