Un village palestinien visé par un deuxième acte raciste en une semaine
Rechercher

Un village palestinien visé par un deuxième acte raciste en une semaine

Une phrase en hébreu menaçant d'une guerre afin de contrôler la Cisjordanie a été taguée sur un mur de Kafr Malik

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

La police a ouvert une enquête lundisur un possible crime raciste qui a ciblé un village palestinien du centre de la Cisjordanie, où les pneus de 13 véhicules ont été crevés et des slogans ont été tagués.

Reprenant le nom biblique pour la Cisjordanie, l’une des phrases en hébreu promettait : « Il y aura une guerre pour la Judée et la Samarie ».

Les images de caméras de sécurité du village, Kafr Malik, montrent trois individus en capuche marcher lentement vers des voitures garées, se pencher, crever les pneus un par un, avant de sortir du village.

L’incident est intervenu seulement quatre jours après que la police a ouvert une enquête sur une attaque similaire dans le village cisjordanien d’Einabus, où quatre voitures ont été vandalisées et des slogans en hébreu ont été tagués sur une mosquée et sur des bâtiments à proximité.

« Il y aura une guerre pour la Judée et Samarie » peint au spray graffiti dans une « attaque du prix à payer » contre le village palestinien de Kafr Malik en Cisjordanie, le 17 juin 2019. (Municipalité Kafr Malik)

Une semaine auparavant, une dizaine de jeunes Israéliens ont été filmés en train de lancer des pierres sur des maisons et des véhicules garés dans le village voisin de Yasuf.

Aucune arrestation n’a eu lieu.

Malgré les dizaines de crimes racistes qui ont ciblé les Palestiniens et leurs biens ces dernières années, les arrestations des coupables sont extrêmement rares. Des groupes défense des droits humains regrettent que le condamnations soient encore plus rares, la majorité des poursuites dans de tels cas étant abandonnées.

Les attaques, souvent surnommées « attaques de prix à payer », sont habituellement limitées à des incendies et des graffiti,s mais incluent parfois des agressions physiques et même des meurtres.

En décembre, le Bureau des Nations unies pour la Coordination des affaires humanitaires a publié un rapport qui faisait état d’une augmentation de 69 % des attaques d’habitants d’implantations sur des Palestiniens en 2018 par rapport à 2017.

Dimanche, des Israéliens de l’implantation d’Yitzhar au nord de la Cisjordanie ont accusé les Palestiniens voisins d’avoir mis le feu à plusieurs champs appartenant à leurs résidents. Des avions des pompiers ont été mobilisés pour éteindre les flammes dans le deuxième incident du genre en trois jours. Un porte-parole de la police a dit qu’elle était au courant des incendies, mais qu’aucune preuve n’avait été trouvée pour indiquer qu’il s’agissait d’incendies criminels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...