Rechercher

Une élue Meretz s’excuse d’avoir légitimé l’indemnisation des terroristes par l’AP

Gaby Lasky avait affirmé que ces indemnités étaient nécessaires pour lutter contre l’exploitation des enfants et des femmes. Elle est revenue sur ses propos, « déplacés »

La députée du parti Meretz Gaby Lasky, assiste à une réunion du Comité des dispositions à la Knesset, le 21 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La députée du parti Meretz Gaby Lasky, assiste à une réunion du Comité des dispositions à la Knesset, le 21 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La députée du parti de gauche Meretz, Gaby Lasky, a présenté ses excuses vendredi pour avoir déclaré que les indemnités versées par l’Autorité palestinienne aux familles de terroristes étaient nécessaires pour empêcher l’exploitation des femmes et des enfants.

« Mes propos étaient totalement déplacés et ne constituent en aucun cas une justification du terrorisme. Je présente mes excuses », a déclaré Lasky sur Twitter.

« Je condamne sans équivoque l’épouvantable attentat d’hier », a-t-elle déclaré, évoquant la fusillade terroriste de jeudi à Tel Aviv au cours de laquelle un homme armé avait ouvert le feu dans un bar, faisant trois morts et plusieurs blessés. « J’adresse mes sincères condoléances aux familles. »

Elle a présenté ses excuses après avoir déclaré à la chaine publique Kan que, même si c’était « difficile à entendre », les indemnités étaient nécessaires.

« Ces gens ont besoin de moyens de subsistance, pour lutter contre l’exploitation des enfants et des femmes, et enrayer le terrorisme », avait déclaré Lasky, interrogée sur la question de ces indemnités. « C’est difficile à entendre, mais c’est la vérité », avait-t-elle répété.

La police et les secouristes sur les lieux d’une fusillade dans la rue Dizengoff, au centre de Tel Aviv, le 7 avril 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90)

Ces propos avaient immédiatement provoqué un tollé général. Le ministre de la Communication, Yoaz Hendel, les avait expressément condamnés. « C’est du délire. Quiconque assassine des Juifs sait que sa maison sera démolie et que sa famille souffrira », avait-il réagi.

« Les propos de Lasky sont graves, irresponsables et complètement contraires à la position du gouvernement », a déclaré le ministre de la Justice Gideon Saar.

« L’indemnisation des terroristes et de leurs familles par l’Autorité palestinienne pour leurs actes criminels ne fait qu’encourager le terrorisme. »

Le parti d’opposition Likud s’était emparé des propos de Lansky, assurant qu’ils étaient « la preuve que le gouvernement impuissant [du Premier ministre Naftali] Bennett était incapable de vaincre le terrorisme ».

Le fait, pour l’Autorité palestinienne, de verser des indemnités aux auteurs d’attentats terroristes ou à leur famille lorsqu’ils trouvent eux-mêmes la mort dans l’attentat, est qualifiée par certains responsables israéliens de « prime au meurtre » et rejetée, car considérée comme une incitation au terrorisme.

Les dirigeants palestiniens défendent ces indemnités, qu’ils décrivent comme une forme d’aide sociale et une indemnisation nécessaire des victimes de la justice militaire israélienne en Cisjordanie.

Les États-Unis font pression depuis plusieurs années sur Ramallah pour que soit mis fin à cette pratique. En 2018, le Congrès avait adopté une loi interdisant au gouvernement américain d’envoyer de l’aide à l’Autorité Palestinienne jusqu’à ce que cette pratique soit supprimée.

La question demeure un contentieux important entre les deux parties.

La Douzième chaîne a assuré, vendredi, que des responsables du bureau de Bennett avaient demandé aux États-Unis de faire pression sur l’Autorité palestinienne afin qu’elle ne verse pas d’indemnités au père du terroriste de Tel Aviv. En sa qualité d’ancien détenu sécuritaire et ancien officier supérieur des services de sécurité de l’Autorité palestinienne à Jénine, Fathi Hazem perçoit en effet déjà une allocation de la part de l’AuP.

Vendredi, l’homme s’était réjoui de l’attentat terroriste perpétré par son fils.

La Douzième chaîne a affirmé que le ministre de la Défense, Benny Gantz, a soulevé la question des indemnités versés aux terroristes à l’occasion de chacun de ses entretiens avec le chef de l’AP, Mahmoud Abbas.

Les querelles politiciennes déclenchées par les propos de Lasky entre députés de la coalition surviennent à un moment de grande fragilité du gouvernement.

La députée de Yamina, Idit Silman, ancienne présidente de la coalition, a en effet brutalement quitté le gouvernement mercredi, privant la coalition de sa majorité législative et rendant sa chute probable.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...