Un symposium au Sénat consacré au handicap en France et en Israël
Rechercher

Un symposium au Sénat consacré au handicap en France et en Israël

L’association APF France handicap et la Fondation France-Israël ont organisé le symposium "Regards croisés français et israélien sur les personnes en situation de handicap"

Une manifestation devant les ministères des Affaires sociales et des Finances rassemblant des centaines de personnes handicapées à Jérusalem, le 25 octobre 2010. Illustration. (Crédit : Abir Sultan/Flash90)
Une manifestation devant les ministères des Affaires sociales et des Finances rassemblant des centaines de personnes handicapées à Jérusalem, le 25 octobre 2010. Illustration. (Crédit : Abir Sultan/Flash90)

Le 25 mars dernier, l’association APF France handicap et la Fondation France-Israël – dont le but est d’accroître les relations entre les deux pays notamment dans les domaines scientifique, économique et culturel – ont organisé un symposium au Sénat intitulé « Regards croisés français et israélien sur les personnes en situation de handicap ».

Selon le site Informations.handicap.fr, la réunion visait à répondre aux questions : « Quels points communs, quelles différences, quelles bonnes pratiques à échanger entre France et Israël dans le domaine du
handicap ? »

Parmi les nombreux allocutaires, se trouvaient Elie Elalouf, député israélien et président de la commission des Affaires sociales de la Knesset, Muriel Haim, présidente de la Fondation France-Israël, Sophie Cluzel, ministre en charge des personnes handicapées, et plusieurs sénateurs. La journée a été conclue par une intervention de Pascale Bercovitch, athlète paralympique israélienne.

Au fil de la journée, différentes rencontres ont été organisées, notamment sur des thèmes tels que : « L’emploi, un atout ou une charge pour l’entreprise ? » ; « L’armée, facteur d’intégration et de reconnaissance ? » ou encore « Quelle place pour les personnes handicapées ? ».

Dans une interview avec le site Informations.handicap.fr, Prosper Teboul, directeur général d’APF France handicap, a déclaré : « L’intérêt était de naviguer entre des positionnements politiques, historiques, sociologiques, avec des témoignages sur les pratiques éducatives, l’emploi et même le sport […]. Le pari était à la fois ambitieux et modeste. En une journée, on ne pouvait pas dresser un inventaire des pratiques dans les deux pays… L’objectif était de faire une sorte de photographie à l’instant T. »

A la question « De par sa situation géopolitique, Israël compte-t-elle plus de personnes handicapées ? », Muriel Haim a répondu : « Il n’y en a pas plus mais le regard est forcément différent parce qu’il y a 400 à 500 blessés tous les ans qui deviennent handicapés. Donc, lorsqu’on croise une personne avec un handicap moteur, le premier réflexe est de se dire qu’elle a souffert pour servir son pays. »

La nouvelle présidente de la Fondation France-Israël poursuit en expliquant de quelle façon le pays a su adapter son environnement et ses espaces urbains aux handicapés. « Il y a une quinzaine d’années, un hélicoptère est tombé et l’un des soldats est devenu tétraplégique, explique-t-elle. Il a alors écrit alors au président Eizer Weizmann, qui a dirigé l’armée de l’air, pour lui dire qu’il ne pouvait circuler nulle part en fauteuil roulant. Quelques jours plus tard, il a reçu un appel du  président Weizmann qui souhaitait lui confier une mission : rendre le pays accessible. Aujourd’hui, il l’est presque partout : les transports, tous les ministères… Par ailleurs, le gouvernement a annoncé la fermeture de tous les lieux publics qui ne seraient pas accessibles d’ici à 2020. Et il le fera ! »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...