Une clause interdisant la circoncision retirée d’un projet de loi en Finlande
Rechercher

Une clause interdisant la circoncision retirée d’un projet de loi en Finlande

L'amendement à la nouvelle loi sur les mutilations génitales féminines aurait potentiellement limité ou interdit la circoncision non médicale

Le Parlement finlandais à Helsinki, le 4 septembre 2017. (Crédit : Wikimedia Commons Tiina Tuukkanen)
Le Parlement finlandais à Helsinki, le 4 septembre 2017. (Crédit : Wikimedia Commons Tiina Tuukkanen)

JTA — Le Parlement finlandais a retiré une clause interdisant la circoncision non médicale d’un texte de loi sur les mutilations génitales sur les femmes, après des pressions exercées par les Juifs du pays et d’Europe.

La mesure appelant à « clarifier » l’interdiction de ces mutilations en Finlande a été adoptée vendredi par le Parlement.

Des amendements auraient potentiellement limité ou interdit la circoncision non médicale, a expliqué Yaron Nadbornik, président du conseil général des communautés juives finlandaise à la Jewish Telegraphic Agency.

Son organisation a pris contact avec Milah UK, un groupe de défense britannique qui a des représentants au ministère des Affaires étrangères, a dit Nadbornik.

Le Congrès juif européen a également participé aux efforts déployés pour faire retirer cette clause, initialement ajouté par la commission parlementaire des affaires légales, dirigée par Leena Meri, du parti populiste Parti des Finlandais.

La Finlande est un État-membre de l’Union européenne, soumise aux décisions de la Cour européenne de justice.

Juifs et musulmans se sont ouvertement opposés aux tentatives d’interdiction de la circoncision non médicale en Europe, une interdiction proposée les partis anti-immigration de droite et des partis progressistes, qui considèrent que c’est une violation des droits de l’enfant.

La nouvelle loi finlandaise stipule que la question de la circoncision devra être « clarifiée » dans le futur, mais Nadbornik a affirmé que « l’interdiction a été évitée, pour le moment ».

Quelque 50 000 Finlandais favorables à une loi spécifique contre les mutilations génitales féminines dans le code pénal ont signé une pétition qui a donné lieu à ce projet de loi. Les mutilations sont sanctionnées par la loi comme coups et blessures graves.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...