Rechercher

Une commune alsacienne débaptise une salle au nom d’un homme au passé nazi

Journaliste allemand au passé trouble, natif d'Habsheim, Willi Koerbel (1910-2000) a également eu son titre de citoyen d'honneur octroyé en 1997 retiré

Le Rothüs à Habsheim, où se trouvait la salle Willi Koerbel. (Crédit : Ville d'Habsheim)
Le Rothüs à Habsheim, où se trouvait la salle Willi Koerbel. (Crédit : Ville d'Habsheim)

La commune d’Habsheim, dans le Haut-Rhin, a débaptisé la salle Willi Koerbel après la découverte récente du passé nazi de l’homme, a rapporté BFM Alsace.

Située près de Mulhouse, la commune donnera ainsi un nouveau nom à cette salle communale – une démarche à laquelle les habitants de la ville ont été invités à contribuer.

Se trouvant au sein du Rothüs, bâtiment historique de la ville, elle était baptisée jusqu’à présent du nom de Willi Friedrich Koerbel.

Journaliste allemand natif d’Habsheim, Willi Koerbel (1910-2000) a également eu son titre de citoyen d’honneur octroyé en 1997 retiré.

Né au sein même du bâtiment, la ville l’avait mis à l’honneur « après des dons en faveur de la restauration du Rothüs, ainsi qu’une statue toujours présente dans la salle du conseil », a expliqué la municipalité dans son procès-verbal de délibération du dernier conseil, le 8 juin, lors duquel le changement a été décidé.

« Internet ayant permis de faire sortir du passé les actes de chacun, il est apparu que Willi F. Koerbel aurait eu un passé trouble avant et pendant la Seconde Guerre mondiale », a indiqué la ville – ce que Serge Klarsfeld, à la tête de l’association des Fils et filles des déportés juifs de France, a confirmé à l’édile.

« Effectivement, M. Koerbel était un nazi de la première heure », a-t-il déclaré, dans des propos rapportés par la municipalité.

« Toutefois, son activité pendant la guerre n’implique ni crime ni fanatisme. Une carrière normale en Allemagne pour un homme de sa génération mais qui ne mérite pas d’être honoré en France », a ajouté Serge Klarsfeld.

Les habitants d’Habsheim sont maintenant invités à proposer soit le nom d’une personnalité locale ou d’une caractéristique locale pour baptiser à nouveau la salle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...