Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Une Britannique affirme avoir identifié Jack l’éventreur

Dans un livre à paraître le mois prochain, Sarah Bax Horton, descendante d'un policier au cœur de l'enquête, désigne Hyam Hyams, en se basant sur la description de témoins

Vue sur Dorset street, rue principale du quartier de Whitechapel où sévissait Jack l'éventreur (Crédit : domaine public)
Vue sur Dorset street, rue principale du quartier de Whitechapel où sévissait Jack l'éventreur (Crédit : domaine public)

L’arrière-arrière-petite-fille d’un policier britannique qui a enquêté dans la traque de Jack l’éventreur affirme avoir découvert l’identité du tueur en série de prostituées qui a sévi dans l’est de Londres à la fin du XIXe siècle.

Au fil des années, des dizaines de personnes ont été soupçonnées, jusqu’à des membres de la famille royale et des Premiers ministres.

Dans un livre à paraître le mois prochain, Sarah Bax Horton, descendante d’un policier au cœur de l’enquête, désigne Hyam Hyams, en se basant sur la description de témoins.

Dans le Sunday Telegraph, elle affirme que c’est la première fois qu’Hyam Hyams, fabricant de cigares, épileptique et alcoolique qui a fait plusieurs séjours à l’asile, est nommé comme étant Jack l’éventreur.

Hyams a été blessé dans un accident qui a aggravé son état et l’a empêché de travailler. Selon la thèse de l’auteure, relayée dans les colonnes du Sunday Telegraph, il violentait régulièrement sa femme, pensant qu’elle le trompait, et a été arrêté après s’en être pris à elle, ainsi qu’à sa propre mère, avec un hachoir.

Les témoins avaient décrit un homme d’une trentaine d’années, avec un bras raide et des genoux pliés. L’auteure a découvert des données médicales indiquant que Hyam Hyams, qui avait 35 ans en 1888, avait souffert d’une blessure qui l’empêchait de « plier ou étendre » son bras gauche, et qu’il avait un problème de genoux et souffrait d’une forme sévère d’épilepsie, avec des crises régulières.

Au moins six femmes ont été tuées dans le quartier de Whithechapel entre août et novembre 1888.

Les données médicales recueillies dans plusieurs infirmeries et asiles indiquent que son déclin physique et mental coïncide avec la période des meurtres.

L’auteure conclut que le déclin physique et mental d’Hyams, exacerbé par son alcoolisme, l’a conduit à tuer. Les meurtres ont cessé fin 1888, à peu près au moment où Hyams a été récupéré par la police comme un « fou errant ».

Il a été incarcéré l’année suivante au Colney Hatch Lunatic Asylum, dans le nord de Londres.

Selon le Telegraph, Paul Begg, auteur spécialiste de Jack l’éventreur qui fait autorité, soutient cette thèse, qu’il a qualifiée de « bien documentée » et « bien écrite ». « Si vous voulez avoir une idée du genre d’homme que Jack l’éventreur pouvait être, Hyam Hyams pourrait l’être », a-t-il déclaré.

 

En 2014, un auteur-homme d’affaires, Russell Edwards, était parvenu à la conclusion que Jack l’éventreur était Aaron Kosminski, un émigré juif venu de Pologne qui travaillait comme barbier, et déjà considéré comme l’un des principaux suspects. Sa thèse, basée sur l’ADN, avait été contestée.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.