Rechercher

Une balle perdue, lors d’un mariage bédouin, finit dans une voiture

Aucun blessé n’est à déplorer ; le chef du conseil régional demande à la police d'agir

Vue de la ville de Rahat, dans le sud d'Israël, le 8 avril 2019. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)
Vue de la ville de Rahat, dans le sud d'Israël, le 8 avril 2019. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Une balle perdue, tirée lors d’un mariage dans la ville bédouine de Rahat, a endommagé une voiture dans le kibboutz voisin de Mishmar Hanegev, dans la nuit de vendredi.

Meir Feldfaber, le propriétaire de la voiture, a indiqué au site d’information Ynet qu’il avait trouvé, samedi matin, une balle de fusil M-16 et une trace d’impact sur son véhicule.

Aucun blessé n’a été signalé à l’issue de la fusillade.

« On peut toujours réparer une voiture, mais imaginez ce qui se serait passé si cela avait touché un enfant. Cela fait vraiment peur », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il avait rapidement contacté la police.

La police a indiqué avoir ouvert une enquête, confirmant d’ores et déjà que la balle provenait de coups de feu de célébration tirés à l’occasion d’un mariage dans les environs.

Dans un message adressé aux habitants, samedi, le kibboutz a expliqué qu’un mariage avait été célébré à Rahat et que les tirs avaient commencé à 20h30.

« À cette heure-ci, les gens sont encore dehors : cela aurait pu toucher des gens ou des animaux, et pas seulement une voiture  », a indiqué le kibboutz.

Nir Zamir, président du Conseil régional de Bnei Shimon, a demandé à la police d’intervenir lors des mariages pendant lesquels des coups de feu sont tirés afin de confisquer les armes.

« Il faut que la police s’en occupe sérieusement pour éviter des catastrophes. Cela nous met tous en danger, résidents des communautés comme Bédouins. »

Bien qu’illégaux, les coups de feu tirés lors des mariages arabes en Israël sont pratique courante.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...