Israël en guerre - Jour 262

Rechercher

Une fac de NY publie la vidéo d’un discours de remise des diplômes très antisémite

On y entend l'oratrice dire qu'Israël tue des fidèles et que les "investisseurs" font taire les critiques. Le discours a été qualifié d'antisémite par des organisations pro-juives

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Fatima Mohammed prononce un discours à la CUNY School of Law (Crédit : Capture d'écran Youtube ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Fatima Mohammed prononce un discours à la CUNY School of Law (Crédit : Capture d'écran Youtube ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)

NEW YORK – La faculté publique de droit de New York a publié, jeudi, la vidéo d’une cérémonie de remise des diplômes qui a eu lieu ce mois-ci, avec un discours que les organisations pro-juives des universités de la ville ont qualifié de discriminatoire.

L’oratrice y accuse Israël de meurtres « aveugles » et d’incitation aux « lynchages », invitant à la résistance au « sionisme partout dans le monde ».

La faculté de droit de la City University of New York (CUNY) avait gardé la vidéo pour elle suite à des critiques.

C’est la deuxième année consécutive que l’orateur de la cérémonie de remise des diplômes se livre, durant une grande partie de son discours, à une diatribe anti-israélienne, et ravive le débat, déjà ancien, des progrès de l’antisémitisme au sein du système universitaire new yorkais.

Le problème se cristallise lorsque l’antisionisme cède le pas à l’antisémitisme.

Le problème touche tous les campus universitaires américains ainsi que les cercles progressistes.

Le réseau de la City University of New York compte 25 facultés réparties dans les cinq arrondissements de New York, et compte quelque 260 000 étudiants et 20 000 professeurs. Il fait partie à part entière du tissu social de la ville.

La faculté de droit de la City University of New York en est l’une des institutions phares en même temps qu’un bastion du courant politique progressiste et de l’activisme.

Corps étudiant comme professoral ont soutenu ensemble la campagne anti-israélienne Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).

La cérémonie de remise des diplômes de la faculté de droit, le 12 mai dernier, a donné la parole à la militante anti-israélienne Fatima Mohammed. La conférencière de l’école est traditionnellement choisie par le corps étudiant.

Dans son discours, Mohammad a fustigé Israël à plusieurs reprises, liant l’État juif au suprémacisme blanc, à l’oppression, au colonialisme et à la violence.

« La faculté de droit a adopté et approuvé le mouvement BDS au niveau des étudiants et des professeurs, reconnaissant qu’en l’absence d’une vision critique du caractère impérialiste du colonialisme de peuplement, notre travail et l’énoncé de mission de l’école sont dénués de toute valeur alors qu’Israël continue de faire pleuvoir aveuglément balles et bombes sur les fidèles, assassinant les vieux, les jeunes, et s’en prenant aux cortèges funéraires et aux cimetières tout en encourageant les lynchages. », a-t-elle déclaré.

« Nous, étudiants et professeurs avons réagi lorsque l’administration, aux ordres de ses investisseurs, a tenté de remettre en question le mouvement BDS, en disant haut et fort que la Palestine ne pouvait plus être l’exception à notre quête de justice et que notre moralité ne pourrait être achetée par les investisseurs », a-t-elle ajouté.

Illustration : Activistes anti-israéliens et pro-palestiniens à New York, 15 mai 2021. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

Mohammad a également déclaré que la City University of New York « continuait de former des soldats de Tsahal » à se livrer à « des violences à l’échelle mondiale », accusant le système universitaire d’être « dédié à ses donateurs, pas à ses étudiants ».

Elle a lié à plusieurs reprises le racisme dont pâtissent les Noirs américains à Israël, et déclaré que le sénateur juif de New York, Chuck Schumer, s’était « réjoui » de l’assassinat de Jordan Neely, un homme noir, dans un métro de New York.

« Réjouissons-nous, dans nos appartements new yorkais et soyons le carburant de la lutte contre le capitalisme, le racisme, l’impérialisme et le sionisme dans le monde entier », a-t-elle déclaré en conclusion.

Mohammed est membre de l’organisation étudiante de la faculté de droit de la City University of New York « Students for Justice in Palestine », fer de lance du mouvement BDS et d’autres initiatives anti-israéliennes sur le campus.

Au cours de la cérémonie de remise des diplômes, les diplômés de la faculté de droit ont également chahuté le maire de New York, Eric Adams, à l’évocation de son passé dans les forces de police, et lui ont tourné le dos pendant qu’il parlait.

La presse n’ayant pas été conviée à cette cérémonie et la faculté de droit de la City University of New York a par la suite décidé de ne pas publier la vidéo. L’administration centrale de la City University of New York et celle de la faculté de droit n’ont pas répondu aux demandes de communication de la vidéo ce mois-ci.

La faculté de droit a fini par publier la vidéo jeudi, avec d’autres discours de remise des diplômes passés.

