Une pièce d’identité de Jabotinsky vendue à 20 000 dollars à New York
Rechercher

Une pièce d’identité de Jabotinsky vendue à 20 000 dollars à New York

Ce document de 1938 émis en France établit que le dirigeant sioniste précurseur était un journaliste réfugié de Russie

La carte de réfugié appartenant à  Zeev Jabotinsky vendue 20 000 dollars lors d'une vente aux enchères à New York, le 13 juin 2017. (Crédit : autorisation)
La carte de réfugié appartenant à Zeev Jabotinsky vendue 20 000 dollars lors d'une vente aux enchères à New York, le 13 juin 2017. (Crédit : autorisation)

La carte d’identité personnelle de Zeev Jabotinsky, dirigeant sioniste de droite, a été vendue aux enchères à New York au prix de 20 000 dollars.

Ce document datant de 1938 et émis en France contient la photographie et la signature originales de Jabotinsky, établit sa profession – journaliste – et indique son statut de réfugié venu de Russie.

La période de validité de la carte s’étendait du 1er janvier 1939 au 1er janvier 1942.

Jabotinsky est né en Russie en 1880 et est décédé à New York en août 1940. Au cours de la Première Guerre mondiale, aux côtés de Joseph Trumpeldor, il avait fondé la Légion juive de l’armée britannique et après la guerre, avait obtenu le statut de membre de l’excellentissime ordre de l’Empire britannique pour son service.

Il était parti en Palestine, alors sous mandat britannique, et avait été élu à la première Assemblée des représentants. Il avait fondé un mouvement sioniste pour les jeunes, le Beitar, acronyme hébreu de « Alliance de la jeunesse hébraïque en souvenir de Joseph Trumpeldor ». Il avait également fondé le parti politique HaTzohar et s’était impliqué dans la création du groupe paramilitaire Irgun, qui a opéré de 1931 à 1948.

Zeev Jabotinsky (photo credit: Wikimedia Commons)
Zeev Jabotinsky (Crédit : Wikimedia Commons)

Jabotinsky était un mentor du futur Premier ministre Menachem Begin, sur lequel il a eu une grande influence.

La carte d’identité a été vendue aux enchères mardi par la maison J. Greenstein and Company, basée à Cedarhurst, à Long Island. Le document était le dernier objet provenant d’une collection appartenant à Harriet et Dov Kaminetzky, qui a été vendue par leurs enfants après leur mort.

Un grand nombre d’objets ayant trait au judaïsme ont été vendus le même jour, a indiqué Jonathan Greenstein, directeur général de la maison d’enchères.

« La vente a présenté une collection d’objets divers venus de toute l’Europe et du Moyen Orient, a-t-il expliqué. Un étui à megillah en provenance de l’empire ottoman vendu aux côtés d’un plastron de Torah qui venait d’Allemagne montrent que les Juifs ont établi leurs racines partout dans le monde, et qu’ils ont une importante série de contributions culturelles pour le montrer. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...