Une lampe à huile exceptionnelle de 2 000 ans découverte dans la Cité de David
Rechercher
Archéologie

Une lampe à huile exceptionnelle de 2 000 ans découverte dans la Cité de David

Selon les archéologues, la moitié d'une lampe en bronze a été placé dans les fondations d'un bâtiment de l'époque romaine sur la route de pèlerinage de Jérusalem pour porter chance

Une lampe à huile en bronze découverte dans les fondations d'un bâtiment de l'époque romaine sur la route de pèlerinage de la Cité de David à Jérusalem, mai 2021. (Koby Harati/Cité de David)
Une lampe à huile en bronze découverte dans les fondations d'un bâtiment de l'époque romaine sur la route de pèlerinage de la Cité de David à Jérusalem, mai 2021. (Koby Harati/Cité de David)

Des archéologues ont découvert une lampe à huile rare, en forme de visage grotesque coupé en deux, dans les fondations d’un bâtiment érigé dans la Cité de David à Jérusalem peu après la destruction du Second Temple, il y a près de 2 000 ans.

C’est la première découverte de ce type en Israël, et l’une des rares au monde.

Les chercheurs de l’Autorité israélienne des Antiquités (IAA) ont déclaré mercredi dans un communiqué qu’ils pensaient que la lampe en bronze avait été utilisée comme dépôt de fondation – un enterrement rituel d’une offrande – pour apporter la bonne fortune aux résidents du bâtiment de l’époque romaine. On estime qu’elle date de la fin du 1er siècle ou du début du 2e siècle de notre ère.

La découverte, dans le chemin de pèlerinage de la ville de David, comprenait également la mèche de la lampe, qui était exceptionnellement bien conservée.

Le chemin de pèlerinage était utilisé par les pèlerins juifs il y a 2 000 ans lorsqu’ils se rendaient sur le site le plus sacré du judaïsme, le mont du Temple.

« L’offrande de cette lampe peut témoigner de l’importance du bâtiment, qui peut avoir été lié à la protection du bassin de Siloé, la principale source d’eau de la ville », ont déclaré le Dr Yuval Baruch et Ari Levy, selon le communiqué de l’IAA.

« Cette lampe est une découverte tout à fait unique, et pour autant que nous le sachions, la première de ce type découverte en Israël », auraient-ils déclaré. « Le caractère unique de l’objet actuel est qu’il ne s’agit que de la moitié d’un visage ».

La raison pourrait être d’ordre pratique, selon le communiqué – la lampe peut avoir été fixée à un objet plat ou à un mur, servant ainsi de lampe murale – mais l’explication soulignée dans le communiqué est que l’utilisation principale de l’objet était cérémoniale.

« Les dépôts de fondation (offrandes) étaient répandus dans le monde antique, et étaient destinés à porter chance, et à assurer la pérennité du bâtiment et de ses occupants, et ils étaient généralement enterrés sous les sols des bâtiments ou des fondations », ont déclaré les archéologues.

Un bâtiment de l’époque romaine sur la route de pèlerinage de la Cité de David à Jérusalem où une lampe à huile a été découverte dans les fondations, mai 2021. (Koby Harati/Cité de David)

Selon le communiqué, la lampe a été coulée dans un moule sculpté qui avait la forme de la moitié du visage d’un homme barbu à l’apparence grotesque. L’extrémité de la lampe a la forme d’un croissant de lune, et la poignée celle d’une plante acanthe. La décoration qui apparaît sur la lampe rappelle un motif artistique romain courant, semblable à un masque de théâtre.

Les fouilles ont été menées par l’Autorité israélienne des Antiquités dans le parc national des remparts de Jérusalem et de la Cité de David, et financées par la Fondation de la Cité de David, le ministère du Tourisme, le ministère de Jérusalem et du Patrimoine, et l’Autorité de développement de Jérusalem.

Une lampe à huile en bronze découverte dans les fondations d’un bâtiment de l’époque romaine sur la route de pèlerinage de la Cité de David à Jérusalem, mai 2021. (Koby Harati/Cité de David)

Après avoir envoyé la lampe à un laboratoire de l’IAA, les chercheurs ont trouvé sa mèche, qui était exceptionnellement bien conservée. La mèche, qui est une découverte très rare, a été soumise à l’examen du Dr Naama Sukenik, conservatrice des matériaux organiques à l’IAA. Après un examen microscopique, elle a identifié la mèche comme étant faite de lin. Les recherches futures tenteront d’identifier tout résidu d’huile laissé sur la mèche, ce qui aidera à déterminer si la lampe a été utilisée, et si oui, quelle huile a été utilisée pour l’allumer.

« Le bâtiment où la lampe a été découverte a été construit directement sur la route de pèlerinage à la fin de la période du Second Temple », a déclaré Ari Levy, directeur des fouilles de l’IAA. « La construction d’une structure aussi imposante dans la période qui a suivi la destruction de la Jérusalem juive démontre l’importance de la région même après la destruction du Second Temple ».

« Il est possible que l’importance du bâtiment, et la nécessité de bénir son activité par la chance en enterrant un dépôt de fondation, soit due à sa proximité avec le bassin de Siloé, qui était également utilisée à l’époque romaine comme source centrale d’eau dans la ville », a-t-il déclaré.

« Les collections du monde entier contiennent des milliers de ces lampes en bronze, dont beaucoup ont été réalisées dans des formes complexes, indiquant la liberté artistique que possédaient les artistes romains du métal », a déclaré Baruch. « En attendant, cette moitié de lampe, et en fait une moitié de visage, qui a été découverte dans la Cité de David, est un objet très rare, dont seulement quelques-uns ont été découverts dans le monde entier, et c’est le premier de ce type à être découvert à Jérusalem. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...