Une Arabo-israélienne accusée de chercher à rejoindre État islamique
Rechercher

Une Arabo-israélienne accusée de chercher à rejoindre État islamique

Les autorités turques ont arrêté Ayman Kanjou, 44 ans, mère de cinq enfants, doctorante en islam, en route vers la Syrie

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Ayman Ahmed Mohamed Kanjou, accusée de chercher à rejoindre le groupe Etat islamique en Syrie, à la Cour de district de Haïfa, le dimanche 20 septembre 2015 (Capture d'écran : police israélienne via Ynet)
Ayman Ahmed Mohamed Kanjou, accusée de chercher à rejoindre le groupe Etat islamique en Syrie, à la Cour de district de Haïfa, le dimanche 20 septembre 2015 (Capture d'écran : police israélienne via Ynet)

La police turque a arrêté une mère israélo-arabe de cinq enfants le mois dernier, alors qu’elle tentait de voyager en Syrie afin de rejoindre le groupe terroriste Etat islamique, a déclaré le service de sécurité Shin Bet dimanche.

Ayman Ahmed Mohamed Kanjou, 44 ans, a été inculpée dimanche matin par la Cour de district de Haïfa pour avoir tenté de rejoindre l’organisation terroriste sunnite radicale, de voyager dans un pays ennemi et de prendre contact avec un agent étranger.

Kanjou s’est rendue en Turquie à l’insu de son mari, un imam de leur ville natale de Shfaram, près de Haïfa, selon Daoud Nafaa, son avocat.

Elle est arrivée en Turquie le 19 août avec 11 000 dollars pour effectuer le voyage, selon l’acte d’accusation.

Kanjou est titulaire d’un doctorat en islam d’Al-Azhar au Caire, en Egypte, et a admis aux enquêteurs du Shin Bet qu’elle prévoyait depuis des mois de se joindre à l’État islamique.

« Depuis plusieurs années, elle aspirait à vivre sous autorité musulmane, qui adhère strictement à la loi islamique comme à la loi de la terre », a déclaré le Shin Bet dans un communiqué. « L’État islamique correspond parfaitement à ses aspirations. »

Kanjou a pris contact avec un membre de l’organisation qui a promis de l’aider à gagner la Syrie via la Turquie.

« Elle est partie avec son père en Turquie sans que son mari ou ses enfants ne le sachent », a déclaré Suzanna Zander, chef adjointe du département des minorités de la police israélienne du District Nord.

« Quand [sa famille] a commencé à la chercher, ils se sont adressés à la police, mais n’ont jamais déposé de rapport de personne disparue, une fois que son père a pris contact avec eux et leur a dit qu’elle était saine et sauve et qu’elle était partie en Turquie avec lui, » dit Zander.

À un certain moment, dit-elle, le père de Kanjou a perdu le contact avec elle. Il est retourné en Israël le 26 août.

Deux jours plus tard, la police turque a capturé Kanjou alors qu’elle tentait de traverser la frontière vers la Syrie. Les autorités turques l’ont renvoyée en Israël, où elle a été rapidement arrêtée par les forces de sécurité à son arrivée dans l’aéroport international Ben Gurion.

« Elle a décidé de se rendre en Syrie et de rejoindre l’Etat islamique avec l’intention de donner des cours religieux aux combattants du groupe pour renforcer leur motivation à se battre pour l’organisation», a déclaré le Shin Bet.

« Ceci est un événement extraordinaire : une mère de cinq enfants qui essaye de se rendre en Syrie, » a dit Shunit Kedem Nimtzan, procureur de l’affaire, à Walla.

« Le phénomène d’Israéliens voyageant en Syrie présente un danger légitime pour la sécurité d’Israël. Par conséquent, Israël fera tout ce qu’il faut pour éliminer ce phénomène », a ajouté Kedem Nimtzan ajouté.

Au cours des dernières années, le nombre de recrues volontaires arabes, palestiniennes et israéliennes, a augmenté parmi les groupes rebelles syriens, et le Shin Bet estime que plus de 40 Arabes israéliens ont rejoint l’Etat islamique dans les deux dernières années. Deux résidents de Jérusalem-Est ont été inculpés le mois dernier, également pour avoir tenté de rejoindre l’Etat islamique en passant par la Turquie.

La famille de Kanjou est décrite comme étant « respectée » au sein de sa collectivité, a déclaré Zander.

« C’est une femme articulée, éduquée, normale à première vue, » dit-elle de l’accusée. « Elle n’a pas de casier judiciaire. C’était tout simplement une femme de famille, mais il semble que l’idéologie de son esprit l’a emporté. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...