Rechercher

Une explosion, signalée sur un oléoduc en Iran, provoque des secousses

L'agence de presse semi-officielle Tasnim affirme que l'incident est dû à une infrastructure obsolète

Le feu s'élève d'un oléoduc qui a explosé dans le sud de l'Iran le 17 novembre 2021. (Capture d'écran : Twitter)
Le feu s'élève d'un oléoduc qui a explosé dans le sud de l'Iran le 17 novembre 2021. (Capture d'écran : Twitter)

Une explosion a été signalée sur un oléoduc iranien dans le sud du pays, selon les médias.

Selon Reuters, citant l’agence de presse semi-officielle Tasnim, l’explosion s’est produite parce que l’infrastructure en place est ancienne et obsolète.

Tasnim a précisé que l’explosion avait « créé de petites secousses » qui ont pu être ressenties dans les zones environnantes.

En juin, un incendie massif s’était déclaré dans la raffinerie de pétrole desservant la capitale iranienne, envoyant d’épais panaches de fumée noire au-dessus de Téhéran. L’année dernière, une série de déflagrations et d’explosions mystérieuses ont été signalées sur des oléoducs iraniens.

Plusieurs de ces explosions ont touché des sites iraniens sensibles, ce qui a suscité des spéculations selon lesquelles elles pourraient faire partie d’une campagne de sabotage orchestrée par Israël ou un autre ennemi de Téhéran.

Si l’Iran a régulièrement accusé Israël d’attaques et de cyberattaques contre ses infrastructures, Téhéran a également couvert par le passé de tels incidents et nié qu’ils étaient le résultat d’attaques de forces extérieures.

Une vidéo apparemment tournée dans la ville iranienne d’Ishfan montre un panneau d’affichage avec le message suivant : « Khamenei, où est notre essence ? » au milieu d’une possible cyberattaque affectant les stations-service à travers l’Iran, le 26 octobre 2021. (Capture d’écran : Twitter)

Le mois dernier, les stations-service iraniennes ont été frappées par des pannes généralisées après qu’une cyberattaque a rendu inutilisables les cartes électroniques émises par le gouvernement que de nombreux Iraniens utilisent pour acheter du carburant subventionné à la pompe.

Le chef de la défense civile iranienne a ensuite accusé Israël et les États-Unis d’être responsables de cette cyberattaque. « Nous ne sommes pas encore en mesure de dire ce qu’il en est sur le plan médico-légal, mais sur le plan analytique, je pense qu’elle a été menée par le régime sioniste, les Américains et leurs agents », avait alors déclaré Gholamreza Jalali dans une interview à la télévision d’État, cité par Reuters.

Tôt mercredi matin également, les médias d’État syriens ont rapporté que l’armée israélienne a tiré des missiles sur une cible près de la capitale syrienne, Damas.

Les forces israéliennes sur le plateau du Golan ont tiré deux missiles surface-surface sur un entrepôt vide au sud de la ville vers 12h45, selon le média d’État syrien SANA.

Le rapport indique qu’il n’y a pas eu de victimes et que les défenses syriennes ont abattu l’un des missiles israéliens. L’armée israélienne n’a fait aucun commentaire, conformément à sa politique d’ambiguïté concernant leurs activités spécifiques en Syrie.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...