Rechercher

Une bagarre devant une boulangerie Abulafia au port de Tel Aviv fait un blessé

Le propriétaire affirme qu'un groupe d'ivrognes l'a agressé, l'un d'eux a sorti un pistolet improvisé et a tiré sur un agent de nettoyage qui a tenté de s'interposer

Capture d'écran d'une vidéo montrant une bagarre devant une boulangerie appartenant à des Arabes à Tel Aviv, le 10 septembre 2022. (Via Twitter, utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Capture d'écran d'une vidéo montrant une bagarre devant une boulangerie appartenant à des Arabes à Tel Aviv, le 10 septembre 2022. (Via Twitter, utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le propriétaire arabe israélien d’une boulangerie de Tel-Aviv, où une bagarre a éclaté la veille, a publié sa version des faits dimanche, insistant sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’une manifestation de nationalisme pro-palestinien, mais plutôt d’un cas de violence de rue.

Une brève vidéo de l’affrontement devant la boulangerie Abulafia, dans le quartier populaire du port de la ville, montre des personnes se frappant avec des chaises et d’autres meubles.

Le propriétaire de la boulangerie, Said Abulafia, a publié dimanche sur les réseaux sociaux sa version des faits. Il a déclaré qu’il ne s’agissait pas d’un incident provoqué par le nationalisme des travailleurs arabes, comme l’ont prétendu certains internautes, mais plutôt « d’un cas de violence criminelle dans la société israélienne. »

Abulafia a écrit qu’un groupe d’hommes juifs ivres est arrivé à la boulangerie et qu’une altercation a commencé avec un chauffeur arabe de la société de livraison de nourriture Wolt.

Le propriétaire a déclaré qu’il était sorti et avait tenté de calmer la situation lorsqu’un des membres du groupe lui a crié dessus en lui demandant s’ils étaient « en Israël ou en Palestine ».

Abulafia a dit qu’il avait répondu « en Israël, ‘et je lui ai demandé d’arrêter de crier' », mais un autre membre du gang l’a poussé et lui a dit de ne pas s’impliquer.

« Je lui ai demandé de se calmer et son ami m’a alors donné un coup de poing », s’est rappelé Abulafia. Puis, dit-il, le reste du gang l’a également attaqué.

Un employé de la boulangerie qui nettoyait les tables a tenté d’intervenir et alors, selon Abulafia, « l’un des attaquants a sorti une sorte de pistolet et lui a tiré dans la tête. »

L’arme était apparemment un pistolet improvisé ou un pistolet à air comprimé, selon les médias israéliens, et le travailleur a dû être hospitalisé pour une entaille au front.

« J’ai sauté sur le tireur et je l’ai neutralisé », a déclaré Abulafia. Alors que d’autres travailleurs de la boulangerie sont venus prêter main forte, le gang s’est enfui.

« Cela me fait mal que certains essaient de dépeindre cela comme un incident nationaliste », a-t-il déclaré. « Je continuerai mon chemin en tant que citoyen respectueux des lois en Israël, et en tant qu’Arabe, pour lutter pour la coexistence et le respect mutuel. »

Merav Ben Ami, députée de Yesh Atid, a tweeté dimanche qu’Abulafia « est mon ami et je suis fier de lui et de sa famille qui sont un symbole de coexistence dans ma ville, Tel Aviv. »

La police a ouvert une enquête, bien que la bande ait fui la scène avant l’arrivée des agents. Les officiers ont déclaré qu’ils ont recueilli les images des caméras de sécurité et qu’ils convoqueront bientôt les suspects pour un interrogatoire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...