Une légende du foot israélien est aujourd’hui l’un des meilleurs agents
Rechercher

Une légende du foot israélien est aujourd’hui l’un des meilleurs agents

Ronny Rosenthal a aidé Liverpool à gagner son 18e championnat de English League en 1990 ; aujourd'hui, il découvre et recrute certains des meilleurs athlètes du monde

  • La légende du football israélien Ronny Rosenthal en action. (Autorisation)
    La légende du football israélien Ronny Rosenthal en action. (Autorisation)
  • La légende du football israélien Ronny Rosenthal en action. (Autorisation)
    La légende du football israélien Ronny Rosenthal en action. (Autorisation)
  • La légende du football israélien Ronny Rosenthal dit qu'il n'a jamais laissé le racisme des tribunes pénétrer dans sa tête. (Autorisation)
    La légende du football israélien Ronny Rosenthal dit qu'il n'a jamais laissé le racisme des tribunes pénétrer dans sa tête. (Autorisation)
  • Roni Rosenthal a commencé sa carrière au Maccabi de Haïfa et a ensuite rejoint une équipe en Belgique. (Moshe Shai/ FLASH90)
    Roni Rosenthal a commencé sa carrière au Maccabi de Haïfa et a ensuite rejoint une équipe en Belgique. (Moshe Shai/ FLASH90)

En 1990, le joueur Ronny Rosenthal, né à Haïfa, a fait la une des journaux lorsqu’il a quitté le Standard de Liège en Belgique pour rejoindre le Liverpool Football Club. Il a marqué cette saison-là sept buts en huit matchs et a contribué à la conquête du 18e titre de champion d’Angleterre par Liverpool.

Trente ans plus tard, alors que Liverpool vient de remporter son 19e titre en championnat national, Rosenthal, l’une des exportations footballistiques les plus réussies d’Israël, se trouve toujours impliqué dans le jeu en travaillant comme agent et consultant indépendant à Londres. Dans ce rôle, Rosenthal travaille avec certaines des meilleures équipes européennes et a découvert des joueurs tels que Cristiano Ronaldo, Vincent Kompany et Pierre Emerick-Aubameyang.

« Tous les dix ans environ, le niveau des joueurs s’améliore en termes d’athlétisme », explique Rosenthal. « À l’époque, j’étais parmi les plus rapides de la ligue… Si j’étais parmi les 10 meilleurs sprinters de la ligue il y a 30 ans, cette vitesse aujourd’hui me permettrait peut-être de faire partie du top 100. Je le savais quand j’ai démarré mon entreprise – j’avais besoin de quelque chose de différent et je regardais toujours les meilleurs athlètes des [matchs]. »

La légende du football israélien Ronny Rosenthal en action. (Autorisation)

Surnommé « La fusée », Rosenthal a débuté dans le football professionnel à l’âge de 16 ans, en jouant pour l’équipe de sa ville natale, le Maccabi Haifa. Il a naturellement joué en tant qu’attaquant et a été promu dans l’équipe nationale israélienne à l’âge de 20 ans. Rosenthal se souvient avoir toujours voulu jouer dans une ligue de football de haut niveau.

Après avoir remporté deux championnats avec Haifa, il a été transféré en 1986 au Club Brugge en Belgique.

« J’ai eu de la chance. Il y avait un Israélien qui vivait en Belgique, qui m’a appelé. Il suivait le football israélien », dit Rosenthal. « En fin de compte, la raison pour laquelle j’ai quitté Israël, c’est parce que j’avais de la vitesse, de la vitesse naturelle. Cela a toujours été mon arme principale. Qui ne veut pas d’un joueur qui a une certaine qualité aussi importante ? »

En Belgique, Rosenthal a rencontré sa femme et est devenu l’un des meilleurs buteurs du Royal Standard de Liège. En une saison, il a marqué 15 buts en championnat et cinq ou six autres en Coupe de Belgique. Il se souvient des réactions qu’il a reçues en tant que joueur venant d’Israël.

La légende du football israélien Ronny Rosenthal en action. (Autorisation)

« Venir en Belgique dans les années 1980, vous êtes Israélien, vous arrivez dans une culture différente », dit Rosenthal. « Les gens disaient : ‘Oh, vous venez d’une zone de guerre.’ C’était normal. Il fallait expliquer que ce n’était pas exactement cela. Cela prend du temps. »

« Israël est aujourd’hui largement meilleur et beaucoup plus développé en termes de relations publiques, parce que je peux voir quelle est la réaction aujourd’hui. Lorsque je parle avec des gens que je n’ai jamais rencontrés, et qu’ils parlent d’Israël comme s’ils connaissaient le pays, ils me disent : ‘Oh, j’aimerais y aller.’ »

Après une saison réussie à Liège, Rosenthal a commencé à susciter l’intérêt des grands clubs européens. S’il a signé un contrat avec une équipe en Italie, la plus grande ligue du monde à l’époque, cela ne s’est finalement pas concrétisé.

Puis, après un essai à Liverpool, l’équipe a fini par le faire signer définitivement et il est resté quatre saisons.

« J’ai passé de bons moments à Liverpool, mais c’était limité », dit Rosenthal. « Les deux premières années, j’ai joué plus régulièrement que les deux dernières. Un nouvel entraîneur arrive et il a de nouvelles idées. »

Après Liverpool, Rosenthal s’installe à Londres et joue pour le Tottenham Hotspur, où il bénéficie d’un temps de jeu similaire. Il a notamment marqué trois buts mémorables lors d’un match de la FA Cup contre Southampton.

« J’ai toujours eu le soutien des clubs, et une bonne relation avec les fans. Partout où j’ai joué, il n’y a jamais eu de problème », dit Rosenthal.

