Un séisme majeur pourrait frapper Israël dans les années à venir – Étude
Rechercher

Un séisme majeur pourrait frapper Israël dans les années à venir – Étude

Après avoir sondé profondément sous le lit de la mer Morte, les chercheurs ont averti que la région fera face à un tremblement de terre "dévastateur" de magnitude 6,5

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Des membres de la garde d'honneur de la Knesset, du commandement du front intérieur, des pompiers, de l’armée, de la police israélienne et des services médicaux d'urgence du Magen David Adom participent à un exercice d'urgence simulant un tremblement de terre à la Knesset, à Jérusalem, le 13 juin 2017. (Crédit : Hadas Parush / Flash90)
Des membres de la garde d'honneur de la Knesset, du commandement du front intérieur, des pompiers, de l’armée, de la police israélienne et des services médicaux d'urgence du Magen David Adom participent à un exercice d'urgence simulant un tremblement de terre à la Knesset, à Jérusalem, le 13 juin 2017. (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Un tremblement de terre majeur, suffisamment important pour causer des centaines de morts, devrait frapper le pays dans les années à venir, ont averti mardi des chercheurs de l’Université de Tel Aviv, dévoilant les résultats d’une étude s’intéressant à la croute terrestre sous le lit de la mer Morte.

« Dans les années à venir, il est probable qu’un tremblement de terre dévastateur aura lieu, causant des centaines de morts », a déclaré l’université dans un communiqué au sujet de ses résultats.

Les chercheurs estiment que le séisme aura une magnitude de 6,5 sur l’échelle de Richter – suffisamment pour détruire des bâtiments vieux ou mal construits et endommager les plus solides. Ils prédisent qu’il se fera sentir à des centaines de kilomètres alentours.

L’étude a révélé qu’un tremblement de terre de cette ampleur se produisait en Israël en moyenne tous les 130-150 ans, mais a rapporté que, pendant certaines périodes, l’accalmie n’avait duré que quelques décennies.

« Le bilan géologique ne ment pas et un tremblement de terre majeur en Israël se produira », a déclaré le professeur Shmuel Marco, directeur de l’École Porter de l’Environnement et des Sciences de la terre, de l’Université de Tel Aviv.

Le professeur Shmuel Marco de l’Université de Tel Aviv. (Crédit : Université de Tel Aviv)

« Bien sûr, nous n’avons aucun moyen de prédire exactement quand la terre sous nos pieds se mettra à trembler – il s’agit d’une projection statistique – mais malheureusement, je peux dire qu’un tremblement de terre qui fera des centaines de victimes frappera dans les années à venir », a expliqué Marco. « Je ne veux pas déclencher d’alerte, mais nous vivons dans une période tectonique active. »

« Cela pourrait se produire dans dix ans ou dans plusieurs décennies, mais cela pourrait aussi survenir la semaine prochaine, et nous devons être constamment préparés à cela », a-t-il déclaré.

Le dernier séisme de cette magnitude, 6,2 sur l’échelle de Richter, a frappé la vallée de la mer Morte en 1927, tuant 500 personnes et en blessant 700 à Amman en Jordanie, à Jérusalem, à Bethléem et dans la ville côtière de Jaffa.

Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont foré à une profondeur de centaines de mètres sous la mer Morte. En examinant des couches de sédiments, ils ont pu analyser l’historique des tremblements de terre dans la région au cours des 220 000 dernières années.

Ils ont conclu que la fréquence des tremblements de terre dans la vallée de la mer Morte n’était pas fixe et qu’il y avait eu des périodes où de puissants tremblements de terre s’étaient produits à quelques décennies d’intervalle.

Israël est situé le long du fossé syro-africain, une déchirure dans la croûte terrestre qui longe la frontière israélo-jordanienne et appartient à la vallée du Grand Rift, un ensemble géologique qui s’étend du nord de la Syrie au Mozambique.

