Une famille française recherche les enfants juifs qu’elle a cachés sous la Shoah
Rechercher

Une famille française recherche les enfants juifs qu’elle a cachés sous la Shoah

Via une discrète petite annonce publiée dans Le Monde, la famille Marlier veut retrouver des enfants traqués qu'elles avaient cachés

Le mur des Justes, allée des Justes à Paris, avec les noms des Justes parmi les nations français (Crédit : Marcvjnicolas/Wikimedia commons/CC BY-SA 3.0)
Le mur des Justes, allée des Justes à Paris, avec les noms des Justes parmi les nations français (Crédit : Marcvjnicolas/Wikimedia commons/CC BY-SA 3.0)

Une petite annonce du Monde remonte le fil de l’Histoire de plus de 70 ans, alors que les Nazis et la police de Vichy traquaient les Juifs en France.

Voici l’annonce : « La famille Marlier recherche les enfants et les adolescents juifs qu’elle a hébergés pendant la Seconde Guerre mondiale à Dommartin (Rhône) parmi eux, notamment la famille Horowitz et Mlle Tannenbaum ».

Si quelqu’un possède des informations à ce sujet il est invité à contacter Mme Marlier, au 10 rue Chateaubriand à Châtillon (92320).

« Dans l’édition datée du 25 septembre, la famille indique que ces enfants et ados ont été à l’époque hébergés dans le Rhône à Dommartin, petite commune au nord-ouest de Lyon. Parmi ces jeunes, la famille mentionne deux noms : celui d’une famille et celui d’une femme, » détaille RTL qui se fait l’écho de cette annonce.

De nombreuses institutions juives, notamment l’Oeuvre de Secours aux Enfants (OSE) ont travaillé à placer des enfants juifs français ou étrangers dans des lieux sûrs, principalement en France non-occupée ou en Suisse.

On compte en France 2 700 Justes parmi les Nations, titre décerné par le mémorial de Yad Vashem de Jérusalem au nom de l’Etat d’Israël, qui distingue ainsi des personnes ayant sauvé une ou plusieurs vies juives, notamment en les cachant alors qu’ils étaient traqués.

Le comité Yad Vashem français recense les personnes distinguées, et présentes leurs actions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...