Une ex-terroriste palestinienne expulsée des Etats-Unis est invitée à Amsterdam
Rechercher

Une ex-terroriste palestinienne expulsée des Etats-Unis est invitée à Amsterdam

Des parlementaires de droite néerlandais exhortent le ministre de la Justice et de la Sécurité à refuser l'entrée à Rasmea Odeh pour son rôle dans un attentat meurtrier de 1969

Rasmea Odeh, à droite, terroriste palestinienne condamnée en Israël, a été jugée coupable d'avoir menti à l'immigration américaine quand elle a demandé la nationalité en 2004. (Crédit : capture d'écran YouTube/Middle East Eye)
Rasmea Odeh, à droite, terroriste palestinienne condamnée en Israël, a été jugée coupable d'avoir menti à l'immigration américaine quand elle a demandé la nationalité en 2004. (Crédit : capture d'écran YouTube/Middle East Eye)

AMSTERDAM – Les législateurs néerlandais de droite ont protesté contre l’invitation lancée par un groupe d’extrême gauche à une ex-terroriste palestinienne expulsée des États-Unis à prendre la parole dans la capitale néerlandaise.

Machiel de Graaf et Gidi Markuszower du Parti pour la liberté ont exprimé leur opposition à la visite prévue de Rasmea Odeh dans une requête qu’ils ont soumise jeudi au ministre de la Justice et de la Sécurité, Ferdinand Grapperhaus.

« Êtes-vous d’accord pour dire qu’un terroriste condamné et un fraudeur en matière d’immigration n’a rien à faire aux Pays-Bas ? Si non, pourquoi ? » ont écrit les législateurs, ajoutant : « Êtes-vous prêts à refuser son entrée ? Si non, pourquoi ? »

Aux Pays-Bas, les députés ont recours aux questions parlementaires pour attirer l’attention des médias sur les questions posées et attirer l’attention des médias sur les agissements des ministres interrogés, qui ont jusqu’à trois semaines pour répondre.

Odeh a été invité aux Pays-Bas par Anakbayan-Europe, un groupe communiste philippin, et une autre organisation marginale de gauche appelée Revolutionary Unity.

Elle a passé 10 ans dans une prison israélienne pour son rôle dans un attentat à la bombe perpétré en 1969 contre un supermarché de Jérusalem qui a tué deux étudiants de l’Université hébraïque, Leon Kanner et Eddie Joffe.

Israël a emprisonné Odeh à vie, mais elle a été libérée dans le cadre d’un échange de prisonniers avec le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) en 1980 et a immigré de Jordanie aux États-Unis. Elle a déclaré que ses aveux sur les attentats à la bombe étaient le résultat de tortures graves infligées par les forces de sécurité israéliennes.

Odeh a obtenu son visa d’immigrant américain en 1994 et sa citoyenneté en 2004. Dans les deux cas, elle a omis de divulguer son arrestation et ses condamnations dans les attentats à la bombe. Elle a plaidé coupable d’avoir falsifié ses demandes d’immigration et a été expulsée vers la Jordanie en septembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...