Rechercher

Une étudiante américaine appelée à démissionner pour des propos antisémites

Ali Kingston, présidente de l'Association du barreau de l'université G. Washington, a refusé de s'excuser après avoir insulté des étudiants juifs

Une photo non-datée du campus de l'université George Washington à Washington, DC. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Une photo non-datée du campus de l'université George Washington à Washington, DC. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le conseil de l’Association du barreau des étudiants de l’université George Washington a appelé la présidente de l’organisation à démissionner après qu’elle a tenu des propos antisémites.

Cette résolution, adoptée dans la nuit de mardi, appelle Ali Kingston à quitter ses fonctions d’ici lundi, selon The Hatchet, le journal universitaire.

Kingston est accusée par les membres de l’Association des étudiants en droit juifs de s’être référée aux étudiants juifs comme à des « amis juifs » de quelqu’un, a fait savoir le journal.

Cela fait plus d’un mois que le sénat et l’Association des étudiants en droit juifs (JLSA) débattent en interne pour encourager Kingston à présenter des excuses en privé aux étudiants juifs sans médiatiser ses propos, selon l’article, ce que Kingston s’est refusée à faire, que ce soit lors de réunions à huis-clos avec l’association ou devant le conseil.

« Ces propos ont profondément blessé les membres de la JLSA ainsi que toute la communauté de la faculté de droit de George Washington », explique la résolution. Les membres du conseil les ont par ailleurs qualifiées de paroles de ‘mauvais goût et inacceptables' ».

Kingston aurait tenu ces propos après que le groupe des étudiants juifs n’a pas respecté une politique universitaire qui s’applique au langage concernant l’alcool sur un poster qui faisait la promotion d’un événement de rentrée, a fait savoir le Hatchet.

« La JLSA est déçue par la difficulté rencontrée pour résoudre cette affaire et par les options d’action peu nombreuses à disposition du conseil », a fait savoir le groupe dans un communiqué. « Même si la démission n’a jamais été l’objectif poursuivi par la JLSA, ni même son intention, nous sommes satisfaits de l’adoption de cette résolution et de la reconnaissance des inquiétudes de la communauté juive ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...