La légende du football israélien Ronny Rosenthal affirme qu’il n’a jamais laissé le racisme des tribunes l’influencer. (Autorisation)

De nos jours, il est plus courant de trouver des joueurs de différentes origines et nationalités sur le terrain ensemble. Néanmoins, on constate une augmentation des signalements d’actes de racisme dans le football. Le groupe antiraciste anglais Kick It Out a signalé une augmentation des incidents de 319 à 422 au cours de la saison 2018-19, dont 50 incidents liés à l’antisémitisme. Des vidéos de supporters postées en ligne montrent notamment des chants racistes et antisémites. Des incidents qui ont conduit des joueurs à quitter le terrain en réaction à des violences ont été constatés.

Un de ces incidents présumés a eu lieu le 22 décembre 2019 au stade Hotspur de Tottenham, lors d’un match contre Chelsea. Le défenseur central de Chelsea, Antonio Rudiger, a déclaré qu’il avait été victime de chants racistes lors de ce match de Premier League, remporté par Chelsea. Alors que les enquêtes ultérieures ont conduit les Spurs de Tottenham et la police à conclure qu’il n’y avait pas eu d’incident raciste, un arbitre avait demandé pendant le match qu’une mise en garde soit faite contre les supporters au sujet de chants insultants.

Rosenthal se rappelle comment, à son époque de joueur, il vivait ces incidents sur le terrain, en tant que rare Israélien et Juif.

« C’était la même chose pour moi. C’est juste que vous en entendez peut-être plus parler aujourd’hui. Je n’ai pas vécu d’incident majeur, non. Quand je joue, je suis concentré sur le jeu, donc je n’entends rien. Il y a sûrement quelques personnes qui sont antisémites, et elles crient sûrement, mais je ne les entends pas », dit-il.

Parfois, lorsqu’il s’échauffait près des tribunes, Rosenthal entendait les fans lui crier des insultes, mais il ne leur prêtait pas attention, dit-il.

La légende du football israélien Ronny Rosenthal en action. (Autorisation)

« Je n’ai jamais été un gars impulsif qui se tournait vers la foule et commençait à montrer que vous les entendiez, et qui commençait à réagir », dit-il. « Si vous ne réagissez pas, les fans se disent : à quoi bon continuer à le faire ? À l’époque, il y a 30 ans, ces choses existaient, mais les médias n’en parlaient pas tant que ça. Aujourd’hui, vous avez 20 caméras à chaque match, donc vous pouvez repérer la moindre chose. »

Après trois ans à Tottenham, Rosenthal a terminé sa carrière de joueur à Watford, au cours de laquelle l’équipe a remonté deux divisions pour revenir en Premier League. Son expérience à Watford, en partie en tant qu’ancien aidant les jeunes joueurs, a peut-être profité à Rosenthal dans son rôle actuel d’agent. Depuis 20 ans, il conseille des équipes sur des recrues du monde entier.

« J’ai de nombreux clubs qui m’appellent parce qu’ils ont besoin de postes spécifiques », dit Rosenthal. « En travaillant dans l’immobilier, vous avez un agent immobilier qui connaît exactement les besoins des clients et sait comment trouver quelque chose que personne ne voit. Cristiano Ronaldo, par exemple. J’avais transféré un joueur à Newcastle – Hugo Viana – et je faisais du repérage au Sporting Lisbonne, au Portugal. C’est ainsi que j’ai découvert Cristiano Ronaldo. Je suis toujours en avance pour ce qui est de voir quel joueur va atteindre un certain niveau, et automatiquement une certaine valeur. Je suis comme ça. »

La légende du football israélien Ronny Rosenthal avec son épouse et ses deux fils. (Autorisation)

Le fils de Rosenthal, Dean, travaille à ses côtés dans le domaine du conseil. Son autre fils, Tom, joue au niveau professionnel en Belgique et a été membre de l’équipe nationale israélienne des moins de 21 ans.

Rosenthal se rend encore régulièrement en Israël, et admet qu’il est maintenant plus difficile pour les joueurs israéliens actuels d’atteindre les premières divisions européennes.

La légende du football israélien Ronny Rosenthal est aujourd’hui un agent de premier plan pour les meilleurs clubs européens. (Autorisation)

« Nous n’avons aucune chance de produire un joueur qui ira au plus haut niveau, parce que le travail au niveau de l’académie n’est pas bon », dit-il. « Il y a de l’argent dans le football israélien, bien plus qu’il y a 20 ou 30 ans. Vous avez des stades modernes incroyables comme à Haïfa, le Bloomfield de Tel Aviv, vous avez Beer Sheva. Mais pour moi, ils devraient d’abord investir dans l’académie, afin de produire plus de joueurs pour avoir une chance de se qualifier pour une grande compétition, ce que nous n’avons pas fait depuis 1970 », dit-il.

« Vous prenez des joueurs comme Eyal Berkovic [qui a joué de 1989 à 2006] ou Yossi Benayoun [qui a joué de 1997 à 2019], qui avaient un talent incroyable. Si c’était le cas aujourd’hui, ils n’atteindraient pas ce niveau [en championnat à l’étranger], car cela ne suffit plus pour un club. Même ma vitesse à l’époque ne serait aujourd’hui pas suffisante pour être dans un club comme Liverpool ou Tottenham. Nous devons produire plus d’athlètes et nous ne le faisons pas assez. »

Le sport change au fil des décennies, tout comme les générations de supporters qui le regardent. Selon Rosenthal, il faudra du temps pour régler des problèmes tels que le racisme.

« On ne peut pas changer cela du jour au lendemain, il faut plusieurs générations », dit Rosenthal. « Aujourd’hui, par exemple, aux États-Unis ou en Angleterre, la jeune génération est beaucoup moins raciste que la plus âgée. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...