Rechercher

Une Israélienne portée disparue à Paris depuis 3 semaines

Lutfia Zbad, 52 ans, a disparu sur les Champs-Elysées où elle se promenait avec sa fille

Lutfia Zbad, 52 ans, une Israélienne portée disparue à Paris depuis 3 semaines. Portrait diffusé sur la Douzième chaîne ke 30 octobre 2019. (Crédit : capture d'écran Douzième chaîne)
Lutfia Zbad, 52 ans, une Israélienne portée disparue à Paris depuis 3 semaines. Portrait diffusé sur la Douzième chaîne ke 30 octobre 2019. (Crédit : capture d'écran Douzième chaîne)

Une Israélienne a disparu à Paris il y a trois semaines, pendant un voyage avec sa fille.

Les autorités sont à la recherche de Lutfia Zbad, 52 ans, mais n’ont trouvé aucune preuve au sujet de l’endroit où elle pourrait se trouver.

Sa fille, Yasmine Kadan, a appelé à l’aide dans une interview accordée mercredi à la Douzième chaîne.

« Je suis une citoyenne de ce pays. Notre gouvernement doit nous aider. D’une manière ou d’une autre. Je n’ai personne. Seul Dieu est avec moi », a-t-elle dit depuis la France.

Sa mère a disparu dans la célèbre avenue des Champs-Elysées, a-t-elle dit.

« Avec nos amis, nous avons commencé à traverser la rue…. C’est une rue avec de nombreux touristes, et soudainement, il y a eu un feu rouge. Je suis restée de l’autre côté de la rue et j’ai attendu ma mère. Je l’ai vue, je lui ai fait signe de me rejoindre, et elle a répondu à mon signe », a-t-elle expliqué.

« Je me suis dit ‘Bien, elle m’a vu, elle va traverser la rue’. Je me suis retournée, et elle n’était plus là, comme si elle avait disparu en une seconde. Je n’ai pas compris ce qui s’est passé. J’ai commencé à courir, à chercher, mais rien ! »

Yasmine Kadan a demandé de l’aide mais personne d’autre n’a aperçu sa mère, a-t-elle dit, ajoutant que cette dernière souffre de troubles mentaux.

Elle se trouve toujours en France à la recherche de sa mère.

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré être au courant de l’affaire et se préparer à lancer d’autres recherches avec les autorités. Des photos de Lutfia Zbad ont été diffusées dans les hôpitaux de la région et communiquées aux services sociaux.

« Nous sommes au courant de la situation et avons ouvert tous les canaux », a déclaré le ministère des Affaires étrangères, ajoutant que les autorités étaient en contact permanent avec la famille.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...