Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Limor Son Har Melech : il faut recréer 4 implantations évacuées en 2005

L'élue d'Otzma Yehudit évoque la nouvelle loi qui a abrogé certaines clauses de la Loi sur le Désengagement de 2005

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

L'avant-poste illégal de Homesh, en Cisjordanie, le 17 novembre 2022. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)
L'avant-poste illégal de Homesh, en Cisjordanie, le 17 novembre 2022. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Le but ultime de la loi adoptée au mois de mars – qui a abrogé certaines clauses de la Loi sur le Désengagement de 2005 – vise à recréer quatre implantations juives qui avaient été évacuées dans le nord de la Cisjordanie, a déclaré la députée Otzma Yehudit et activiste pro-implantations Limor Son Har Melech.

Elle a tenu ces propos dans le sillage de l’émission d’une nouvelle ordonnance militaire qui lève l’interdiction faite aux Israéliens de résider dans le secteur de l’une de ces implantations, Homesh – une ordonnance qui a été annoncée samedi soir par le ministre des Finances Bezalel Smotrich, qui est aussi ministre subalterne au sein du ministère de la Défense.

Son Har Melech, qui habitait Homesh avant son évacuation, il y a dix-huit ans, a fortement critiqué le commandant du Commandement central, Yehuda Fox, à l’origine de cette ordonnance, déplorant qu’elle ne concerne que Homesh et qu’elle ne s’applique pas aux trois autres implantations.

S’exprimant dimanche auprès du Times of Israel, elle a aussi affirmé que dans la mesure où les barrages routiers restaient en place sur la route menant à l’implantation, peu de choses avaient finalement changé sur le terrain.

Le parti ultra-nationaliste Otzma Yehudit, auquel appartient Son Har Melech, est une formation centrale du gouvernement mais ses députés ont fréquemment dénoncé les politiques mises en vigueur par ce dernier en Cisjordanie, des politiques qui, selon eux, ne soutiennent pas suffisamment le mouvement pro-implantations.

Homesh avait été l’une des quatre implantations du nord de la Cisjordanie – avec Ganim, Kadim et Sa-Nur – à avoir été évacuées selon les dispositions de la Loi sur le Désengagement.

Une enseignante avec ses élèves se promène dans l’implantation de Homesh, en Cisjordanie, le 22 juillet 2005. (Crédit : Nati Shohat/Flash 90)

Afin d’empêcher les activistes du mouvement pro-implantations de perturber l’évacuation et de revenir ensuite, la loi de 2005 avait compris une clause interdisant aux Israéliens de vivre dans les zones évacuées.

Les activistes du mouvement pro-implantations sont toutefois retournés sur le site de manière répétée, s’y installant illégalement et édifiant une yeshiva sur des terres qui appartiennent aux résidents des villages palestiniens avoisinants, notamment du village de Burqa.

La clause de la Loi sur le Désengagement s’appliquant au nord de la Cisjordanie a été abrogée le mois dernier à la demande des députés qui la considéraient comme « une injustice historique ».

La nouvelle ordonnance militaire qui a été émise jeudi par Fox a mis un point final à l’interdiction faite aux Israéliens de résider dans le secteur de Homesh, et elle a placé des parcelles de terre se trouvant là-bas sous l’autorité du Conseil régional de Samarie.

Qualifiant la Loi de 2005 de « crime national sans éthique », Son Har Melech s’en est pris à Fox qui à mis deux mois à mettre en vigueur l’abrogation de la loi et qui n’a permis qu’à une petite partie de l’ancienne implantation de rejoindre le Conseil régional de Samarie. Elle a aussi dénoncé une ordonnance qui a exclu les trois autres implantations de la région.

Fox est devenu une cible pour le mouvement pro-implantation, qui a récemment condamné le général pour avoir demandé la démolition de constructions illégales qui avaient été mises en place par les partisans du mouvement pro-implantations en Cisjordanie.

La députée Limor Son Har Melech assistant à une réunion de la commission de la Défense et des Affaires étrangères à la Knesset, à Jérusalem, le 23 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Nous avons adopté une loi qui concerne quatre implantations du nord de la Samarie — Homesh, Sa- Nur, Kadim, et Gadim — d’où nous avions été évacués et nous la ferons appliquer à toutes, même si c’est contre la volonté du commandant », a commenté Son Har Melech said.

« L’objectif est de reconstruire ces implantations… la prochaine phase dont nous parlons consiste à reconstruire et à retourner dans ces implantations », a-t-elle ajouté, affirmant que l’absence d’implantations israéliennes en Cisjordanie était à l’origine du développement « de nids terroristes qui propagent la terreur dans le pays tout entier ».

Le gouvernement a indiqué qu’il prévoyait de légaliser l’avant-poste illégal qui se trouve actuellement à Homesh, avec sa yeshiva artisanale – un avant-poste dont la Haute cour de justice avait ordonné la démolition dans la mesure où il se situe sur des terres privées palestiniennes.

Selon la nouvelle ordonnance militaire, il apparaît que le gouvernement aurait l’intention de déplacer la yeshiva sur un terrain du secteur de Homesh qui n’appartient pas à des Palestiniens, même si cette information n’a pas été confirmée.

Illustration : Des soldats israéliens bloquant l’entrée de l’avant-poste illégal de Homesh, dans le nord de la Cisjordanie, le 28 mai 2022.(Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Son Har Melech a noté qu’elle – aux côtés d’autres partisans de la loi – envisageait de faire appliquer cette dernière aux anciennes implantations de la bande de Gaza qui étaient connues sous le nom de bloc d’implantations du Gush Katif qui avait été aussi évacué en 2005, ouvrant la porte au retour des Israéliens.

L’organisation Yesh Din – qui a représenté les propriétaires terriens de Burqa, le village situé à proximité, dans leurs plaintes déposées contre Homesh où ils demandaient à pouvoir accéder à leurs parcelles où l’avant-poste a été construit – a dénoncé avec force cette nouvelle ordonnance militaire.

Elle a fait remarquer que les parcelles de terres où l’avant-poste pourrait être déplacé sont entièrement ou partiellement entourées par des terres palestiniennes privées, et que relocaliser Homesh dans ces conditions nécessiterait d’interdire l’accès des Palestiniens aux terrains qui sont les leurs.

Yesh Din a aussi noté que Homesh était entouré par quatre villages palestiniens sur trois de ses côtés et que la légalisation de l’implantation empêcherait toute continuité territoriale palestinienne – ce que la Loi sur le Désengagement avait initialement cherché à assurer.

« Le gouvernement, ainsi que toute la hiérarchie professionnelle, avec la police, le commandement militaire et le bureau du Procureur de l’État, apportent tous leur soutien aux hors-la-loi », a commenté Shlomy Zachary, avocat au sein de l’équipe juridique de Yesh Din qui avait représenté les propriétaires de Burqa.

« Après tant d’années où les Palestiniens ont été victimes de ces activités, les partisans du mouvement pro-implantations touchent enfin leur récompense, ce qui signe la capitulation totale des forces responsables de l’application de la loi devant les criminels », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.