Une femme de 31 ans arrêtée par l’armée pour désertion
Rechercher

Une femme de 31 ans arrêtée par l’armée pour désertion

"R." répète qu'elle a bénéficié d'une exemption il y a 12 ans et qu'elle n'a plus jamais entendu parler de Tsahal ; selon un responsable, elle n'a jamais été démobilisée

"R", 31 ans, après son arrestation par l'armée (Capture d'écran : Douzième chaîne)
"R", 31 ans, après son arrestation par l'armée (Capture d'écran : Douzième chaîne)

Une jeune femme de 31 ans a été arrêtée par les soldats israéliens cette semaine. Selon les responsables militaires, elle aurait échappé au service depuis 12 ans.

La femme, qui a été identifiée par la Douzième chaîne sous l’initiale « R », a été placée en détention dimanche dans une prison militaire, en l’attente de la conclusion de la procédure lancée à son encontre.

« R » a indiqué qu’alors qu’elle été adolescente, elle avait reçu une exemption au service pour raisons médicales alors qu’elle-même aurait aimé pouvoir intégrer l’armée. Elle a déclaré qu’elle n’avait découvert sa désertion présumée que l’année dernière, alors qu’elle s’apprêtait à quitter le pays, et qu’elle a depuis coopéré avec les responsables militaires afin de trouver une solution à son dossier – jusqu’à son arrestation survenue la semaine dernière.

L’avocat militaire qui représente « R » a fait savoir que sa cliente « avait été choquée d’être arrêtée à l’aéroport en 2018 parce qu’elle était accusée de désertion ». Il a ajouté qu’elle rejetait ces accusations « et elle insiste sur le fait que personne, au sein de l’armée, n’est entré en contact avec elle à travers toutes ces années ».

L’armée, pour sa part, a noté avoir tenté d’entrer en contact avec la trentenaire à plusieurs occasions, en vain. Les militaires ont ajouté n’avoir retrouvé aucun registre montrant que « R » avait en effet bénéficié d’une exemption et que ses données montraient qu’elle avait été considérée apte au service par les services médicaux.

Pour leur part, la famille et l’avocat de la jeune femme ont fait part de leur inquiétude pour sa santé, disant que son état psychologique était « compliqué ». Ils ont ajouté qu’une incarcération aurait un impact encore plus négatif.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...