Rechercher

Un témoin clé du procès décrit les demandes incessantes de cadeaux des Netanyahu

Hadas Klein, l’assistante des milliardaires Milchan et Packer, décrit au tribunal son rôle de ‘livreuse’ de produits de luxe à l'ancien Premier ministre et à sa femme

Hadas Klein, assistante d'Arnon Milchan, arrive à une audience du procès de l'ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au tribunal de district de Jérusalem, le 5 juillet 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Hadas Klein, assistante d'Arnon Milchan, arrive à une audience du procès de l'ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au tribunal de district de Jérusalem, le 5 juillet 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Hadas Klein, une assistante des milliardaires Arnon Milchan et James Packer, a décrit en détail les demandes incessantes de produits de luxe formulées pendant des années par l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara, à ses patrons.

Au cours de sa première journée de témoignage devant le tribunal de district de Jérusalem, Mme Klein a expliqué qu’elle était devenue l’intermédiaire d’un interminable approvisionnement en cigares et en champagne de première qualité pour les Netanyahu, des biens qui, selon elle, n’étaient pas offerts par Milchan ou Packer mais étaient exigés directement par l’ex-Premier ministre et son épouse.

Son témoignage est très important car il contredit la défense de Netanyahu selon laquelle il ne faisait qu’accepter des cadeaux d’un ami et qu’il n’a jamais été conscient de l’étendue des cadeaux.

Le témoignage de Klein se rapporte à l’Affaire 1000, le procès pour corruption de Netanyahu, dans lequel il est accusé de fraude et d’abus de confiance pour avoir supposément accepté des cadeaux de luxe de Milchan et Packer pour une valeur de 691 776 shekels.

Selon l’acte d’accusation, en retour, l’ancien Premier ministre aurait aidé Milchan pour des questions personnelles liées à des visas et pour obtenir des avantages réglementaires et fiscaux pour ses intérêts commerciaux en Israël.

Les biens auraient été fournis entre 2011 et 2016, selon l’acte.

Lors de l’audience de mardi, la première pour l’Affaire 1000, Mme Klein a déclaré qu’elle avait personnellement livré du champagne et des bijoux aux Netanyahu, notant que Milchan amenait souvent les cigares lui-même lorsqu’il avait une réunion avec le Premier ministre de l’époque.

Elle a spécifiquement décrit la pression et les exigences constantes du couple, y compris les appels personnels de Netanyahu lui-même demandant une marque spécifique de cigare qui était difficile à obtenir.

« Nous étions très discrets à ce sujet… nous sentions que nous devions l’être », a déclaré Hadas Klein à propos de ses ‘livraisons’.

Hadas Klein, assistant d’Arnon Milchan, arrive à une audience du procès contre l’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au tribunal de district de Jérusalem, le 5 juillet 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Klein a raconté que Netanyahu avait un jour demandé des cigares Cohiba 56 à Milchan mais qu’elle n’avait pu trouver que des Cohiba 54. Elle a ajouté que Netanyahu, furieux, s’est plaint alors à Milchan à ce sujet.

Mme Klein a déclaré que lors d’un voyage personnel à Cuba, elle avait essayé de trouver le Cohiba 56 pour Netanyahu, mais sans succès.

Son témoignage selon lequel Netanyahu l’aurait contactée directement afin d’obtenir le bon cigare semble contredire la défense de ce dernier selon laquelle il n’était pas conscient des cadeaux.

À une autre occasion, Klein a déclaré que Sara lui avait demandé de livrer du champagne à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, la veille de la fête de Pessah.

Klein a déclaré avoir initialement essayé de ne pas livrer le champagne, car elle accueillait 40 personnes pour le Seder. Mais, lorsque Milchan l’a appelée pour lui dire qu’il avait reçu un appel de Sara au sujet de la requête, Klein a déclaré qu’elle n’avait pas d’autre choix que de se rendre à Jérusalem pour livrer le champagne.

Si j’apportais trois bouteilles de champagne, [Sara] se plaignait : « Pourquoi seulement trois ? », a-t-elle ajouté.

Dans son témoignage, Klein a déclaré que Milchan approuvait personnellement toutes les demandes de cadeaux vu qu’il gardait un contrôle précis de ses finances.

Arnon Milchan (à gauche) et Benjamin Netanyahu lors d’une conférence de presse à la Knesset, le 28 mars 2005. (Crédit : Flash90/File)

Il aurait pourtant été troublé par toutes ces demandes coûteuses.

« Arnon m’a dit : ‘Ces montants commencent à être hors de contrôle, dites-lui que notre comptable commence à poser des questions' », a affirmé Klein, ajoutant que Milchan ne s’est jamais porté volontaire pour leur acheter de tels cadeaux.

En revanche, Packer, qui était très impressionné par Netanyahu après lui avoir été présenté en 2013, a dit à Klein de donner aux Netanyahu tout ce qu’ils demandaient et de ne rien leur refuser, a-t-elle dit.

Klein a décrit en détail les nombreuses occasions où elle ou le chauffeur de Milchan apportait du champagne et des cigares aux Netanyahu, à la résidence officielle du Premier ministre, rue Balfour à Jérusalem, ou à leur résidence à Césarée.

Selon Klein, à une occasion, alors qu’elle avait fait réparer la montre de Sara et la remettait à Netanyahu, il lui aurait demandé si elle lui avait également apporté des cigares (elle n’en avait pas).

Sara Netanyahu (à gauche) pose avec la femme d’Arnon Milchan sur l’une des nombreuses photos que le Premier ministre a remises à la police pour prouver que le champagne et les cigares qu’il a reçus du magnat d’Hollywood étaient des cadeaux fournis dans le cadre d’une longue amitié entre les deux familles, le 16 novembre 2017. (Crédit : Capture d’écran/Hadashot news)

Parmi les champagnes dont ont profité les Netanyahu figurait le champagne Dom Pérignon millésimé, pour lequel Klein a déclaré qu’ils étaient prêts à payer plus de 1 000 shekels la bouteille, ainsi qu’un champagne rosé de Moët & Chandon, la boisson préférée de Sara.

Klein a déclaré qu’elle et le chauffeur ne livraient jamais moins de deux caisses de champagne avec six bouteilles par caisse.

Lorsqu’un procureur lui a demandé s’il lui arrivait de se plaindre de ne pas avoir reçu assez de champagne ou de cigares, Klein a répondu : « C’était l’histoire de notre vie », ajoutant : « Vous ne pouviez pas dire non, c’était le Premier ministre ».

« Je rencontrais souvent Sara ; quand on apportait du champagne. Quand on en apportait, on apportait au moins deux caisses. Évidemment, j’achetais les boîtes de cigares. Les bijoux, je les donnais personnellement à Sara chez elle, à la piscine. [Et les] manteaux que j’achetais », a-t-elle déclaré.

Elle a cité une conversation au cours de laquelle Milchan a dit à Packer qu’on ne pouvait pas aller chez les Netanyahu sans apporter de cadeaux, et que si cela devait arrivait, on ne serait plus invité.

Le témoignage de Klein devrait se poursuivre mercredi.

Outre l’Affaire 1000, Netanyahu est accusé de fraude et d’abus de confiance dans deux autres affaires, ainsi que de corruption dans l’une d’elles. Il a nié avoir commis des actes répréhensibles et a affirmé sans preuve que les accusations étaient fabriquées et faisaient partie d’une tentative du ministère public et de ses rivaux politiques de le forcer à quitter ses fonctions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...