Une compagnie de bus israélienne abandonne les annonces en arabe
Rechercher

Une compagnie de bus israélienne abandonne les annonces en arabe

Suite au tollé suscité auprès des habitants et du maire de Beer Sheva, le ministère des Transports ordonne de n’utiliser que l’hébreu

Un bus Dan. Illustration. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)
Un bus Dan. Illustration. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Une compagnie de bus israélienne a retiré les annonces en arabe de ses véhicules de Beer Sheva, après de nombreuses plaintes d’habitants juifs de la ville du sud du pays.

Dan, la compagnie de transport, a récemment inauguré une nouvelle flotte de bus à Beer Sheva, qui permet d’annoncer les arrêts de bus en hébreu et en arabe.

Peu après le lancement, les habitants juifs ont inondé la direction de Dan de plaintes au sujet de l’arabe dans les bus, ce qui a mené l’entreprise à se tourner vers le ministère des Transports, qui a alors ordonné à l’entreprise de retirer les annonces en arabe, selon la Deuxième chaîne.

Le ministère des Transports a déclaré à la Deuxième chaîne que les annonces en arabe ne seront pas utilisées dans les bus jusqu’à ce qu’un « critère uniforme » ne soit développé pour tous les transports en commun.

תושבי באר שבע זועמים: "כריזות בערבית באוטובוס, ממטרודן הפכנו למטרו-עזה", מה דעתכם על השינוי?לכתבה המלאה עם תגובת דן >> http://b7net.co.il/article/2279

Posted by ‎באר שבע נט‎ on Sunday, 27 November 2016

Le ministère des Transports a ensuite déclaré que la décision de retirer les annonces en arabe des nouveaux bus avait été prise à la demande du maire de Beer Sheva, Ruvik Danilovich, parce que des habitants juifs s’étaient plaints dans son bureau, et non en raison des plaintes à la direction de Dan.

La mairie de Beer Sheva a déclaré à la Deuxième chaîne que, « en accord avec la réponse du ministère des Transports concernant les annonces bilingues, une fois qu’elles seront mises en place dans tout Israël, elles seront également mises en place dans la ville de Beer Sheva. »

Beer Sheva, dans le sud du pays, vue pendant  le survol annuel de l’armée de l’air israélienne pour Yom HaAtsmaout, le 12 mai 2016. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)
Beer Sheva, dans le sud du pays, vue pendant le survol annuel de l’armée de l’air israélienne pour Yom HaAtsmaout, le 12 mai 2016. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Même s’ils représentent mois de 2 % des 200 000 habitants de Beer Sheva, les arabophones ont une présence importante dans la ville, qui est un centre de commerce et de transport pour les plus de 100 000 Bédouins du Néguev. La ville est la capitale officieuse de la grande région désertique du sud d’Israël.

Même si beaucoup d’habitants de la ville ont défendu la décision, Atta Abu Madiyam, maire adjoint de Rahat, une ville bédouine de plus de 50 000 habitants située à une vingtaine de kilomètres de Beer Sheva, a déclaré que la mesure était une attaque à la coexistence dans le Néguev.

« Cette décision raciste ne fait que compromettre la coexistence qui prévaut dans le Néguev et en particulier à Beer Sheva », a déclaré à la Deuxième chaîne Abu Madiyam. Il a ajouté que juifs et arabes protesteraient contre cette décision si elle n’était pas annulée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...