Une Arabe israélienne inculpée pour avoir rejoint un groupe terroriste en Syrie
Rechercher

Une Arabe israélienne inculpée pour avoir rejoint un groupe terroriste en Syrie

Rania Shenawi, âgée de 22 ans, s'est rendue dans la Syrie ravagée par la guerre pour y "mourir en martyr" dans les rangs du Front al-Nosra

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Une photo sans date de combattants de la branche d'al-Qaeda en Syrie, le Front al-Nosra, qui marchent vers le village du nord d'al-Ais dans la province d'Alep. (Front al-Nosra via AP)
Une photo sans date de combattants de la branche d'al-Qaeda en Syrie, le Front al-Nosra, qui marchent vers le village du nord d'al-Ais dans la province d'Alep. (Front al-Nosra via AP)

Le mois dernier, le service de sécurité du Shin Bet a arrêté une femme arabe israélienne de 22 ans suspectée d’avoir rejoint le groupe terroriste du Front al-Nosra en Syrie en mars 2018.

Rania Shenawi, de Makr, a été arrêtée le 7 mai à son retour en Israël depuis la Syrie, a déclaré le Shin Bet.

Vendredi dernier, Shenawi a été inculpée par le tribunal de Haïfa pour avoir été en contact avec un agent étranger, pour avoir tenté de rejoindre un groupe terroriste, pour avoir quitté illégalement le pays et pour vol. Elle a aussi été accusée d’avoir attaqué un officier de police alors qu’elle était en garde à vue.

Selon le service de sécurité, Shenawi a voyagé en Syrie en avril dernier, étant entrée dans le pays ravagé par la guerre en utilisant une fausse carte d’identité turque. Afin de financer son voyage, Shenawi a volé environ 10 000 shekels (2 400 euros) à son père, selon les documents d’inculpation.

Rania Shenawi, une femme arabe israélienne, accusée d’avoir rejoint le groupe terroriste du Front al-Nosra en Syrie. (Crédit : Shin Bet)

En Syrie, elle aurait rejoint le Front al-Nosra, qui a été associé par intermittence au fil des ans à la fois aux groupes terroristes al-Qaïda et l’Etat islamique.

« Les conclusions de l’enquête de Shenawi montrent qu’elle défend une vision du monde extrême, soutenant le groupe terroriste de l’Etat islamique et une haine profonde des Juifs », a déclaré le Shin Bet.

Selon le service de sécurité, elle avait établi un contact avec un Syrien qui l’a invitée à venir dans le pays pour rejoindre le Front al-Nosra.

« Shenawi a accepté cette offre avec le désir de mourir d’une ‘mort de martyr' », a déclaré le Shin Bet.

Un mois après son arrivée en Syrie, elle a été arrêtée par des officiers du front al-Nosra sur la suspicion qu’elle était une espione israélienne. Shenawi a été détenue dans une prison d’Idlib jusqu’en mars. Un mois plus tard, elle a été déposée à la frontière avec la Turquie, où elle a été arrêtée par des officiers de la sécurité turque.

Shenawi est rentrée en Israël le 7 mai et elle a été arrêtée à l’aéroport.

Le 21 mai, alors qu’elle était en détention, Shenawi a attaqué un policier chargé de l’interroger. Elle lui a piétiné le pied et lui a donné plusieurs coups de pied, selon l’acte d’accusation.

Dans le passé, le service de sécurité du Shin Bet a estimé que plusieurs dizaines de ressortissants israéliens avaient combattu pour l’Etat islamique et d’autres groupes terroristes en Iraq et en Syrie. La plupart ont été tués au combat ou sont rentrés en Israël, où ils ont été arrêtés. Beaucoup ont voulu renter, même s’ils savaient qu’ils seraient inculpés, à cause des conditions de vies terribles dans les zones contrôlées par les islamiques en Iraq et en Syrie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...