Israël en guerre - Jour 288

Rechercher

Une route de Jérusalem bloquée par des haredim pour protester contre l’autopsie d’un ado

Les manifestants se sont heurtés à la police, dénonçant l’autopsie du jeune garçon retrouvé mort mardi matin au lendemain de sa bar mitzvah ; 5 personnes ont été arrêtées

Des haredim bloquant une route de Jérusalem lors d'une manifestation contre l'autopsie d'un jeune garçon décédé la veille, le 6 février 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Des haredim bloquant une route de Jérusalem lors d'une manifestation contre l'autopsie d'un jeune garçon décédé la veille, le 6 février 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Des dizaines de manifestants ultra-orthodoxes ont bloqué mardi les routes de Jérusalem pour protester contre l’autopsie prévue d’un adolescent originaire de Beit Shemesh qui est décédé subitement.

Selon la chaîne publique israélienne Kan, le jeune avait célébré sa bar mitzvah lundi et il avait eu un malaise immédiatement après. Il a été retrouvé mort mardi matin à Beit Shemesh dans des circonstances peu claires.

Par ailleurs, la police a indiqué qu’une personne avait été arrêtée près de l’institut médico-légal Abou Kabir à Tel Aviv, où sont pratiquées les autopsies.

La halakha, ou loi juive orthodoxe, s’oppose généralement aux autopsies au motif que le corps humain est sacré et qu’il ne doit donc pas être manipulé après la mort. Elle préconise des funérailles les plus rapides possible après le décès d’une personne.

Ces manifestations ont été déclenchées à Jérusalem et à Beit Shemesh par l’annonce du décès du jeune garçon de 13 ans, où des centaines de haredim ont bloqué des routes et se sont heurtés à la police.

Selon la police, les manifestants « ont allumé des feux, endommagé des vitres de bus, jeté des œufs et des bouteilles et ils ont attaqué des policiers », ce qui a entraîné au moins cinq arrestations jusqu’à présent.

Les manifestations se sont poursuivies dans la soirée, les protestataires bloquant les bus à un important carrefour de la rue Yirmiyahu à Jérusalem.

La garde montée a tenté de faire reculer la foule, manquant de peu de la piétiner. Un policier a fouetté un manifestant ultra-orthodoxe avec le flot de ses rênes tandis que d’autres, à pied, se sont battus avec les protestataires qui bloquaient les bus et qui ont réagi en criant « nazi » et « Hamas ».

Les manifestants ont également hurlé en direction des femmes ultra-orthodoxes qui étaient descendues d’un des bus bloqués pour demander à pouvoir passer, les traitant de « goyot [non-Juives] » et de « putes ».

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.