Rechercher

Un suspect de l’attentat de Lockerbie présenté à la justice aux Etats-Unis

Abu Agila Mohammad Mas'ud Kheir Al-Marimi, expert en explosifs pour le renseignement libyen, a admis en 2012 avoir fabriqué la bombe qui a abattu le vol 103 de la Pan Am

Abu Agila Mohammad Mas'ud Kheir Al-Marimi, suspect dans l'attentat de Lockerbie, en détention au centre de détention pour adultes d'Alexandria, le 12 décembre 2022, à Alexandria, en Virginie. (Crédit : Bureau du shérif d'Alexandrie via AP)
Abu Agila Mohammad Mas'ud Kheir Al-Marimi, suspect dans l'attentat de Lockerbie, en détention au centre de détention pour adultes d'Alexandria, le 12 décembre 2022, à Alexandria, en Virginie. (Crédit : Bureau du shérif d'Alexandrie via AP)

Un Libyen, accusé d’avoir préparé la bombe ayant servi dans l’attentat de Lockerbie en Ecosse, a été transféré aux Etats-Unis et présenté lundi à une juge fédérale, près de 34 ans après ce drame qui a fait 270 morts.

Lors d’une brève audience dans un tribunal de Washington, Abou Agila Mohammad Massoud Kheir al-Marimi, 71 ans, a été informé des charges pesant contre lui, notamment pour « destruction d’un avion ayant entraîné la mort ».

Malgré la gravité des faits, cet homme né en Tunisie n’encourt pas la peine de mort, car elle ne s’appliquait pas en 1988 au niveau fédéral pour ces chefs d’inculpation, a précisé un procureur.

M. Massoud, qui s’exprimait par le biais d’un traducteur, restera en détention jusqu’à une prochaine audience, le 27 décembre, lors de laquelle ses avocats pourront demander une éventuelle remise en liberté. L’accusation a fait savoir qu’elle s’y opposerait.

Le ministre américain de la Justice Merrick Garland a salué le transfert de l’accusé sur le sol américain. « C’est un pas important pour rendre justice aux victimes et à leurs proches », a-t-il estimé dans un communiqué.

Quelques heures après l’événement, des policiers se tiennent près de l’épave du Boeing 747 assurant le vol Pan Am 103 qui a explosé et s’est écrasé au-dessus de Lockerbie, en Écosse, le 21 décembre 1988. (Roy Letkey/AFP)

Ancien membre des services de renseignement du dictateur Mouammar Kadhafi, il avait été inculpé par la justice américaine le 21 décembre 2020, jour du 32e anniversaire de la tragédie. Il se trouvait alors en détention en Libye et les autorités américaines s’étaient dites « optimistes » quant aux chances d’obtenir son extradition.

Les conditions de son arrestation par les Etats-Unis, annoncée dimanche par la justice écossaise, et de son transfert sur le sol américain restent toutefois inconnues. Dans un communiqué, la Maison Blanche s’est bornée à dire que les Etats-Unis l’avaient arrêté « légalement ».

« Aujourd’hui est un jour important pour la justice », a affirmé le secrétaire d’Etat Antony Blinken dans un communiqué, en saluant la coopération avec les autorités écossaises et les « efforts des autorités libyennes ces dernières années ».

« Ces événements montrent que notre quête de justice ne connaît pas de limites », a commenté pour sa part la principale magistrate d’Ecosse, Dorothy Bain, en faisant savoir qu’elle se rendrait aux Etats-Unis la semaine prochaine pour rencontrer les procureurs américains et participer aux commémorations de la tragédie.

Mémorial aux victimes de l’attentat de Lockerbie (Crédit : Wikimedia Commons)

Le 21 décembre 1988, un Boeing 747 de la Pan Am, reliant Londres à New York, avait explosé au-dessus du village écossais de Lockerbie, tuant les 259 passagers et membres d’équipage et 11 personnes au sol.

Cet attentat est le plus meurtrier jamais commis sur le territoire du Royaume-Uni, mais aussi le deuxième plus meurtrier contre des Américains après les attentats du 11 septembre 2001, puisque 190 victimes étaient américaines.

Boîte de nuit

Une seule personne a été condamnée pour cette attaque : le Libyen Abdelbaset Ali Mohamed al-Megrahi, qui a toujours clamé son innocence, a écopé d’une peine de prison à vie en 2001 après un procès devant un tribunal pénal écossais établi en terrain neutre, aux Pays-Bas. Un autre accusé avait lui été acquitté.

Libéré le 20 août 2009 par la justice écossaise en raison d’un cancer en phase terminale, al-Megrahi avait reçu un accueil triomphal à son retour à Tripoli. Il est décédé en 2012.

En 2003, le régime de Mouammar Kadhafi avait reconnu officiellement sa responsabilité dans l’attentat et payé 2,7 milliards de dollars de dédommagements aux familles des victimes.

Après sa chute en 2011, des enquêteurs américains et écossais s’étaient rendus en Libye pour explorer de nouvelles pistes. Les médias britanniques avaient alors évoqué le nom d’Abou Massoud et celui d’Abdallah Senoussi, ex-chef des services de renseignement libyen et beau-frère de Kadhafi.

Après la révolution, Massoud avait été arrêté par les nouvelles autorités. Selon le magazine New Yorker, il avait été condamné en 2015 à dix ans de prison pour avoir fabriqué des bombes utilisées en 2011 par le régime Khadafi contre ses opposants.

Lors d’un interrogatoire en 2012, il a avoué aux services de renseignement du nouveau régime sa participation dans l’attaque de Lockerbie, mais aussi contre une boîte de nuit à Berlin en 1986 (trois morts), d’après des documents judiciaires américains.

Les enquêteurs disposent également de relevés de voyages montrant notamment qu’il a effectué un vol entre la capitale libyenne Tripoli et l’île de Malte juste avant l’attentat.

C’est là que la bombe, contenue dans une cassette audio et cachée dans une valise, avait été embarquée pour être placée plus tard dans la soute du vol Pan Am, selon ces documents.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.