Des groupes pro-palestiniens et pro-israéliens ont en effet fait pression sur l’école pour qu’elle publie la vidéo.

Le Conseil des relations de la communauté juive de New York et l’Anti-Defamation League (ADL) ont tous deux condamné le discours.

La veille, le Conseil des relations de la communauté juive de New York avait annoncé la mise en place d’un nouveau partenariat avec la City University of New York pour stimuler la vie juive sur le campus.

« Une fois de plus, le discours de remise des diplômes de la faculté de droit de la City University of New York par l’orateur choisi par les étudiants a été un moment de propagande anti-israélienne particulièrement provocatrice », a déclaré le Conseil des relations de la communauté juive de New York dans un communiqué.

« Ce discours de remise des diplômes s’est totalement affranchi de toute volonté de vérité pour trainer sans vergogne dans la boue l’engagement de la City University of New York envers Israël, ainsi que la communauté juive de New York, et dénigrer les partisans d’Israël sur le campus via des tropes antisémites », a-t-il déclaré.

« Nous invitons expressément la City University of New York à revoir ses règles concernant les cérémonies de remise des diplômes. »

« Les remises de diplômes devraient être un lieu pour tous, et non un moment de dénigrement de l’identité de certains étudiants, » a déclaré l’ADL.

« Nous sommes consternés de voir une telle manifestation d’hostilité flagrante envers les ‘sionistes’ (c’est ainsi que beaucoup de Juifs se voient) et Israël dans le discours de remise des diplômes de la faculté de droit de la City University of New York », a ajouté l’ADL.

L’année dernière, l’activiste Nerdeen Kiswani s’était livrée, lors de son discours à la faculté de droit de la City University of New York, à une longue diatribe anti-israélienne.

Kiswani est une dirigeante de Within Our Lifetime [De notre vivant], organisation pro-palestinienne, et a été présidente de l’organisation étudiante « Justice in Palestine » à la faculté de droit de la City University of New York.

Within Our Lifetime et Students for Justice in Palestine collaborent à des initiatives sur les campus et organisent régulièrement des manifestations de rue demandant la fin de l’État juif, l’« Intifada mondiale » et l’ostracisme des sionistes.

Kiswani et Mohammed prennent régulièrement la parole lors d’événements.

Ces organisations refusent de parler aux « médias sionistes ».

Un membre de Within Our Lifetime, Saadah Masoud, a été emprisonné cette année pour crimes de haine fédéraux pour avoir battu un homme juif lors d’un des événements de l’organisation. Masoud et ses co-conspirateurs avaient projeté de s’en prendre à des Juifs avant l’événement, les qualifiant de « sionistes », et non de Juifs, de manière à ne pas encourir d’accusations pour antisémitisme.

Illustration : Des manifestants anti-israéliens appellent à une intifada lors d’une manifestation à New York, le 17 septembre 2021. (Crédit : Luke Tress/Flash90)

L’antisémitisme est un sujet de préoccupation sur les campus de la City University of New York depuis quelques années : les activités anti-israéliennes se sont renforcées et la criminalité anti-juive a augmenté à New York.

Des organisations juives et des responsables municipaux accusent l’administration de tolérer les activités anti-juives sur les campus, alors que les étudiants signalent des faits de harcèlement intenses.

Le ministère américain de l’Éducation a ouvert une enquête pour des faits de harcèlement généralisé d’étudiants juifs au Brooklyn College de la City University of New York, en plus d’enquêtes similaires sur les campus américains. La question tourne souvent autour de l’équivalence entre anti-sionisme et antisémitisme.

Le syndicat des professeurs de la City University of New York a, par ailleurs, adopté des résolutions anti-israéliennes, au grand dam des professeurs juifs.

Le système scolaire a pris des mesures pour améliorer la vie sur le campus pour les Juifs.

En mai, la City University of New York s’est associée au Conseil des relations de la communauté juive de New York et à la Fondation pour la lutte contre l’antisémitisme dans une campagne contre le racisme anti-juif.

« Nous continuerons fièrement à lutter contre l’antisémitisme : nous voulons que nos étudiants, professeurs et collaborateurs juifs sachent qu’ils nous sont chers et qu’ils sont en sécurité dans notre université », a déclaré le Doyen Félix Matos Rodríguez.

L’administration de la Faculté a également annoncé la création d’un nouveau conseil consultatif sur la vie juive.

Une organisation du campus représentative des professeurs et étudiants sionistes a qualifié ces annonces de cache-sexe et demandé des mesures plus concrètes, et notamment l’adoption de la définition de l’antisémitisme de l’IHRA, qui couvre certaines formes de critique d’Israël.

Fin 2022, la City University of New York s’est engagée à prendre des mesures pour lutter contre l’antisémitisme sur ses campus, comme la mise en place d’un partenariat avec Hillel, la création d’un portail en ligne pour signaler les discrimination et 750 000 dollars pour des programmes de lutte contre la haine.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.