Un vol rapatriant des Israéliens bloqués au Pérou prêt à décoller
Rechercher

Un vol rapatriant des Israéliens bloqués au Pérou prêt à décoller

Les vols transportant les voyageurs de Cusco à Lima, où les avions d'El Al attendent, décolleront bientôt maintenant que les autorités péruviennes ont approuvé le voyage

Un soldat péruvien décharge les sacs de voyageurs israéliens à l'aéroport de Cusco, le 19 mars 2020. (rédit : Amsalem Tours)
Un soldat péruvien décharge les sacs de voyageurs israéliens à l'aéroport de Cusco, le 19 mars 2020. (rédit : Amsalem Tours)

Les vols d’El Al devaient partir jeudi avec à leur bord des centaines d’Israéliens bloqués au Pérou en raison des fermetures de frontières décrétées des suites du coronavirus.

Le ministre des Affaires étrangères Israel Katz a déclaré que des avions transportant quelque 550 Israéliens partiraient de Cusco, une ville du sud-est du Pérou, pour la capitale Lima, où ils rejoindraient d’autres Israéliens présents dans ce pays d’Amérique du Sud pour s’envoler vers Israël.

Les avions ont été autorisés à voler de Cusco à Lima après qu’Israel Katz s’est entretenu avec son homologue péruvien Gustavo Meza-Cuadra, qui a donné son feu vert après avoir consulté le ministre des Transports du Pérou, a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

« Avec l’aide de Dieu, tout le monde rentrera chez lui en toute sécurité », a écrit M. Katz sur Twitter.

Des Israéliens à bord d’un avion ralliant les villes péruviennes de Cusco et Lima, d’où ils embarqueront sur des vols vers Israël, le 19 mars 2020. (Crédit : Amsalem Tours)

Amsalem Tours, une agence de voyage israélienne qui a participé à l’organisation des vols de Cusco à Lima, a expliqué que le premier des quatre avions décollait à 7h30, heure locale, et que les autres décolleraient à 30 minutes d’intervalle.

Le Pérou avait bloqué les vols par crainte qu’un groupe aussi important n’atterrisse à Lima et par crainte que les Israéliens ne cherchent un logement dans la ville, ce qui risquait d’accroître la propagation du virus, selon la Douzième chaîne.

Des images diffusées mercredi par la télévision israélienne ont montré des passagers blottis les uns contre les autres devant l’aéroport de Cusco, encourant ainsi un risque élevé d’exposition au virus.

Les Israéliens ont reçu l’ordre de se séparer et de trouver des endroits pour dormir à l’aéroport en attendant que les vols soient approuvés, a rapporté la Douzième chaîne.

Des milliers d’Israéliens se trouveraient en Amérique du Sud, où plusieurs pays ont annoncé la fermeture de leurs frontières pour lutter contre la propagation du coronavirus. L’Argentine et le Pérou ont tous deux annoncé des fermetures de frontières dimanche, tandis que le Chili en a mis une en place mercredi. Une interdiction de voyager pour les étrangers est entrée en vigueur lundi en Colombie, et le Brésil a déclaré que les voyageurs devraient se préparer à la mise en place d’une telle interdiction.

Les compagnies aériennes ayant réduit leurs vols dans un contexte de baisse des voyages dans le monde en raison de la pandémie, le chef de la diplomatie israélienne a exhorté jeudi tous les Israéliens qui « veulent rentrer chez eux » à le faire immédiatement.

« Compte tenu de la réduction et de l’annulation des vols dans le monde entier, et des mesures prises par les pays pour fermer leur espace aérien et leurs frontières en raison de l’épidémie de coronavirus, nous appelons à nouveau les Israéliens se trouvant à l’étranger qui veulent rentrer chez eux à le faire le plus rapidement possible », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Il a également publié sur son site internet une liste des pays (en hébreu) assurant des vols vers Israël, laquelle est régulièrement mise à jour.

Un porte-parole du ministère a déclaré que les Israéliens à l’étranger ne doivent pas s’attendre à ce que le pays affrète des vols charters gratuits si la décision est prise d’interrompre tout le trafic aérien.

Le hall des arrivées pratiquement vide de l’aéroport international Ben Gurion, le 11 mars 2020. (Crédit : Flash90)

La déclaration du ministère des Affaires étrangères est intervenue après que le ministère de l’Intérieur a annoncé mercredi que, à compter de maintenant, seuls les citoyens et ceux qui vivent en Israël seront autorisés à entrer dans le pays.

Tout Israélien retournant dans le pays doit être mis en quarantaine pendant 14 jours, conformément aux directives du ministère de la Santé.

A la date de jeudi, 529 cas confirmés de Covid-19 étaient recensés en Israël. Personne dans le pays n’est mort du virus, mais le ministère de la Santé a déclaré que six personnes se trouvaient dans un état grave.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...