Un tribunal de Tel Aviv ordonne à une mère de vacciner ses deux enfants
Rechercher

Un tribunal de Tel Aviv ordonne à une mère de vacciner ses deux enfants

Le père a intenté des poursuites après que le couple, non marié, a accepté d'avoir des enfants mais la mère a refuser les vaccins, affirmant, sans preuves, qu'ils y sont réactifs

Cette photo prise le 5 avril 2019 montre une infirmière qui prépare un vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole à département de santé du comté de Rockland, Ney York (Johannes Eisele/AFP)
Cette photo prise le 5 avril 2019 montre une infirmière qui prépare un vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole à département de santé du comté de Rockland, Ney York (Johannes Eisele/AFP)

Le tribunal des Affaires familiales de Tel Aviv a ordonné à une femme de faire vacciner ses enfants sous un délai de 14 jours, affirmant que les raisons qu’elle avait invoqué contre la vaccination étaient « générales, vagues et infondées ».

Le père avait intenté des poursuites, avait fait savoir le quotidien Haaretz. Les parents ne sont pas mariés et avaient signé un contrat pour avoir des enfants ensemble. En vertu de ce contrat, la mère s’était engagée à s’assurer que les enfants bénéficient d’un suivi médical et reçoivent les vaccins recommandés par le ministère de la Santé.

Les enfants, âgés de 7 et 4 ans, n’ont pas été vaccinés contre la rougeole, ni contre d’autres maladies infantiles

La mère a argué que ses enfants faisaient des réactions aux vaccins et que les précédents vaccins administrés avaient eu des effets secondaires, comme des convulsions, de la fièvre, de la diarrhée, des vomissements, des troubles respiratoires et des éruptions cutanées. Aucun document médical n’est venu corroborer ses allégations. L’enfant de sept ans présente un léger trouble rénal.

La mère a soumis une recommandation d’un docteur déconseillant la vaccination, mais le père a soumis des preuves que ce médecin n’est pas le médecin traitant des enfants et n’est pas affilié au système de santé israélien et n’a pas ausculté les enfants, selon Haaretz.

« La rougeole est une maladie très dangereuse et a récemment connu une recrudescence et par conséquent, pour le bien, la santé et la sécurité des mineurs, il n’y a d’autre choix que d’ordonner leur vaccination », a écrit la juge dans sa décision.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...