Une barge de forage dans la mer Morte, en 2010. (Crédit : Université de Tel Aviv)

Une plate-forme de forage a été installée au milieu de la mer Morte en 2010 afin de creuser à des centaines de mètres de profondeur, ouvrant la voie à l’analyse de 220 000 années de géologie de la mer Morte, selon le communiqué. Le forage a été effectué sous les auspices du Programme international de forage scientifique continental, qui effectue des opérations de forage en profondeur dans les lits des lacs du monde entier dans le cadre de sa recherche sur les changements climatiques et environnementaux anciens.

Des couches de sédiments, chacune d’environ un millimètre d’épaisseur, sont déposées en alternance chaque année par les crues soudaines hivernales et l’évaporation pendant l’été.

« Dès qu’un tremblement de terre se produit, les sédiments tourbillonnent ensemble, les couches qui s’étaient précédemment déposées dans un ordre parfait se fondent les unes dans les autres et se réinstallent dans un arrangement différent », explique le communiqué.

Le bilan géologique obtenu par l’étude serait celui qui remonte le plus loin dans l’histoire de la planète, selon le communiqué.

Un séisme encore plus important dans quelques siècles

Les chercheurs ont également constaté qu’il existait une « sous-estimation significative de la fréquence des tremblements de terre en Israël ».

Alors qu’un tremblement de terre pourrait survenir dans les prochaines décennies, un séisme de magnitude 7,5, soit 10 fois plus fort sur l’échelle exponentielle de Richter, a également été prédit pour les siècles à venir.

Il était auparavant estimé que les tremblements de terre de magnitude 7,5 ou plus sur l’échelle de Richter se produisaient tous les 10 000 ans environ, mais la nouvelle étude estime que la fréquence pourrait être d’en fait 1 300 à 1 400 ans. Le dernier tremblement de terre de cette ampleur dans la région remonte à 1033.

« Cela signifie qu’au cours des prochains siècles, nous pouvons nous attendre à un autre tremblement de terre d’une magnitude de 7,5 ou plus », indique le communiqué.

L’étude a été publiée en novembre dans la revue Science Advances.

Le Dr. Yin Lu, également de l’Université de Tel Aviv, le professeur Amotz Agnon de l’Université hébraïque, le Dr. Nicolas Waldmann de l’Université de Haïfa, le Dr. Nadav Wetzler de l’Israel Geological Survey et le Dr. Glenn Biasi de l’US Geological Survey ont assisté Shmuel Marco dans la recherche.

Des chaises longues sur une plage de la mer Morte, le 10 juillet 2019. (Crédit : Gershon Elinson / Flash90)

La marine israélienne a organisé l’année dernière un exercice majeur visant à simuler un tremblement de terre dévastateur tuant des milliers de personnes. L’armée et les services d’urgence du pays ont organisé d’autres exercices similaires ces dernières années, les experts ayant averti à plusieurs reprises qu’un tremblement de terre pouvait se produire à tout moment.

Un rapport de 2018 du contrôleur d’État a averti qu’Israël n’était pas prêt à faire face à un tremblement de terre majeur. Le rapport a révélé qu’un tel évènement causerait de graves dommages au gazoduc sous-marin, aux infrastructures de carburant, aux conduites d’eau, aux aéroports et aux transports en général. Les écoles, les hôpitaux, les sites touristiques et les bâtiments publics ne sont pas équipés pour faire face à un important séisme.

Les études du Contrôleur d’État examinant l’état de préparation d’Israël face aux tremblements de terre réalisées en 2001, 2004 et 2011 ont révélé qu’aucun financement n’avait été alloué pour le renforcement des bâtiments anciens et d’autres mesures de précaution, en raison de querelles entre ministères concernant la responsabilité des travaux.

Un tremblement de terre de magnitude 3,8 a frappé au début de ce mois près de la station balnéaire d’Eilat sur la mer Rouge. En juin, un séisme de magnitude 5,4 a frappé au milieu de la mer Rouge, à quelque 245 kilomètres au sud de la ville. Le pays a connu au moins trois tremblements de terre mineurs autour de la région d’Eilat et de la région voisine d’Arava cette année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...