Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

Une guerre de plus contre Gaza pour le gradé Koretzki, la plus décisive

Chef d'une entreprise d'électro-optique dans le civil, Tzvi Koretzki se félicite qu'un objectif "clair" ait été fixé : éliminer le Hamas, qui a menacé de renouveler ses attaques terroristes jusqu’à l’anéantissement d’Israël

Le lieutenant-colonel de l'armée israélienne Tzvi Koretzki, 47 ans,accorde une interview aux journalistes dans une position près de la frontière avec la bande de Gaza, dans le sud d'Israël, le 6 novembre 2023. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Le lieutenant-colonel de l'armée israélienne Tzvi Koretzki, 47 ans,accorde une interview aux journalistes dans une position près de la frontière avec la bande de Gaza, dans le sud d'Israël, le 6 novembre 2023. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Vétéran de l’armée israélienne, Tzvi Koretzki a été de toutes les opérations menées depuis 25 ans contre la bande de Gaza. Pour lui, la guerre menée depuis le 7 octobre contre le Hamas est « la plus dure » et il espère qu’elle sera « la dernière ».

Autour du lieutenant-colonel de 47 ans, des dizaines de jeunes appelés dont beaucoup ont la moitié de son âge et aucune expérience de la guerre. A la frontière avec la bande de Gaza, les canons de leur régiment d’artillerie, pointés sur le territoire palestinien, tirent jour et nuit sur les infrastructures du groupe terroriste, qui a menacé de renouveler sans relâche ses attaques jusqu’à l’anéantissement d’Israël.

Leurs cibles, de l’autre côté d’un rideau d’arbres qui se détachent dans le ciel immaculé, sont invisibles à l’oeil nu.

Rappelé auprès de son bataillon dès le 7 octobre, le jour des attaques meurtrières du groupe terroriste islamiste du Hamas sur le sol israélien, Tzvi Koretzki s’est rapidement douté que ce conflit ne serait pas comme les précédents affrontements.

« C’est une guerre plus dure (…) Au cours de mes 25 années passées dans l’armée, je n’ai rien vu de tel », explique-t-il à l’AFP, bob kaki sur le crâne, lors d’une rencontre organisée par l’armée.

« Mais c’est la première fois que nous prenons les choses au sérieux en voulant détruire le Hamas », ajoute ce gradé réserviste, se félicitant qu’un objectif « clair » ait été fixé.

Les soldats israéliens dans la bande de Gaza dans le cadre de la guerre en cours contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, sur une photo diffusée le 4 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Depuis le 7 octobre, plus de 1 400 personnes sont mortes côté israélien, en majorité des civils tués le jour même des attaques du mouvement palestinien, selon les autorités israéliennes. Au moins 247 personnes ont été faites captives et 245, dont une trentaine d’enfants, sont toujours retenus en otage dans la bande de Gaza.

Stress et force

« C’est la 6e ou 7e fois que je tire sur Gaza avec de l’artillerie », dit le lieutenant-colonel Koretzki en énumérant les opérations auxquelles il a participé depuis 2012. « J’espère que ce sera la dernière ».

Après un mois de combats, les jeunes soldats qui l’entourent ne se plaignent pas, dit-il : ils ne demandent pas « ‘combien de temps ça peut prendre ? Quand est-ce que ce sera fini ? C’est trop dur’. Ce n’est pas le genre de questions qu’on nous pose cette fois-ci ».

« Je pense que la mission est tellement claire cette fois-ci qu’il n’est pas nécessaire de donner trop d’explications », assure le lieutenant-colonel.

Se projeter dans la durée, « ça peut faire baisser le moral », glisse un jeune caporal de 21 ans prénommé Nadav. « C’est dur pour tout le monde, ça nous fait peur, il y a du stress mais on est fort », ajoute ce jeune franco-israélien.

Le caporal Nadav, 21 ans, de l’armée israélienne, accorde une interview aux journalistes dans une position près de la frontière avec la bande de Gaza, dans le sud d’Israël, le 6 novembre 2023. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

La terre ocre et sableuse sous leurs pieds est striée de traces de véhicules lourds. Sur cette position d’artillerie écrasée de soleil, l’armée israélienne a disposé des obusiers aux puissants canons d’une portée de plusieurs kilomètres.

« On est tout le temps en alerte, la nuit, le jour, on reçoit des positions et dès qu’il faut tirer, on tire sur les cibles terroristes, peu importe l’heure et le moment », décrit Navad. Il est régulièrement interrompu par le bruit des tirs des obusiers qui sature l’air quelques secondes avant que le silence ne revienne.

Kibboutz attaqué

« Soit un observateur avancé vous communique les coordonnées de la cible, soit vous les acquérez vous-mêmes avec un drone, un radar, un système d’observation à longue portée », explique Tzvi Koretzki.

Un soldat de l’armée israélienne se bouche les oreilles alors qu’un obusier automoteur tire des obus depuis une position près de la frontière avec la bande de Gaza, dans le sud d’Israël, le 6 novembre 2023. (Crédit : MENAHEM KAHANA / AFP)

L’armée israélienne utilise l’artillerie, à l’arrière du front, pour appuyer la progression des unités au sol, infanterie et blindés, dans le nord de la bande de Gaza. Le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant a affirmé mardi soir que les troupes se trouvaient « au cœur de la ville de Gaza ».

Dans le territoire palestinien de 365 km2 au total, plus de 10 300 personnes, ont été tuées par les bombardements incessants d’Israël depuis un mois, selon le ministère de la Santé du Hamas. Ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent à la fois des civils et des membres du Hamas tués à Gaza, y compris à la suite de tirs de roquettes ratés par le groupe terroriste lui-même. Israël affirme avoir tué quelque 1 500 terroristes du Hamas à l’intérieur du pays le 7 octobre et après cette date.

« Jamais on va tirer si on sait que ça va tomber sur des civils, et on les prévient », assure Navad, qui dit ne pas avoir accès aux médias.

Après un mois de guerre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu continue de rejeter la possibilité d’un cessez-le-feu à Gaza ou de pauses humanitaires, faisant de la libération des quelque 240 otages retenus par le Hamas un préalable.

Chef d’une entreprise d’électro-optique dans le civil, Tzvi Koretzki vit dans un kibboutz à moins de deux kilomètres avec Gaza, attaqué par le Hamas le 7 octobre.

« Nos gars les ont combattus, j’ai emmené les blessés à l’hôpital car les ambulances ne pouvaient pas arriver dans le kibboutz », raconte-t-il.

« Dimanche matin, ils ont évacué tout le kibboutz, et je suis allé à l’armée. Le dimanche 8 au matin, nous avions déjà des unités qui tiraient sur Gaza ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.