Rechercher

Un système de défense impliquant le Dôme de fer testé avec succès aux USA

Ces essais auraient été réalisés au Nouveau Mexique ; le prototype combine un radar et un centre de commandement américains avec le lanceur israélien et ses missiles intercepteurs

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Une batterie du Dôme de fer lance un missile intercepteur pendant un essai sur la zone militaire américaine de White Sands, au Nouveau-Mexique, une image publiée le 18 juillet 2022. (Crédit : Ministère de la Défense)
Une batterie du Dôme de fer lance un missile intercepteur pendant un essai sur la zone militaire américaine de White Sands, au Nouveau-Mexique, une image publiée le 18 juillet 2022. (Crédit : Ministère de la Défense)

Le prototype d’un système de défense antiaérien américain basé sur le Dôme de fer israélien s’est distingué au cours d’une série d’essais qui ont simulé les menaces que pourraient potentiellement devoir affronter le corps américain des Marines, a fait savoir lundi le ministère israélien de la Défense.

Le système – appelé le MRIC (Capacité d’interception à moyenne portée), qui sera propre au corps des Marines – combine le lanceur du Dôme de fer, les missiles intercepteur Tamir et un radar et un centre de commandement des Marines.

Lors du premier essai, le MRIC a frappé plusieurs cibles lancées simultanément, qui ont simulé des missiles de croisière et qui étaient parties depuis différentes directions et sur des trajectoires différentes, a fait savoir le ministère.

Le ministère israélien de la Défense a expliqué que le prototype a été « taillé de manière à correspondre aux moyens existants de l’USMC et à répondre aux exigences en termes d’expédition ».

« Ce test a prouvé que l’intercepteur Tamir du Dôme de fer et ses composantes terrestres associées peuvent être intégrées rapidement et de manière efficace dans n’importe quelle architecture de défense concernée, et intercepter des menaces aériennes variées dans des scénarios complexes et innovants », a commenté pour sa part Moshe Patel, qui dirige l’organisation de la Défense antimissile au sein du ministère.

Don Kelly, administrateur au sein du bureau des programme des Marines – qui est chargé de développer, de livrer et d’entretenir les armements – a estimé que ces essais « prouvent que nous disposons dorénavant de capacités appropriées ».

Les essais ont été conduits dans la zone militaire White Sands de l’armée américaine. Le fabricant israélien Rafael, qui a co-développé le Dôme de fer, avait envoyé des représentants, a dit le ministère de la Défense.

Illustration : Le ministère de la Défense et l’entrepreneur de défense Rafael testent une version améliorée du système de défense antimissile Dôme de Fer en janvier 2020. (Ministère de la Défense)

« Une fois encore, le Dôme de fer a prouvé son efficacité et ses capacités opérationnelles dans les scénarios de combat, » a commenté Pini Yungman, vice-président de la division de la défense aérienne et antimissile de Rafael. « Rafael est fier de continuer à prouver qu’il est un leader mondial dans le développement des systèmes de défense les plus avancés qui ont fait leurs preuves au fil du temps ».

L’été dernier, les troupes américaines avaient fait leurs premiers essais du Dôme de fer mais sans l’intégrer pleinement dans leurs systèmes propres.

Conçu à l’origine pour intercepter les roquettes, le Dôme de fer a depuis été modernisé et il s’est amélioré – il est dorénavant en mesure d’abattre les obus de mortier, les drones et les missiles de croisière.

Selon les dispositions d’un accord conclu en 2019, l’État juif a vendu deux batteries du Dôme de fer aux États-Unis – la première a été livrée à la fin de l’année 2020 et la deuxième au mois de janvier 2021. Depuis, l’armée américaine a travaillé à intégrer le système dans sa propre gamme de défense.

Une batterie de défense antimissile Dôme de Fer chargée sur un navire pour être livrée aux États-Unis, en janvier 2021. (Crédit : Ministère de la Défense)

Israël s’intéresse à l’idée de vendre le système du Dôme de fer à l’étranger mais sans devoir révéler pour autant les technologies qui le font fonctionner, de telles informations étant susceptibles d’être utilisées par les ennemis du pays pour déjouer le système.

Au mois de mars 2020, l’armée américaine avait évoqué ses inquiétudes sur le fait qu’elle n’avait pas obtenu d’accès aux codes sources sous-jacents – ce qui rend moins probable de nouvelles acquisitions de sa part.

Le Dôme de fer israélien, qui avait été initialement développé en Israël mais qui s’était élargi de manière significative grâce au financement américain, est utilisé en opération depuis plus d’une décennie au sein de l’État juif et en particulier contre les roquettes à courte-portée qui sont lancées depuis la bande de Gaza, mais aussi le long de la frontière syrienne. Il représente actuellement le tiers inférieur de la gamme de défense antiaérienne qui a de multiples niveaux – rejoint par la Fronde de David, pour les missiles à moyenne portée, et du système Arrow, pour les projectiles à longue portée.

Des roquettes en provenance de Gaza, à droite, sont vues dans le ciel nocturne tirées en direction d’Israël depuis Beit Lahia, dans le nord de la bande de Gaza, le 14 mai 2021, tandis que des missiles d’interception Dome de Fer, à gauche, se dressent à leur rencontre. (Crédit : Anas Baba/AFP)

Israël, pendant ce temps, développe également un système de défense antiaérienne basé sur le laser, le « Faisceau de fer », qui travaillera en tandem avec le Dôme.

Le Dôme de fer a intercepté des milliers de roquettes et de projectiles depuis qu’il a été mis en service – encore récemment samedi, après que des terroristes de la bande de Gaza ont tiré quatre roquettes vers le sud du pays. L’une d’entre elles a été abattue par le système et les trois autres sont retombées dans des champs, n’entraînant aucun dégât. Le Dôme de fer aurait sauvé des centaines de vies depuis son tout premier déploiement, en 2011.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...