Une élue Yamina dit avoir reçu des menaces de mort contre elle et sa famille
Rechercher

Une élue Yamina dit avoir reçu des menaces de mort contre elle et sa famille

Idit Silman accuse les partis d'opposition de lancer une attaque organisée contre elle ; Lapid condamne les menaces et affirme qu'une ligne rouge a été franchie

Idit Silman, présidente de la commission des Arrangements à la Knesset, pendant une réunion, le 21 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Idit Silman, présidente de la commission des Arrangements à la Knesset, pendant une réunion, le 21 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Idit Silman, présidente de la coalition, a déclaré dimanche avoir reçu des appels téléphoniques et des SMS contenant des menaces de mort explicites contre elle et sa famille plus tôt dans la journée.

Silman, membre du parti Yamina du Premier ministre Naftali Bennett, a déclaré avoir contacté la Garde de la Knesset et la police. Elle a été la cible de menaces au cours du mois dernier, certains membres de la droite l’accusant, elle et le parti Yamina, d’avoir trahi la droite en formant un gouvernement d’union pour exclure Benjamin Netanyahu après 12 ans au pouvoir.

« Les menaces contre moi et ma famille sont le résultat d’attaques planifiées et sans précédent de membres de l’opposition. Mettez fin à cette incitation dangereuse et incessante », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a également appelé l’opposition, désormais dirigée par Netanyahu, à condamner les menaces, affirmant qu’elles avaient franchi une ligne rouge.

« Les menaces de mort contre Idit Silman et ses enfants constituent une ligne rouge et j’appelle tous les membres de l’opposition à les condamner », a tweeté Lapid. « Les différends entre l’opposition et la coalition sont logiques et acceptés, mais les messages sur son téléphone portable sont dangereux et constituent un crime. »

Plus tôt dans le mois, Silman a fait face à une vague de protestations devant son domicile et à des menaces répétées lorsque Yamina a décidé de rejoindre une coalition avec sept autres partis de droite, centristes, de gauche et islamiste (Raam).

Elle a confié que des individus avaient menacé de « l’abattre » et que son fils, scolarisé en CM2, avait été arrêté aux abords de son école et qu’il lui avait été dit que sa mère « brûlerait en enfer ».

La Garde de la Knesset a renforcé la sécurité autour de Silman et d’autres députés de Yamina après qu’ils aient été pris pour cible par des activistes.

Illustration : des Israéliens manifestent devant le domicile du chef du parti Yamina, Naftali Bennet, à Raanana, le 4 juin 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Des manifestations quasi quotidiennes ont également eu lieu devant le domicile de Bennett et devant celui d’autres députés.

La semaine dernière, le député du parti Tikva Hadasha Zeev Elkin – ancien confident de Netanyahu et ministre du Likud – a accusé Netanyahu d’avoir envoyé des « voyous » manifester devant son domicile et effrayer ses enfants.

Netanyahu et ses partisans ont tenté de faire valoir que le gouvernement est illégitime alors que Yamina est revenu sur sa promesse de ne pas former de gouvernement avec Lapid et le parti arabe Raam.

« Lorsque vous générez un discours haineux et clivant, c’est légitime, mais lorsque d’autres pensent différemment de vous et vous critiquent – c’est illégitime », a déclaré Elkin, le ministre du Logement, dans des commentaires visant le chef de l’opposition Netanyahu. « Quand il y a des manifestations devant votre résidence officielle, c’est illégitime ! Mais quand vous envoyez des voyous – en utilisant les fonds du parti – chez moi et chez d’autres personnes ici, pour réveiller une fillette de 5 ans à 23 heures pour lui faire peur, c’est légitime ! », s’est-il scandalisé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...