Un site de dépistage de la Covid inauguré à l’aéroport Ben Gurion de Tel-Aviv
Rechercher

Un site de dépistage de la Covid inauguré à l’aéroport Ben Gurion de Tel-Aviv

Benjamin Netanyahu a indiqué que les ministres se réuniront dans les prochains jours pour délibérer de l'opportunité de passer à la troisième étape du plan de déconfinement

Benjamin Netanyahu, masqué, assiste à l'inauguration d'une station de dépistage de la COVID-19 à l'aéroport Ben Gurion International Airport de Lod, le 9 novembre 2020. (Crédit : ATEF SAFADI / POOL / AFP)
Benjamin Netanyahu, masqué, assiste à l'inauguration d'une station de dépistage de la COVID-19 à l'aéroport Ben Gurion International Airport de Lod, le 9 novembre 2020. (Crédit : ATEF SAFADI / POOL / AFP)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a inauguré lundi un centre de dépistage rapide du nouveau coronavirus avec son propre laboratoire au sein du principal aéroport du pays, destiné à faciliter les départs et arrivées de voyageurs. Il était accompagné du ministre de la Santé Yuli Edelstein et de la ministre des Transports Miri Regev.

« Nous avons ici un système innovant avec un laboratoire afin de tester rapidement les voyageurs qui arrivent ou partent de l’aéroport », a déclaré Netanyahu, ajoutant que cela pourrait « aider le transport aérien à revenir plus rapidement, mieux et plus efficacement à la normale ».

« Je suis évidemment impressionné par les efforts qui ont été déployés ici, et vous en ferez encore plus. Plus efficace, plus sûr et plus rapide – parce que nous voulons renouveler le lien d’Israël avec le monde ».

« Notre situation économique, par opposition à celle du monde, est bonne. Nous voulons qu’elle soit meilleure et nous savons que nous devons respecter les règles. Je vois que vous le faites ici, et je le ferai aussi : porter un masque en toutes circonstances », a-t-il ajouté.

« Ici, je voudrais également remercier le professeur Grotto et tout le personnel du ministère de la Santé, du ministère des Transports et de l’Autorité aéroportuaire. »

Netanyahu a fait savoir que les ministres se réuniront dans les prochains jours pour délibérer de l’opportunité de passer à la troisième étape du plan en plusieurs phases de réduction des restrictions sanitaires.

« Nous avons réussi à faire baisser le taux de mortalité qui était l’un des plus élevés au monde, sinon le plus élevé, à l’un des plus faibles en Occident, sinon le plus faible, et nous voulons qu’il le reste. Nous avons réussi à le faire parce que nous l’avons fait ensemble. Cela n’a pas été facile », s’est félicité le Premier ministre.

« Maintenant, nous voulons sortir. Nous sommes sortis de la première étape pour passer à la deuxième étape. La mortalité commence à augmenter, c’est pourquoi nous déciderons demain ou après-demain de la troisième étape. Si les indicateurs ne sont pas au vert, nous n’entrerons pas dans la troisième phase. Ensemble, nous prendrons les mesures qui permettront de garantir que la mortalité n’augmente pas, car si elle croît, elle augmente comme un avion ou un missile qui décolle vers le ciel. Cette situation détruit l’économie et a un coût énorme en termes de vies et de santé des personnes. C’est pourquoi je vous demande de coopérer », a-t-il poursuivi.

« Le ministre de la Santé a eu raison de dire que personne ne veut être un pigeon, personne ne veut être la victime d’une minorité qui bafoue et cause des souffrances et l’emprisonnement d’autres personnes. C’est pourquoi je vous demande à tous d’être stricts sur le port du masque et d’exiger des autres qu’ils le fassent aussi. Exigez-le des autres. Je suis ici, non pas en tant que Premier ministre, mais en tant que citoyen. Je viens de voir quelqu’un ici, quelqu’un de bien, mais son masque était un peu sous le nez. Je lui ai dit : ‘Mets-le sur ton nez’. Soyez stricts en ce qui concerne vos masques. Considérez que chaque personne – il n’y a pas d’autre choix que de le dire – est potentiellement porteuse du virus, et si vous portez tous les deux un masque, il n’y a pas de pandémie, il n’y a pas de coronavirus. C’est aussi simple que cela. »

« Nous voulons pouvoir reconnecter Israël avec le monde », a-t-il ajouté, après avoir refusé de jouer le jeu devant un laborantin équipé d’un écouvillon derrière une fenêtre de protection, arguant avoir déjà été testé à son bureau.

Benjamin Netanyahu, masqué, assiste à l’inauguration d’une station de dépistage de la COVID-19 à l’aéroport Ben Gurion International Airport de Lod, le 9 novembre 2020. (Crédit : ATEF SAFADI / POOL / AFP)

L’installation à l’aéroport Ben Gurion de Tel-Aviv permet l’analyse sur place des tests de voyageurs avec des résultats prêts dans les six heures.

Le coût du test est de 135 shekels pour le résultat rapide et de 45 shekels pour des résultats en 14 heures, a indiqué la ministre des Transports Miri Regev lors de la cérémonie.

Le résultat sera inscrit et certifié dans un « passeport médical » qui permettra d’éviter une quarantaine, notamment aux Seychelles et à Dubaï.

Après un pic de contaminations en septembre qui a vu Israël enregistrer un des taux d’infection les plus élevés au monde, les autorités ont imposé un reconfinement sur tout le territoire, permettant au nombre de nouveaux cas quotidiens de baisser en dessous du millier.

Les restrictions sont depuis progressivement assouplies.

Pays de neuf millions d’habitants, Israël a officiellement enregistré 319 500 cas, dont 2 674 décès.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...