Une famille palestinienne ciblée dans une attaque extrémiste présumée
Rechercher

Une famille palestinienne ciblée dans une attaque extrémiste présumée

Deux grenades fumigènes ont été lancées dans une maison, près de Ramallah, où dormaient un couple et leur garçon de 9 mois

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Graffiti sur le mur d'une maison du village de Beitillu en Cisjordanie, le 22 décembre 2015, disant «Vengeance. Salutations des prisonniers de Sion» (Crédit : Police israélienne)
Graffiti sur le mur d'une maison du village de Beitillu en Cisjordanie, le 22 décembre 2015, disant «Vengeance. Salutations des prisonniers de Sion» (Crédit : Police israélienne)

Une famille palestinienne a été attaquée avec des grenades fumigènes tôt mardi matin dans leur maison en Cisjordanie dans ce que la police considère comme une attaque extrémiste juive presumée.

Les assaillants ont cassé la fenêtre d’une maison près de Ramallah, dans laquelle dormaient un couple et leur petit garçon de neuf mois, et y ont jeté les grenades fumigènes.

Personne n’a été blessé dans l’incident.

Le graffiti « Vengeance. Salutations, Prisonniers de Sion » a été peint sur le mur d’un bâtiment adjacent, une référence apparente aux suspects juifs détenus dans le cadre de l’incendie criminel d’il y a six mois dans le village palestinien de Duma.

Dans une interview avec la radio militaire, le père a dit que l’attaque a réveillé sa famille dans les premières heures de la matinée.

« Les colons sont venus dans la nuit à 1h30 et ont écrit sur le mur extérieur et brisé la vitre [de la fenêtre], » a-t-il dit. « La maison est encore pleine de gaz. Les voisins sont venus et nous ont aidé à sortir de la maison. Dieu merci, rien de grave n’est arrivé.  »

Il a affirmé que la maison avait aussi été attaquée par des habitant des implantations il y a un an, et que ses voisins ont aussi subi de nombreuses attaques.

« Je veux juste vivre tranquillement – pour moi et tout le monde », a-t-il conclu.

L’armée et des fonctionnaires de l’administration civile, qui régit les Palestiniens dans les zones de Cisjordanie contrôlées par Israël, sont arrivés sur les lieux ainsi que la police, laquelle a ouvert une enquête.

Les attaques d’extrémistes juifs sur les propriétés palestiniennes sont souvent accompagnées de graffitis barbouillés sur les bâtiments.

L’attaque à Duma le 31 juillet avait tué trois membres de la famille Dawabsha. Un seul membre de la famille – Ahmed, 4 ans – a survécu à l’attaque, et est encore hospitalisé en Israël. Ali, un bébé de 18 mois a été tué la nuit de l’attaque, tandis que les parents Riham et Sa ad ont succombé à leurs blessures dans les semaines suivantes.

Graffiti à l'extérieur de la maison des Dawabsha à Duma disant «Vive le roi Messie" (Photo: Eric Cortellessa / Times of Israel)
Graffiti à l’extérieur de la maison des Dawabsha à Duma disant «Vive le roi Messie » (Photo: Eric Cortellessa / Times of Israel)

Un nombre indéterminé de suspects juifs ont été arrêtés dans le cadre de l’attaque, qui est considérée comme un acte de terrorisme, et les procureurs disent qu’ils s’apprêtent à les inculper. Les détails de l’enquête, et l’identité des suspects, sont soumis à un embargo imposé par le tribunal.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...