Rechercher

Une minute de silence au cabinet pour les victimes de la synagogue de Pittsburgh

Les leaders et les institutions ont condamné le massacre de 11 fidèles au sein de la synagogue Tree of Life, "assassinés seulement parce qu'ils étaient Juifs"

Les ministres du cabinet lors de la minute de silence en hommage aux morts de la fusillade de Pittsburgh, en Pennsylvanie (Capture d'écran)
Les ministres du cabinet lors de la minute de silence en hommage aux morts de la fusillade de Pittsburgh, en Pennsylvanie (Capture d'écran)

La réunion hebdomadaire de cabinet a commencé dimanche par une minute de silence en hommage aux 11 fidèles tués dans une fusillade antisémite, hier, à la synagogue Tree of Life de Pittsburgh, dans l’état américain de Pennsylvanie.

« C’est dur d’exagérer l’horreur représentée par l’assassinat de Juifs réunis dans une synagogue pour le Shabbat, qui ont été tués exclusivement parce qu’ils étaient Juifs », a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu au début de la réunion, qui a eu lieu au bureau du Premier ministre de Jérusalem.

« La population israélienne entière pleure avec les familles de ceux qui ont été assassinés lors de ce massacre choquant commis dans la synagogue », a-t-il dit après qu’un moment de silence a été observé. « En mon nom et au nom d’Israël, j’envoie mes condoléances aux familles endeuillées. Nous prions tous pour le prompt rétablissement des blessés ».

Notant que cette fusillade était apparemment « le plus important crime antisémite de l’histoire américaine », Netanyahu a ajouté qu’Israël « reste sur un front d’union avec la communauté juive de Pittsburgh, le public juif américain et le peuple américain. Nous sommes ensemble sur un seul front contre l’antisémitisme et contre ces expressions de barbarie ».

Le tireur, identifié sous le nom de Robert Bowers, aurait hurlé « Tous les Juifs doivent mourir ! » alors qu’il entrait dans la synagogue Tree of Life, une congrégation conservatrice de la ville, commençant à ouvrir le feu. Il s’est engagé dans une fusillade avec les agents de police présents et s’est barricadé dans le bâtiment avant de se rendre. En tout, ce sont 11 personnes qui ont été tuées et au moins six qui ont été blessées dans l’attaque, dont au moins quatre policiers, selon les autorités.

A travers tout Israël, l’attaque a causé un choc et un immense chagrin.

Le ministre de l’Education Naftali Bennett, qui est également ministre israélien des Affaires de la diaspora, a annoncé dans la soirée de samedi qu’il « embarquait immédiatement, en tant que ministre de la diaspora, dans un vol pour Pittsburgh pour être auprès de nos soeurs et de nos frères aux heures les plus difficiles. Lorsque des Juifs sont assassinés à Pittsburgh, la population d’Israël en ressent la douleur. Nos coeurs sont avec nos frères et nos soeurs et avec le peuple américain en entier ».

Le grand rabbin Yitzhak Yosef a dit être « horrifié d’entendre le meurtre de Juifs innocents Pittsburgh, en Pennsylvanie, simplement parce qu’ils étaient Juifs, tués par un meurtrier méprisable englué dans sa haine antisémite. Mon coeur est aux côtés des familles en deuil et de nos frères juifs qui résident aux Etats-Unis. Malheureusement, l’antisémitisme relève la tête aux Etats-Unis ».

Le centre médical Rambam de Haïfa, l’un des hôpitaux les plus importants en Israël, a mis les drapeaux en berne dans ses structures pour une semaine. Le professeur Rafi Beyar, directeur du centre qui se trouve cette semaine en Pennsylvanie, a qualifié l’attentat « d’acte antisémite horrible, insensé et implanté dans la haine, visant à blesser les Juifs et tous ceux qui aiment l’humanité ».

L’organisation médicale d’urgence Hatzalah a annoncé qu’elle envoyait une équipe d’experts en traumatisme psychologique à la communauté, avec un financement assuré par le ministère des Affaires de la diaspora, a dit la Dixième chaîne.

Un émissaire israélien de la communauté juive à Pittsburgh a lancé dimanche un appel à publier des photos sur internet, avec une pancarte disant : « Pittsburgh – Avec toi ! »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...