Une candidate canadienne s’excuse de ne pas savoir qu’Auschwitz était un camp nazi
Rechercher

Une candidate canadienne s’excuse de ne pas savoir qu’Auschwitz était un camp nazi

Alex Johnstone dit qu'elle avait "entendu parler des camps de concentration," et accuse ses opposants de "médisance"

Alex Johnstone (Photo: Facebook)
Alex Johnstone (Photo: Facebook)

Une candidate aux élections fédérales du Canada a présenté des excuses pour n’avoir pas su qu’Auschwitz était un camp d’extermination nazi.
 
« Eh bien, je ne savais pas ce qu’était Auschwitz, ou je ne l’ai su pas jusqu’à aujourd’hui, » a reconnu mardi Alex Johnstone, qui est candidate pour les élections legislatives du 19 octobre dans le sud-ouest de l’Ontario pour le Nouveau Parti démocratique, au Hamilton Spectator.

Johnstone a dit qu’elle avait « entendu parler auparavant des camps de concentration » et accusé ses adversaires de « médisance. »

La gaffe a été rendue publique quand un site satirique a trouvé un post Facebook datant de 2008 accompagné d’une photographie d’une partie de la clôture électrifiée et de son poteau en béton incurvé à Auschwitz.

« Ahhh, les infâmes postes hydroélectriques phalliques pollonais (sic) » avait commenté Johnstone en dessous. « Bien sûr, vous avez pris des photos de cela! Cela exprime la façon dont la courbe est normale, naturelle, et saine!  »

Johnstone est vice-présidente du conseil scolaire local et vice-présidente régional de l’association des conseils des écoles publiques de l’Ontario. Elle est membre d’un conseil d’administration d’une école depuis 2010.

« Bien qu’il n’y avait pas d’intention malveillante, ce commentaire était clairement inapproprié », a-t-elle posté mercredi sur sa page Facebook. « Je tiens à présenter mes excuses sans réserve pour ce commentaire. »

Le Huffington Post Canada a révélé que Johnstone avait participé à des réunions de conseil d’administration de l’école où des prix avaient été attribués à des enseignants pour « l’excellence en enseignement de l’Holocauste. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...