Une crèche de Sdérot lourdement touchée par une roquette
Rechercher

Une crèche de Sdérot lourdement touchée par une roquette

L'explosion de la roquette dans le jardin a brisé les fenêtres et criblé un mur d'éclats d'obus ; deux autres écoles ont été endommagées de façon similaire

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des impacts d'éclats d'obus sur le mur d'une crèche de la localité de Sderot après un tir de roquette depuis la bande de Gaza ayant explosé dans son jardin, le 5 mai 2019. (Crédit : municipalité de Sderot)
Des impacts d'éclats d'obus sur le mur d'une crèche de la localité de Sderot après un tir de roquette depuis la bande de Gaza ayant explosé dans son jardin, le 5 mai 2019. (Crédit : municipalité de Sderot)

Des responsables de la municipalité de Sdérot ont indiqué qu’une roquette avait explosé dans le jardin d’une de ses crèches, causant d’importants dégâts matériels.

Le projectile tiré depuis la bande de Gaza a atterri à l’extérieur du bâtiment, dont les vitres, murs et équipements ont été touchés par les éclats d’obus, a fait savoir un porte-parole de la mairie de Sdérot.

Aucun blessé n’est à déplorer. L’établissement était vide au moment de l’impact et était resté fermé dimanche matin sur ordre de l’armée, de même que d’autres écoles dans les régions adjacentes à l’enclave, par mesure de sécurité.

La crèche restera fermée, et les enfants iront dans un autre établissement pendant les réparations, a précisé le porte-parole.

Les violences intenses dont la région fait actuellement l’objet ont débuté vendredi soir, lorsqu’un sniper gazaouï isolé a pris pour cible et blessé deux soldats israéliens près de la frontière, L’armée a réagi par des frappes sur des positions du Hamas, tuant des membres du groupe terroriste islamiste.

Plus de 450 roquettes et d’obus de mortiers ont visé le sud d’Israël en 24 heures et fait un mort, Moshe Agadi, père de quatre enfants, décédé dimanche matin à l’hôpital Barzilai à Ashkelon des suites de ses blessures causées par des éclats d’obus.

Les services de secours du Magen David Adom ont rapporté avoir traité 100 personnes blessées ou traumatisées par les attaques de roquettes, dont neuf touchées par des éclats et des dizaines d’autres blessées en courant se réfugier. Lorsque les sirènes d’alerte retentissent, les résidents des zones frontalières disposent de 15 secondes maximum pour s’abriter avant l’explosion des roquettes.

Au moins trois d’entre elles ont visé des enceintes d’écoles du sud d’Israël, toutes vides.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...