Une Israélienne transgenre interdite d’entrée en Egypte
Rechercher

Une Israélienne transgenre interdite d’entrée en Egypte

Selon Atalia Israeli-Nevo, les gardes au point de passage vers le Sinaï ne l’ont pas laissée passer

La femme transgenre Atalia Israeli-Nevo, qui explique avoir été empêchée d'entrer dans le Sinaï par les responsables frontaliers égyptiens (Capture d'écran : Dixième chaîne)
La femme transgenre Atalia Israeli-Nevo, qui explique avoir été empêchée d'entrer dans le Sinaï par les responsables frontaliers égyptiens (Capture d'écran : Dixième chaîne)

Une femme israélienne transgenre a déclaré avoir été empêchée d’entrer en Egypte parce que son passeport indiquait qu’elle est un homme.

La semaine dernière, Atalia Israeli-Nevo, âgée de 27 ans, a expliqué qu’elle voulait voyager dans la péninsule du Sinaï. Elle a été arrêtée au point de passage de la frontière par des officiels égyptiens qui l’ont fait attendre pendant trois heures avant de l’informer qu’elle ne pourrait pas entrer dans le pays parce que son passeport indiquait qu’elle est un homme.

S’exprimant sur Facebook après l’incident, Israeli-Nevo a déclaré que les officiels égyptiens lui ont expliqué qu’elle devait changer son passeport pour qu’il la désigne comme étant une femme, si elle souhaitait entrer dans le pays.

Israeli-Nevo et l’ami avec qui elle voyagait sont retournés du côté israélien du point de passage. Elle a expliqué que les autorités ont refusé de lui rembourser la taxe de transit qu’elle avait payée pour traverser la frontière, décrivant l’attitude d’un des gardes comme étant « méprisante ».

Dans sa publication Facebook, Israeli-Nevo a écrit qu’il n’y avait aucune raison pour un pays étranger de connaître son genre, et que cette catégorie devrait donc être retirée des passeports israéliens. Elle a également fait référence aux récentes affaires d’activistes de gauche qui ont été arrêtés par les autorités israéliennes alors qu’ils tentaient d’entrer dans le pays.

L’Autorité Israélienne de l’Immigration et de la Population a publié un communiqué sur le site d’information Mako, déclarant que les problèmes d’Israeli-Nevo n’avaient pas eu lieu de leur côté de la frontière.

« L’examen du cas montre que les affirmations de la plaignante concernent le contrôle aux frontières du côté égyptien. Il n’y a pas eu de problème au contrôle en Israël parce que l’autorisation de passage ne dépend pas du genre ou des vêtements du voyageur ».

L’autorité a également rappelé que ses employés n’ont pas le droit de formuler des jugements personnels dans des cas comme celui-ci et doivent respecter la loi.

Selon Mako, plus tôt cette année, Avichai Mandelblit, le Procureur général, a publié une directive stipulant que les autorités doivent trouver une solution pour permettre à ceux qui ont subi une opération chirurgicale pour changer de sexe de faire enregistrer leur nouveau statut. Pourtant, de nombreux membres de la communauté des transgenres éprouvent toujours des difficultés à faire modifier leur genre sur leurs papiers d’identité.

Des centaines d’hommes gays et de femmes transgenres ont été arrêtés en Eygpte depuis 2013 dans le cadre d’une politique répressive sur les libertés. L’Egypte ne considère pas les deux groupes comme étant différents les uns des autres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...