Un webinaire historique montre que le journalisme aide les liens israélo-arabes
Rechercher
Opinion

Un webinaire historique montre que le journalisme aide les liens israélo-arabes

Des représentants des médias d'Israël, de nouveaux alliés et ceux potentiels ont dialogué cette semaine ; plus nous nous comprenons, plus nous pouvons établir des relations stables

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Capture d'écran d'un webinaire au cours duquel des journalistes, des fonctionnaires et des professionnels de la communication israéliens et arabes ont discuté du rôle des médias dans la promotion de la paix arabo-israélienne, le 21 septembre 2020. (Facebook)
Capture d'écran d'un webinaire au cours duquel des journalistes, des fonctionnaires et des professionnels de la communication israéliens et arabes ont discuté du rôle des médias dans la promotion de la paix arabo-israélienne, le 21 septembre 2020. (Facebook)

Nous parlions un mélange d’anglais, d’arabe et d’hébreu, tout en essayant de dire le plus clairement possible, et aussi le plus rapidement possible parce que nous savions que tant de gens voulaient apporter leur point de vue. Le ministre israélien de la Coopération régionale était à mi-chemin d’une brève et chaleureuse déclaration de bienvenue lorsque son Internet s’est éteint. L’un des participants semblait nous rejoindre depuis le café Internet le plus bruyant du monde, un autre comme s’il était sous l’eau.

Personne n’a rien dit d’extrêmement spectaculaire. Personne n’a fait de déclarations extrêmement extravagantes. Mais le webinaire de lundi sur le rôle des médias dans la promotion de la paix dans notre région a néanmoins été un événement historique. Organisé par le Arab Council for Regional Integration, il a rassemblé des rédacteurs, des journalistes, des universitaires et des fonctionnaires d’Israël, de nos nouveaux partenaires de paix émiratis et bahreïnis, et de plusieurs autres pays de la région qui n’ont pas encore rejoint le processus de normalisation mais qui pourraient être sur le point de le faire.

Parmi ses thèmes centraux, on peut citer le fait que nous nous connaissons trop peu les uns les autres, qu’il existe de nombreuses forces malfaisantes qui s’efforcent de faire en sorte que l’hostilité et la désinformation continuent à régner, et que nous, les journalistes, devrions nous rendre dans nos pays respectifs et en faire des reportages – en parlant à nos lecteurs, auditeurs et téléspectateurs de nos divers mondes, jusqu’ici interdits. Plus les journalistes peuvent apporter de nuances et de profondeur à nos relations, et donc mieux nous nous comprenons, ai-je affirmé dans ma brève contribution, plus il est probable que cette nouvelle normalité radicale et louable s’avérera stable et durable.

The Role Of Media In Advancing Peace In Region

The Role Of Media In Advancing Peace In Region

פורסם על ידי ‏‎Center for Peace Communications‎‏ ב- יום שני, 21 בספטמבר 2020

J’étais à mon bureau au centre de Jérusalem pour notre conversation régionale de deux heures, et je voulais prendre ma webcam de bureau et la pointer par la fenêtre – vers l’endroit où le bâtiment du YMCA juste en face de notre bureau s’élève dans le ciel bleu cobalt. Conçu par l’architecte américain Arthur Loomis Harmon, qui a également conçu l’Empire State Building, ce « sermon en pierre », comme l’a décrit l’un de ses anciens PDG, a été construit dans les années 20 et 30 par des musulmans, des chrétiens et des juifs, et sa conception met soigneusement en évidence les thèmes et les sensibilités juives, chrétiennes et musulmanes. À son entrée, une inscription en pierre, tirée du discours prononcé par Lord Allenby lors de l’inauguration du bâtiment en 1933, proclame « Voici un lieu dont l’atmosphère est la paix, où les jalousies politiques et religieuses peuvent être oubliées et où l’unité internationale peut être encouragée et développée ».

Je voulais montrer à mes nouveaux interlocuteurs ce glorieux bâtiment dans la capitale de notre État juif historique ressuscité, et expliquer brièvement ce qu’il représente. Mais je n’étais pas sûr qu’ils verraient bien ce que j’essayais de leur montrer (et si je serais capable de recadrer efficacement la caméra sur mon écran), et donc je n’ai pas pris le risque.

Au lieu de cela, je viens de me rendre au YMCA pour photographier cette inscription sur la pierre – un petit témoignage des possibilités de tolérance et d’harmonie interconfessionnelles.

Inscription à l’entrée du YMCA de Jérusalem. (DH/Times of Israel)

Dans une lettre lue en son nom, le président Reuven Rivlin a invité tous les participants à notre session en ligne à se rendre en Israël « pour mieux nous connaître ». Il nous a tous invités à « rêver de grands rêves – de programmes d’échange, de productions communes et de programmes éducatifs pour les jeunes journalistes ». Le président a déclaré : « J’espère que vous enverrez des correspondants ici pour couvrir l’État d’Israël et sa société, comme j’espère que nos médias en enverront dans vos pays ».

En tant que rédacteur en chef du Times of Israel, qui publie en français, en hébreu, en farsi et en arabe précisément pour que les lecteurs du monde entier puissent « mieux nous connaître » grâce à une narration juste de ce qui se passe en Israël, je me suis senti privilégié et fier de participer au webinaire de lundi. Et permettez-moi de répéter ici ce que j’ai dit en ligne (à environ 1 heure et 26 minutes) : le Times of Israel serait ravi d’accueillir des journalistes en visite, et de participer à la formation de jeunes journalistes de toute la région.

Contrairement à certains autres participants, il ne m’a pas fallu le moindre courage pour faire cet appel. En Israël, nous sommes libres de produire un journalisme indépendant, de rendre compte et de discuter ouvertement de notre pays dans son ensemble – de ses réalisations, de ses controverses, de ses batailles démocratiques et de tout le reste. Il faut espérer que le réchauffement des liens avec Israël contribuera progressivement à étendre les libertés des médias dont nous jouissons et sur lesquelles nous insistons également dans toute la région. Nous espérons que le webinaire historique de lundi a été un premier pas, et qu’une telle ouverture peut aussi progressivement faire partie de la nouvelle normalité du Moyen-Orient.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...