Un trésor de pièces d’or datant de 900 ans découvert à Césarée
Rechercher
Le miracle de Hanoukka

Un trésor de pièces d’or datant de 900 ans découvert à Césarée

Selon Robert Kool, expert en numismatique pour l'Autorité israélienne des Antiquités, le trésor contient des pièces rares liées au règne de l'empereur byzantin Michel VII

  • Le pot de pièces d'or et une boucle d'oreille découverts lors de fouilles archéologiques à Césarée, (Crédit : Caesarea Development Corporation)
    Le pot de pièces d'or et une boucle d'oreille découverts lors de fouilles archéologiques à Césarée, (Crédit : Caesarea Development Corporation)
  • Une boucle d'oreille découverte lors de fouilles archéologiques à Césarée, (Crédit : Caesarea Development Corporation)
    Une boucle d'oreille découverte lors de fouilles archéologiques à Césarée, (Crédit : Caesarea Development Corporation)
  • Identification préliminaire des pièces découvertes lors de fouilles archéologiques à Césarée, par dr Rpbert  Kool, expert en numismatique pour l'Autorité israélienne des Antiquités et le codirecteur des fouilles Peter Gendelman, (Crédit : Yaniv Berman/Caesarea Development Corporation
    Identification préliminaire des pièces découvertes lors de fouilles archéologiques à Césarée, par dr Rpbert Kool, expert en numismatique pour l'Autorité israélienne des Antiquités et le codirecteur des fouilles Peter Gendelman, (Crédit : Yaniv Berman/Caesarea Development Corporation
  • Une pièce d'or convexe avec le sceau de l'empereur byzantin Michael VII Doukas (1071 – 1079) découverte lors de fouilles archéologiques à Césarée, (Crédit : Caesarea Development Corporation)
    Une pièce d'or convexe avec le sceau de l'empereur byzantin Michael VII Doukas (1071 – 1079) découverte lors de fouilles archéologiques à Césarée, (Crédit : Caesarea Development Corporation)
  • Le site des fouilles archéologiques de Césarée Maritima. (Crédit :Yaakov Shimdov, Israel Antiquities Authority)
    Le site des fouilles archéologiques de Césarée Maritima. (Crédit :Yaakov Shimdov, Israel Antiquities Authority)
  • Identification préliminaire des pièces découvertes lors de fouilles archéologiques à Césarée, par dr Rpbert  Kool, expert en numismatique pour l'Autorité israélienne des Antiquités. (Crédit : Yaniv Berman/Caesarea Development Corporation
    Identification préliminaire des pièces découvertes lors de fouilles archéologiques à Césarée, par dr Rpbert Kool, expert en numismatique pour l'Autorité israélienne des Antiquités. (Crédit : Yaniv Berman/Caesarea Development Corporation

Un trésor de pièces d’or rares a été découvert dans le port antique de Césarée (nord d’Israël), probablement enfoui – et jamais récupéré – par son propriétaire pour le soustraire à la conquête de la ville par les Croisés il y a 900 ans.

Des fouilles ont permis d’exhumer il y a quelques jours un petit pot de bronze renfermant 24 pièces d’or et une boucle d’oreilles, placé entre deux pierres à côté d’un puits dans une ancienne maison, ont indiqué l’Autorité  israélienne des Antiquités et plusieurs organisations impliquées dans la découverte.

Les pièces, présentées lundi à la presse et datant de la fin du XIe siècle « permettent de lier le trésor à la conquête de la ville par les Croisés en 1101, un des épisodes les plus dramatiques de l’histoire médiévale de la ville », disent dans un communiqué les directeurs des fouilles, Peter Gendelman et Mohammed Hatar.

« Quelqu’un a dissimulé sa fortune en espérant la reprendre plus tard, mais n’est jamais revenu », disent-ils.

« Selon des sources écrites contemporaines, la plupart des habitants de Césarée ont été massacrés par l’armée de Baudouin Ier, alors roi de Jérusalem. Il est probable que le propriétaire du trésor et sa famille ont péri dans le massacre, ou ont été vendus comme esclaves, et n’ont jamais récupéré leur or », ajoutent-ils.

Selon Robert Kool, expert en numismatique pour l’Autorité israélienne des Antiquités, le trésor contient des pièces rares liées au règne de l’empereur byzantin Michel VII.

« Ces pièces ne circulaient pas localement et laissent présumer des contacts, et de possibles relations commerciales, entre Césarée et Constantinople (Byzance) à cette période », explique-t-il.

« Une ou deux de ces pièces d’or équivalaient au salaire annuel d’un fermier, il est donc probable que la personne qui a caché le trésor était d’un milieu aisé ou pratiquait le commerce », ajoute-t-il.

Le pot de bronze dans lequel se trouvait le trésor pendant un millénaire est en lui même un objet de valeur. Il a été caché entre les pierres dans un abreuvoir souterrain. Kool a expliqué que les pièces sont généralement placées dans ces ustensiles en céramique. Le matériau de ce pot, qui aurait eu un couvercle en métal, a été fermé par un bouchon en céramique provisoire avant d’être placé dans l’abreuvoir.

« Les propriétaires ont cassé une pièce de céramique et l’ont posée dessus pour que les pièces ne se renversent pas », a expliqué Kool. La valeur du pot, la cachette et le couvercle provision « corroborent la thèse de la fuite à l’époque des Croisés. »

Le pot de pièces d’or et une boucle d’oreille découverts lors de fouilles archéologiques à Césarée, (Crédit : Caesarea Development Corporation)

Césarée, sur les bords de la Méditerranée, a été construite au 1er siècle avant l’ère commune par le roi de Judée Hérode 1er, nommé par les Romains.

Les vestiges importants des époques romaine et médiévale font de Césarée l’une des attractions d’Israël. Le site est aussi le lieu de nombreuses découvertes : en 2015, 2 000 pièces d’or vieilles de 1 000 ans avaient ainsi été retrouvées par des plongeurs, le plus important trésor numismatique mis au jour en Israël selon l’Autorité des antiquités.

Dans un entretien téléphonique depuis Césarée, Kool a confié au Times of Israel qu’il avait montré certaines pièces à des écoliers en visite. « Ces pièces sont si belles et ils étaient ravis de les voir. Voilà ce que nous faisons, nous rendons cela accessible au public. »

Michael Karsenti, PDG de la Caesarea Development Corporation, a déclaré que « pour cette découverte, nous avons mobilisé toutes nos ressources et cette rare trouvaille est désormais visible au port de Césarée, dès aujourd’hui et pour toute la durée de la fête de Hanoukka. »

Gold ‘nomisma’ coin minted by the Byzantine emperor Romanos III (1028 – 1034 CE) that was recently unearthed at the Caesarea Maritima archaeological site. (Yaniv Berman, courtesy of the Caesarea Development Corporation)

Pour Kool, le miracle de Hanoukka s’est déjà produit. Il a admis que les institutions tentent toujours de trouver un lien entre les fêtes et leurs trouvailles. « Mais cette années, tout colle », a-t-il dit.

« Un petit récipient – en bronze – mais empli de pièces islamique et chrétiennes, retrouvées si près de la fête juive… Je trouve cela lourd de sens », a-t-il dit. « On peut être cynique, mais d’un autre côté, pour nous, en termes d’archéologie, c’est un petite miracle de trouver quelque chose comme ça. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...