Rechercher

Une nouvelle banque numérique israélienne lève 120 M $

Le chinois Tencent, le conglomérat japonais SBI et le groupe suisse Julius Baer soutiennent First Digital Bank, fondée par Amnon Shashua de Mobileye

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Image d'illustration de la recherche en intelligence artificielle, des robots et de la banque (Blue Planet Studio ; iStock by Getty Images)
Image d'illustration de la recherche en intelligence artificielle, des robots et de la banque (Blue Planet Studio ; iStock by Getty Images)

La première nouvelle banque israélienne depuis plus de 40 ans, la First Digital Bank (FDB), a levé 120 millions de dollars lors d’un tour de table de série A mené par un groupe d’investisseurs de premier plan tels que le conglomérat technologique chinois Tencent, la société financière japonaise SBI Holdings (qui faisait auparavant partie de Softbank) et la société suisse de gestion de patrimoine Julius Baer, l’une des plus anciennes institutions bancaires de Suisse, a annoncé la banque mardi.

Cet investissement valorise la First Digital Bank à 320 millions de dollars, selon l’annonce.

La banque entièrement numérique, fondée par l’entrepreneur tech Amnon Shashua, également fondateur de la société de systèmes de conduite autonome Mobileye (filiale d’Intel), a été approuvée par la Banque d’Israël en 2019 et fonctionne actuellement en mode pilote, offrant des services bancaires aux employés et à leurs familles. La banque a déclaré qu’elle prévoyait un soft launch, ou lancement limité, auprès du public israélien au début de l’année prochaine et une expansion future sur d’autres marchés internationaux.

La banque a environ 60 000 personnes sur sa liste d’attente et emploie actuellement plus de 200 personnes motivées par leur mission, a déclaré le PDG Gal Bar Dea au Times of Israel mardi.

La First Digital Bank est une banque indépendante qui espère concurrencer les cinq plus grands groupes bancaires du pays, qui détiennent aujourd’hui quelque 98 % du marché. En 2019, elle a été la première à recevoir une licence bancaire en Israël depuis plus de 43 ans.

La banque n’aura pas de succursales et fonctionnera en intégrant des banquiers – qui fourniront un service à la clientèle 24 heures sur 24 par le biais d’un chat en ligne et d’un centre d’appels – avec une technologie avancée basée sur l’intelligence artificielle qui vise à créer des expériences de service personnalisées pour les clients. Elle offrira tous les services bancaires existants, notamment les comptes personnels, les comptes joints, les prêts, les dépôts, les cartes de crédit, les actions, les garanties, les ordres permanents et les devises étrangères. Les prêts hypothécaires seront ajoutés à la liste des offres à l’avenir.

De gauche à droite : Le PDG de First Digital Bank, Gal Bar Dea, le fondateur Amnon Shashua et le président Shuki Oren. (Yanai Yechiel et Yonatan Hefner)

La First Digital Bank a déclaré qu’elle espérait « être le fer de lance de la transformation bancaire autonome » en utilisant « des outils et des technologies d’IA exclusifs » pour offrir aux ménages « une expérience de services bancaires privés conçue pour soutenir de manière proactive leurs défis financiers quotidiens – des flux de trésorerie à la budgétisation, au crédit, à l’épargne, aux investissements et plus encore – leur permettant d’économiser du temps, de l’argent et du stress financier. »

Bar Dea a déclaré que la banque utilisera les fonds pour « continuer à construire sa technologie » et mettre en place les systèmes de soutien avant le lancement, soulignant les « opportunités incroyables » sur le marché israélien où « 42 % des ménages sont insatisfaits de leurs banques actuelles, selon une étude de la Banque d’Israël. »

« Nous avons des objectifs très ambitieux sur un marché serré où les gens ne quittent pas vraiment leur banque », même lorsqu’ils ne sont pas satisfaits, a déclaré Bar Dea, et ce, parce que les alternatives existantes sont plus ou moins les mêmes. « FBD a l’opportunité d’inciter les gens à se diriger vers des services bancaires sans friction ».

« Netflix a tué Blockbuster, Spotify a perturbé le secteur de la musique, et Tesla a laissé Ford et Mitsubishi derrière lui dans une traînée de poussière », a déclaré Bar Dea en mai dernier. Le secteur bancaire est l’une des seules industries qui n’a pas encore subi de révolution majeure, a-t-il ajouté, et la nouvelle banque propose un « nouveau modèle » de banque.

Le professeur Amnon Shashua, vice-président senior d’Intel et président-directeur général de Mobileye, se tient debout avec un véhicule à conduite autonome de la flotte de test autonome de Mobileye, lors d’un événement au Nasdaq à New York en 2021. (Mobileye, une société Intel)

Bar Dea est l’un des fondateurs de Pepper, la banque numérique du groupe Leumi. Le président de la nouvelle banque est Shouky Oren, qui a occupé le poste de comptable général du ministère des Finances de 2007 à 2011. Il a également été PDG de la Banque Leumi Suisse et PDG de la société immobilière Kardan NV.

« FDB s’associe désormais à des investisseurs mondiaux très réputés et financièrement solides. Nos nouveaux investisseurs renforceront la résilience de FDB, ce qui nous permettra d’offrir aux consommateurs une véritable alternative aux banques traditionnelles du marché. Nous sommes enthousiasmés par l’immense impact que cela pourrait avoir sur les ménages israéliens et nous sommes impatients de travailler avec nos nouveaux investisseurs pour atteindre des marchés supplémentaires », a déclaré Bar Dea dans un communiqué mardi.

Amnon Shashua a déclaré que ce nouvel investissement était un « vote de confiance dans notre vision par des leaders mondiaux de la technologie et de la finance, [et] alimente nos plans stratégiques à long- terme pour transformer le monde bancaire, d’abord en Israël, puis dans le monde entier. »

« Je crois fermement que la technologie de l’IA, qui transforme actuellement des parties importantes de notre vie, peut être la clé pour résoudre les difficultés financières auxquelles sont confrontées tant de familles dans le monde », a-t-il ajouté.

De gauche à droite ; Amnon Shashua, Marius Nacht, obtiennent une lettre du gouverneur de la banque centrale Amir Yaron et du superviseur des banques Hedva Ber autorisant la création d’une nouvelle banque numérique en Israël. (Autorisation)

Shashua avait investi 65 millions de dollars de son propre capital dans l’initiative. L’entrepreneur technologique Marius Nacht, cofondateur de la société de cybersécurité Check Point Software Technologies et fondateur du fonds aMoon, qui investit dans les technologies de la santé, était également cofondateur de la banque, mais a quitté l’entreprise l’année dernière.

M. Shashua a également participé à l’investissement de série A de la banque, annoncé mardi, et restera l’actionnaire majoritaire de la banque.

Parmi les autres investisseurs du tour de table actuel figurent la société de capital-investissement américaine West Coast Equity Partners, le fonds de prévoyance de l’université hébraïque de Jérusalem et Far East Ventures, la branche de capital-risque de la Far East Organization de Singapour.

Le secteur bancaire israélien fait l’objet d’une réforme importante qui ouvrira la voie à de nouveaux services financiers pour les clients à des taux plus compétitifs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...