Une cellule du Hezbollah prévoyait des attaques en Cisjordanie
Rechercher

Une cellule du Hezbollah prévoyait des attaques en Cisjordanie

Le fils de Nasrallah, dirigeant du groupe terroriste libanais, aurait recruté cinq hommes arrêtés pour avoir prévu des fusillades et des attentats suicides

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les cinq hommes de la cellule terroriste du Hezbollah arrêtés par le Shin Bet et l'armée israélienne, ce qui a été annoncé le 20 janvier 2016. (Crédit : Shin Bet)
Les cinq hommes de la cellule terroriste du Hezbollah arrêtés par le Shin Bet et l'armée israélienne, ce qui a été annoncé le 20 janvier 2016. (Crédit : Shin Bet)

Une cellule terroriste basée à Tulkarem, en Cisjordanie, recrutée et financée par le Hezbollah, basé au Liban, prévoyait de mener des attaques à main armée et des attentats suicides contre des Israéliens, mais a été arrêté pendant une opération conjointe des services de sécurité du Shin Bet et de l’armée, ont annoncé mercredi des officiels.

Jawad Nasrallah, le fils du dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah, a recruté la cellule via les réseaux sociaux, a déclaré le Shin Bet.

Le Hezbollah est considéré comme la plus importante menace pour Israël, selon le chef de l’état major de l’armée israélienne, Gadi Eizenkot, bien que ces dernières années, la majorité de ses efforts soient venus de la frontière nord d’Israël avec le Liban et la Syrie. La cellule arrêtée à Tulkarem était « très particulière », a déclaré le Shin Bet dans un communiqué.

Pour aider la cellule, le Hezbollah lui avait donné 5 000 dollars pour qu’elle puisse acheter des armes et des équipements pour une attaque. Deux membres de la cellule ont acheté des armes et se préparaient à tirer sur des soldats de l’armée israélienne dans la région, mais ont été capturés avant d’avoir pu mener cette attaque.

En plus de l’attaque prévue à main armée, la cellule terroriste avait aussi reçu des ordres pour mener des attentats suicides et collecter des renseignements sur les activités de l’armée israélienne et ses positions.

La cellule de cinq hommes était dirigée par Mahmoud Zaghloul, 32 ans, originaire de Zita, près de Tulkarem, qui a été recruté directement par Jawad Nasrallah.

C’était une initiative de l’unité 133 du Hezbollah, qui est chargée de mettre en place des cellules terroristes en Israël.

Les actions de l’unité ont largement « échoué », a déclaré le Shin Bet dans un communiqué.

« L’organisation Hezbollah essaie d’enrôler et d’activer secrètement des cellules terroristes à distance via internet », est-il écrit dans le communiqué.

Un agent du Hezbollah nommé Fadi à dit à Zaghloul de mettre en place une adresse e-mail sur laquelle il pourrait « recevoir des ordres pour recruter des membres supplémentaires pour la cellule et collecter des renseignements primaires pour mener des attaques terroristes », a déclaré le Shin Bet.

« Le Hezbollah essaie de faire monter la vague de terrorisme qui a lieu en Israël ces derniers mois et agit fébrilement pour enflammer les passions sur le terrain », est-il écrit.

La cellule était une tentative d’inciter la population [à la violence] et de « séduire des jeunes pour qu’ils mènent des attaques selon les ordres, et avec un financement », ont déclaré les services de sécurité.

En plus de Zaghloul, les quatre autres membres de la cellule ont également été arrêtés par l’armée israélienne et le Shin Bet.

Rabah Labadi, 28 ans, résident de Zita, qui avait été emprisonné en Israël entre éà0é et 2007 et entre 2008 et 2011, a également été arrêté.

Le Shin Bet et l’armée ont également arrêté Muhammad Zaghloul, probablement un membre de la famille de Mahmoud Zaghloul, Muhammad Matzarwa et Ahmed Abu el-Az, tous âgés de 19 ans et de la région de Tulkarem.

Ils ont été accusés devant une cour militaire en Cisjordanie d’appartenir à une organisation illégale, de contact avec l’ennemi, d’apporter des fonds d’un ennemi, de conspiration en vue de commettre un crime mortel, de vente de matériels de guerre, de conspiration en vue de commettre une fusillade et d’interférer avec les procédures légales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...