Une figure de l’opposition vénézuélienne demande aux expatriés juifs de revenir
Rechercher

Une figure de l’opposition vénézuélienne demande aux expatriés juifs de revenir

Maria Corina Machado a remercié Netanyahu d'avoir reconnu le président par intérim Juan Guaido et appelle ceux qui ont été contraints de partir à revenir pour reconstruire le pays

La chef de l'opposition Maria Corina Machado, ancienne députée, salue les militants lors d'une veillée en l'honneur de ceux qui ont été tués lors des affrontements entre forces de sécurité et manifestants à Caracas, Venezuela, le 31 juillet 2017. (AP Photo/Ariana Cubillos)
La chef de l'opposition Maria Corina Machado, ancienne députée, salue les militants lors d'une veillée en l'honneur de ceux qui ont été tués lors des affrontements entre forces de sécurité et manifestants à Caracas, Venezuela, le 31 juillet 2017. (AP Photo/Ariana Cubillos)

Lundi, une figure de l’opposition vénézuélienne de premier plan a demandé aux Juifs qui ont quitté le pays pour Israël et d’autres pays au cours des dernières années, de revenir et de se joindre aux efforts visant à évincer le président Nicolas Maduro.

Maria Corina Machado, coordinatrice nationale du parti de centre-droit Vente Venezuela, a remercié Israël d’avoir reconnu le président de l’Assemblée nationale Juan Guaido comme président de la nation riche en pétrole, et a soutenu le rétablissement des liens entre les pays.

« Je tiens à réaffirmer la précieuse contribution que la communauté juive a apportée au développement du Venezuela au fil des décennies. Et même si beaucoup ont été forcés de quitter notre pays, nous voulons et attendons qu’ils reviennent pour reconstruire notre nation », a-t-elle fait savoir dans une déclaration vidéo en anglais faite à la chaîne publique israélienne Kan.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a officiellement reconnu M. Guaido comme le leader du Venezuela dimanche, ce qui a suscité l’expression presque instantanée de gratitude de M. Guaido. Cette décision a suivi celle des États-Unis, du Canada et de la plupart des pays d’Amérique latine, qui soutenaient le rival arriviste.

« Le Premier ministre Netanyahu se joint à nos nombreux alliés dans l’hémisphère et dans le monde pour accueillir le Venezuela dans le bloc des nations démocratiques occidentales qui s’opposent au despotisme et à l’oppression. Nous avons certainement un ennemi commun avec Israël : les forces criminelles qui sapent la liberté et la paix dans le monde », a déclaré Machado.

Elle a également fait l’éloge de l’appui que le Venezuela a toujours apporté à Israël et espéré le rétablissement des relations diplomatiques, qui ont été coupées par le prédécesseur du président Nicolas Maduro, Hugo Chavez, pendant la guerre à Gaza en 2008-9.

« Le Venezuela a été l’un des pays qui, en 1947, à l’Assemblée générale des Nations unies, a appuyé la résolution 181 qui a mené à la création de l’État d’Israël en 1948. Depuis, nous entretenons de bonnes et solides relations diplomatiques. C’est pourquoi nous, le peuple vénézuélien, attendons avec impatience le rétablissement des relations diplomatiques avec l’État d’Israël », a-t-elle ajouté.

Les autorités vénézuéliennes ont coupé les ponts avec Israël en 2009, mais elles critiquent avec virulence l’État juif depuis des décennies.

Malgré les pressions exercées par les Etats-Unis, Netanyahu aurait d’abord été réticent à accorder la reconnaissance à Guaido, craignant que le régime Maduro ne réagisse négativement contre la communauté juive vénézuélienne.

Alors que le Venezuela comptait autrefois l’une des plus grandes communautés juives de la région, avec quelque 25 000 membres en 1999, on estime qu’il ne reste plus que 6 000 Juifs environ dans le pays, dont beaucoup ont fui vers Israël, le Canada, les États-Unis et ailleurs.

Nicolas Maduro, (à droite), suit le président vénézuélien de l’époque, Hugo Chavez, lors d’une cérémonie de proclamation de son élection présidentielle au Conseil électoral de Caracas, au Venezuela, le 10 octobre 2012. (AP Photo/Ariana Cubillos)

Dans sa déclaration, Mme Machado a indiqué qu’Israël peut être un « véritable partenaire » pour aider à reconstruire le Venezuela après des années de mauvaise gestion économique et d’hyperinflation, tout en notant l’importance de la date du 27 janvier à laquelle Netanyahu a fait cette annonce.

« Je tiens à exprimer à quel point il était significatif pour le peuple vénézuélien que cette reconnaissance [par Netanyahu] pour le véritable gouvernement du Venezuela ait eu lieu précisément le jour de la commémoration de la Shoah », a t-elle dit.

Dimanche était la Journée internationale de commémoration de la Shoah, qui commémore la libération d’Auschwitz, le 27 janvier 1945, par l’armée soviétique.

Le président de l’Assemblée nationale vénézuélienne et président autoproclamé par intérim, Juan Guaido, s’entretient avec des journalistes à l’extérieur de l’Assemblée nationale à Caracas le 29 janvier 2019. (Yuri Cortez/AFP)

« J’ai moi-même hâte de visiter l’État d’Israël dès que nous aurons acquis notre liberté. Nous l’emporterons », a ajouté Machado.

Dimanche soir, Guaido a remercié Israël de l’avoir reconnu comme dirigeant du Venezuela et a lié sa lutte politique à la fin de la Shoah.

« Il y a soixante-quatorze ans, le camp de concentration d’Auschwitz a été libéré, et aujourd’hui, tout comme notre pays se bat pour sa liberté, nous remercions le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour sa reconnaissance et son soutien », a déclaré Guaido.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...