Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

Une attaque du Hezbollah fait 12 blessés dans le nord d’Israël

La zone frontalière reste sous tensions, avec des roquettes tirées depuis le Liban et la Syrie, provoquant des bombardements israéliens

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens près de l’endroit où un missile lancé depuis le Liban a touché un groupe de soldats israéliens et de civils au Moshav Beit Hillel, près de la frontière israélienne avec le Liban, le 3 décembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
Des soldats israéliens près de l’endroit où un missile lancé depuis le Liban a touché un groupe de soldats israéliens et de civils au Moshav Beit Hillel, près de la frontière israélienne avec le Liban, le 3 décembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Des avions de combat de Tsahal ont frappé dimanche plusieurs sites du Hezbollah dans le sud du Liban, à la suite d’une série d’assauts du groupe terroriste près de la frontière, notamment une attaque de missiles guidés antichar qui a fait 12 blessés en Israël.

La reprise des combats le long de la frontière nord du pays intervient alors que Tsahal poursuit son offensive dans la bande de Gaza visant à renverser le groupe terroriste du Hamas, après la fin d’une trêve d’une semaine vendredi.

Bien qu’ils ne soient pas parties à l’accord, le Hezbollah et d’autres groupes soutenus par l’Iran ont mis fin à la pause dans leurs attaques quasi quotidiennes à la frontière nord ainsi que contre des troupes américaines stationnées en Irak et en Syrie.

Dimanche, une série d’attaques le long de la frontière ont été attribuées au Hezbollah, qui a repris ses attaques contre Israël vendredi.

Le centre médical Ziv de Safed a déclaré que 12 personnes – 11 hommes et une femme âgés de 20 à 65 ans – avaient été blessées lorsqu’un missile antichar a frappé la ville de Beit Hillel, à environ 3,5 kilomètres de la frontière. Ils ont été admis avec des blessures légères causées par des éclats d’obus et par l’explosion du missile.

L’armée israélienne a déclaré que quatre soldats avaient été blessés dans l’attaque, et il n’était pas clair si les autres victimes étaient des soldats ou des civils.

Elle n’a pas fourni davantage de détails sur les sites touchés lors des attaques de représailles.

L’armée israélienne a déclaré que plusieurs roquettes avaient également été tirées sur la région du mont Dov, mais que certaines n’avaient pas atteint la frontière, et qu’un missile guidé antichar avait été tiré depuis le Liban sur une zone dégagée près de la communauté nord de Yiftah.

Des roquettes tirées depuis le Liban ont également déclenché des sirènes dans la communauté de Zarit, au nord du pays.

Aucun blessé ni dommage n’a été signalé lors de ces attaques, et Tsahal a déclaré avoir répondu en bombardant les sources de tir avec de l’artillerie.

Le Hezbollah a revendiqué la responsabilité des attaques.

Dimanche également, une roquette tirée depuis la Syrie a atterri dans une zone dégagée du nord d’Israël, a indiqué l’armée. Aucun blessé n’a été signalé et aucune sirène n’a été déclenchée. L’armée israélienne a répondu en bombardant la source des tirs avec de l’artillerie, a-t-elle ajouté.

De la fumée s’élevant lors d’un échange de tirs entre l’armée israélienne et le Hezbollah, à la frontière entre Israël et le Liban, le 3 décembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

La frontière nord d’Israël avec le Liban fait face à de vives tensions depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre, le Hezbollah cherchant à immobiliser les troupes israéliennes avec un flux constant d’affrontements et d’attaques de faible intensité.

Depuis le début des échanges transfrontaliers, 107 personnes ont été tuées côté libanais, selon un bilan de l’AFP, parmi lesquelles au moins 14 civils, dont trois journalistes.

Le Hezbollah a déclaré que 79 de ses membres avaient été tués depuis le début de la guerre dans le sud du Liban.

Côté israélien, six soldats et trois civils ont été tués.

Israël a lancé sa guerre contre le Hamas à Gaza après que des milliers de terroristes se sont infiltrés dans le sud d’Israël le 7 octobre, massacrant quelque 1 200 personnes en Israël, pour la plupart des civils, et prenant quelque 240 otages. Les échanges de tirs et les attaques quotidiennes avec le Hezbollah, le Hamas et d’autres groupes terroristes font depuis craindre une conflagration plus large.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.