Israël en guerre - Jour 235

Rechercher
Reportage

Une cour rabbinique veut réconcilier un couple dont le mari a menacé de tuer son épouse

David* est en prison après avoir violé une injonction d'éloignement ; il refuse d'accorder le divorce à son épouse, Lital* - mais les juges suggèrent une démarche de 'shalom bayit'

Un homme devant la cour rabbinique de Jérusalem, le 1er mars 2011. Illustration. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Un homme devant la cour rabbinique de Jérusalem, le 1er mars 2011. Illustration. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

David* a été emprisonné l’année dernière pendant huit mois pour avoir violé une injonction d’éloignement à l’encontre de sa femme et pour avoir menacé de la tuer.

Lital* veut divorcer, ce que David (noms fictifs) refuse de faire, retenant le guet, ou acte de divorce juif, nécessaire pour mettre fin à un mariage en vertu de la loi juive et israélienne. Lital reste donc prisonnière de son mariage – ce qu’on appelle en hébreu une « aguna », c’est-à-dire une personne enchaînée.

Pourtant, le tribunal rabbinique chargé de leur dossier a suggéré, lors d’une récente audience, que les deux époux envisagent de se réconcilier plutôt que de divorcer.

« Je leur ai dit que ce n’était pas d’actualité, que j’avais donné sa chance [à ce mariage] pendant 20 ans et que cela n’avait pas fonctionné jusqu’à présent », a déclaré Lital au Times of Israel lors d’un entretien téléphonique dimanche. « Il est hors de question que je reste dans cette relation destructrice. »

L’année dernière, Lital avait demandé – et obtenu – de la police une ordonnance restrictive parce qu’elle craignait que David ne lui fasse du mal, à elle ou à leurs six enfants. Selon une décision de justice, il était arrivé à leur domicile le lendemain et il s’était mis à crier, à hurler, menaçant de leur faire du mal ainsi qu’à d’autres personnes.

« Je vais partir d’ici et tuer des gens, qu’est-ce que vous ne comprenez pas ? avait déclaré David selon l’arrêt du tribunal. « Je vais tuer des gens, je vais tuer des enfants, je vais tuer tout le monde – vous êtes idiots ?!… peu importe [si cela me prend] un mois ou deux mois, ou un an ou deux ans : je vous tuerai tous ».

Photo d’illustration : Un véhicule de la police sur la scène d’un meurtre présumé à Haïfa, le 10 juin 2018. (Crédit : Meir Vaknin/Flash90)

Un mois plus tard, David était revenu à leur domicile et il avait a refusé de partir malgré l’appel de Lital. Après qu’elle a appelé la police, selon le dépôt du tribunal, il lui avait dit : « tu vas mourir aujourd’hui, tu vas mourir ».

Il avait été condamné à huit mois de prison et il a été libéré il y a quelques semaines.

Nitzan Caspi Shiloni, un avocat du Center for Women’s Justice, qui représente Lital, a déclaré que le tribunal rabbinique avait refusé de consacrer une audience à leur divorce pendant qu’il était en prison.

Au lieu de cela, en décembre, le tribunal rabbinique de Haïfa a rendu une décision – en citant les promesses de David de se faire soigner pour son alcoolisme et de consulter un rabbin – établissant qu’il préférait « examiner la possibilité de restaurer le mariage ».

Au vu des déclarations des deux parties, le tribunal a écrit qu’il accordait à David 30 jours à compter de sa sortie de prison pour prendre contact avec une figure rabbinique, afin d’explorer la possibilité d’entamer une démarche de shalom bayit, littéralement « paix dans le foyer », c’est-à-dire de réconciliation.

« Je travaille dans ce domaine depuis de nombreuses années et je ne pense pas avoir déjà vu une chose pareille », a déclaré Caspi Shiloni. « C’est tellement extrême qu’on aille jusqu’à lui donner la possibilité de dire qu’il veut se réconcilier, alors qu’il s’agit d’un homme violent qui a été emprisonné pour avoir proféré des menaces à l’encontre de sa femme. »

Photo d’illustration : Vue du tribunal rabbinique de Jérusalem, le 5 octobre 2008. (Crédit: Yossi Zamir/Flash90)

Lital a déclaré avoir supplié le tribunal rabbinique de le maintenir derrière les barreaux jusqu’à ce qu’il accepte de lui donner un guet, ou de le convoquer à une audience immédiatement après sa libération, mais le tribunal a refusé.

« Il n’a pas de compte en banque, il n’a pas de carte de crédit, ce n’est pas quelqu’un qui se soucie des sanctions – il pourrait disparaître », a-t-elle dit. « Je ne pense pas que [les juges du tribunal rabbinique] aient même lu son dossier. »

Elle a indiqué qu’une autre audience était prévue au tribunal rabbinique de Haïfa la semaine prochaine, mais David « m’a dit qu’il n’avait pas l’intention de se présenter », ce qui lui laisse peu de recours.

Les tribunaux rabbiniques sont « un système dans lequel je n’ai plus confiance, c’est un système complètement masculin qui préfère laisser les femmes sans droits, sans possibilité d’aller de l’avant, et [ma liberté] dépend d’un seul homme », a-t-elle déclaré. « J’ai vraiment l’impression d’être en prison et qu’il est le seul à en avoir la clé. »

Le rabbin Eliyahu Maimon, chef de la branche des agunot du système des tribunaux rabbiniques, a indiqué qu’il n’était pas au courant de l’affaire. Un porte-parole du système des tribunaux rabbiniques a expliqué qu’il ne ferait aucun commentaire sur les procédures judiciaires en cours.

Lital a déclaré qu’elle souhaitait raconter son histoire dans la presse afin que davantage de personnes comprennent l’injustice dont elle est victime.

« Si j’étais plus jeune, si j’avais une vingtaine d’années et que je n’avais pas d’enfant, je me battrais contre ce système, pour les droits des femmes – comment ce système a-t-il pu nous mettre en captivité ? « Nous sommes dans un pays où tout le monde a les mêmes droits, et voilà que soudain, avec ce système, nous sommes complètement privées de ces droits. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.